Faux procès-verbaux et fausses procurations d’une association.

Publié le 18/02/2022 Vu 3 625 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

La falsification de procès-verbaux et de procuration dans le sein des associations est une pratique répandue, mais elle n'est pas sans conséquence. Que faire lorsqu'on est confronté à ce problème ?

La falsification de procès-verbaux et de procuration dans le sein des associations est une pratique répandue

Faux procès-verbaux et fausses procurations d’une association.

 

 

1. Le délit de faux et usage de faux documents.

2. Les faux procès-verbaux d’assemblée générale.

3. Les fausses procurations.

4. Faire expertiser un procès-verbal d’AG ou une procuration.

 

1.- Le délit de faux et usage de faux documents.

 

Le faux et l’usage de faux sont décrits par le code pénal comme « toute altération frauduleuse de la vérité, de nature à causer un préjudice et accomplis par quelque moyen que ce soit, dans un écrit ou tout autre support d’expression de la pensée, qui a pour objet ou qui peut avoir pour effet d’établir la preuve d’un droit ou d’un fait ayant des conséquences juridiques » (article 441-1 du code pénal).

 

La dernière condition est adressée à sanctionner non seulement les écrits ou supports qui ont pour objet d’établir la preuve d’un droit ou d’un fait ayant des conséquences juridiques, mais aussi tout autre support ou écrit pouvant causer cet effet.

 

En l’occurrence, toute altération de la vérité ainsi que des conditions de tenue de l’assemblée générale ou réunion d’un conseil d’administration d’une association, portée sur le procès-verbal, rentrerait dans la définition de faux et usage de faux, établie par l’article 441-1 du code pénal.

 

Dans la mesure où l’assemblée générale et le conseil d’administration prennent normalement des décisions collégiales censées provoquer des effets juridiques ultérieurs, l’altération frauduleuse d’un procès-verbal risque d’avoir, lui aussi, des conséquences juridiques pour l’ensemble des associés à titre individuel.

 

Fabriquer ou se servir d’un faux est puni par la loi, même dans le cadre privé si les conditions prévues par l’article 441-1 du code pénal sont réunies. Il concerne non seulement la fabrication, mais aussi la détention ou la rédaction de fausses attestations.

 

Le délit de faux et usage de faux est puni de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende.

 

2.- Les faux procès-verbaux d’assemblée générale.

 

Les procès-verbaux d’assemblée générale sont parfois altérés, mais aussi falsifiés ou contrefaits pour servir à un but précis.

 

L’établissement d’un procès-verbal d’une assemblée générale qui n’a jamais eu lieu, la falsification de la signature d’un associé absent ou la modification partielle et ultérieure du contenu sont les cas les plus fréquents.

 

Ainsi, il peut arriver qu’un associé prenne connaissance d’un procès-verbal différent de celui validé officiellement ou portant sa signature alors qu’il n’était pas présent.

 

Par ailleurs, il existe aussi une pratique très répandue d’assistance aux assemblées générales et aux conseils d’administration par procuration.

 

Si bien que le procédé est tout à fait légitime, l’assistant ayant reçu une procuration doit signer la fiche de présence, ainsi que tout autre document présenté à signature lors de la réunion avec sa propre signature, mais en aucun cas essayer d’imiter le graphisme de l’associé représenté par procuration.

 

Le fait d’imiter une signature, même ayant une procuration pourrait d’être considéré une usurpation d’identité.

 

3.- Les fausses procurations.

 

Une pratique tout aussi connue est le fait de falsifier la procuration d’un associé absent, que ce soit pour atteindre un nombre minimum de voix requises, comme dans le but de faire pencher un vote d’un côté ou de l’autre.

 

Dans le premier cas, ce sont les organes internes, les responsables de l’association qui produisent ces fausses procurations, mais dans le second, ce sont normalement les associés, les propres assistants, avec ou sans l’accord des associés ainsi représentés.

 

Dans les deux cas, la supercherie n’éclate que très rarement au grand jour, car les personnes lésées ne sont pas présentes et elles n’auront jamais accès aux procurations frauduleuses, seul moyen de repérer une fausse signature.

 

Seul le procès-verbal fera foi des assistants présents et ceux ayant donné une procuration écrite, mais celui-ci est souvent altéré dans ce cadre précis, dans le but de masquer les procurations frauduleusement établies.

 

 

4.- Faire expertiser un procès-verbal d’AG ou une procuration.

 

Lorsque le doute s’installe ou que l’un des associés tire la sonnette d’alarme, nombreuses sont les associations et les sociétés civiles à faire authentifier l’ensemble des procurations reçues par courrier ou présentées en mains propres lors d’une assemblée générale, d’un conseil d’administration. Il s’agit sans doute du seul moyen de rassurer les associés, de faire lumière sur les éventuelles accusations de fraude, d’usurpation d’identité, de faux et usage de faux, de nullité de la réunion, ainsi que de rétablir la vérité.

 

L’expert judiciaire en écritures et documents est le technicien naturellement chargé de ces types de missions, formé à la fois à l’authentification de mentions manuscrites, de paraphes et de signatures, mais aussi au repérage de toute trace d’altération, de falsification et de contrefaçon documentaire.

 

Les experts en écritures et documents se voient ainsi confier parfois des lots entiers de procuration de copropriétaires, par exemple, de dizaines de signatures à authentifier concernant la même assemblée générale, le même conseil d’administration.

 

Les fiches de présence et les procès-verbaux font aussi souvent l’objet d’une expertise graphologique, lorsque quelqu’un remarque la présence d’une signature d’un associé absent, par exemple.

 

Cependant, il arrive souvent que ce soit un associé qui sollicite le concours d’un expert graphologue, quand il découvre sa signature sur une fiche de présence à une assemblée générale à laquelle il n’avait pas assisté, voire sur une procuration qu’il n’avait jamais donnée.

 

Ce type d’expertise peut être engagée à titre privé, à la demande de l’association, à la demande d’un associé, mais aussi dans le cadre d’une procédure judiciaire, à la demande d’un juge, d’un magistrat, d’un officier de police judiciaire ou du procureur de la République.

 

Par LFD Criminalistique.fr

Experts judiciaires en écritures et documents.

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.