Usurpation d’identité numérique, faux et usage de faux.

Publié le Modifié le 28/02/2021 Vu 1 090 fois 1
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Le vol de données sur internet favorise la naissance de nouvelles activités criminelles, souvent liées à l'usurpation d'identité, que ce soit sur internet ou dans la vie réelle, à l'aide de faux documents.

Le vol de données sur internet favorise la naissance de nouvelles activités criminelles, souvent liées à l

Usurpation d’identité numérique, faux et usage de faux.

1. Nouvelles technologies, nouvelle criminalité.

2. Typologies actuelles d’usurpation identitaire.

3. Quelle protection juridique face aux nouvelles menaces ?

4. Comment prouver un faux et l’usurpation d’une identité ?

 

 

1.- Nouvelles technologies, nouvelle criminalité.

 

L’avancée technologique, la facilité d’accès aux équipements informatiques et la démocratisation d’internet dans la société actuelle sont devenues un fait, considéré pour certains comme du progrès, mais une atteinte aux libertés individuelles pour d’autres.

 

Si bien l’accès à ces nouvelles technologies devait trouver un point d’équilibre entre les avantages et les inconvénients, la progression technique est tellement vertigineuse que les pouvoirs publics peinent à suivre le rythme au niveau législatif et de protection des droits et libertés des internautes.

 

Depuis le début de la crise sanitaire liée à la COVID-19, nous assistons impassibles à une montée en puissance de la cybercriminalité. Les données personnelles de tous les citoyens sont devenues un butin plus lucratif que le trafic de stupéfiants.

 

Pendant des décennies, l’usurpation d’identité nécessitait de la falsification ou de la contrefaçon d’un document, d’un moyen physique de supplanter la victime. Désormais, il suffit d’un nom d’utilisateur et d’un mot de passe, pour usurper l’identité d’un individu, à distance, dans la sécurité et l’anonymat fournis par internet.

 

L’usurpation d’identité est définie par le Code pénal comme « le fait de prendre l’identité d’un tiers ou de faire usage d’une ou plusieurs données de toute nature, permettant de l’identifier en vue de troubler sa tranquillité ou celle d’autrui, ou de porter atteinte à son honneur ou à sa considération » (article 226-4-1 du Code pénal).

 

Il est certain que le pouvoir législatif avait déjà prévu cette éventualité virtuelle en intégrant la mention « données de toute nature » dans le texte.

 

L’article 441-1 du Code pénal évoque aussi « toute altération frauduleuse de la vérité, de nature à causer préjudice et accomplie par quelque moyen que ce soit, dans un écrit ou tout autre support d’expression de la pensée », pour définir le faux et l’usage de faux documents.

 

Évidemment, le document constitue « le » support d’expression de la pensée, pouvant être matériel comme le papier ou immatériel comme les fichiers numériques.

 

2.- Typologies actuelles d’usurpation identitaire.

 

La cybercriminalité actuelle, consacrée au vol de données personnelles s’est orientée vers plusieurs activités commerciales, les plus importantes étant la revente et l’exploitation directe de ces données.

 

Dans le cadre d’une exploitation directe, ce sont les données bancaires qui ont la cote, car elles donnent accès direct au butin : le compte en banque de la victime.

 

Cependant, tout autre système d’identification personnelle, permettant d’accéder aux espaces clients de sites marchands sont toujours les bienvenus chez les cybercriminelles, car elles constituent un accès secondaire à l’argent facile.

 

Bien évidemment, les données personnelles d’un individu permettent la fabrication de faux documents, dans le but d’usurper l’identité de la victime, d’ouvrir de faux comptes bancaires, de créer toutes sortes de sociétés-écrans, et bien pire, tout en cachant d’autres activités criminelles.

 

Si bien le vol de données personnelles est connu et craint de tous, c’est justement l’éventuelle usurpation identitaire qui pourrait en découler la conséquence directe à éviter, car elle est bien plus difficile à prouver et les dommages collatéraux risquent d’être conséquents pour la victime.

 

La dématérialisation de certaines procédures administratives a favorisé en grande mesure l’exploitabilité des données personnelles volées.

 

À présent, on peut par exemple créer une société et ouvrir un compte en banque sur internet, à l’aide d’une fausse identité, sans déplacements ni prise de rendez-vous.

 

Les contrôles de sécurité en ligne ont été renforcés à certains niveaux.

 

Cependant, le fait de valider un dossier entièrement dématérialisé rend extrêmement difficile l’authentification de certains documents, notamment les pièces d’identité et les documents sécurisés.  

 

Les éléments de sécurité documentaire ne sont pas présents sur les photocopies et les documents numérisés.

 

C’est pourquoi, l’usurpation d’identité est souvent liée au faux et l’usage de faux, même s’il s’agit de deux délits différents.

 

3.- Quelle protection juridique face aux menaces.

 

Il faut comprendre que les cybercriminels ne sont pas forcément sur le sol français, rendant très difficile le travail des enquêteurs, ainsi que de l’administration de justice.

 

Cependant, lorsque l’usurpation d’identité a été commise en France, à l’aide de faux papiers, il est fort probable que l’usurpateur se trouvait dans la juridiction des autorités et de la justice française.

 

Bien évidemment, le voleur de données personnelles et l’usurpateur d’identité ne sont pas forcément la même personne. Mais il est toujours plus simple de tracer et de traduire en justice un criminel lorsqu’il est dans le territoire national.

 

La protection juridique des victimes dépend donc de la traçabilité des faits criminels commis, ainsi que des auteurs matériels de ces faits. Chaque cas doit être étudié individuellement.

 

 

4.- Comment prouver un faux et l’usurpation d’une identité ?

 

Lorsque les faits sont commis sur internet, l’élément de preuve est souvent difficile à trouver, dans la mesure où l’enquête nécessite des compétences particulières en matière de cybercriminalité.

 

En France, la Gendarmerie Nationale et la Police Nationale disposent de plusieurs unités très compétentes de lutte contre la cybercriminalité, au service des victimes.

 

Il s’agit de la première démarche à envisager en cas de vol de données personnelles et d’usurpation d’identité sur internet.

 

Il y a aussi la possibilité de contacter une société privée spécialisée en cybersécurité ou un expert judiciaire dans ce domaine de compétence, pour les cas d’usurpation sur internet, et même un cabinet d’expertise en écritures et documents, dans le cadre d’une usurpation à l’aide de faux papier.

 

Mais surtout, il faut signaler les faits aux forces de l’ordre, car même si on ne s’attend pas à avoir des résultats concluants à court terme, les quelques informations collectées auprès de toutes les victimes permettent souvent aux enquêteurs d’avancer plus rapidement et plus efficacement.

 

Par LFD Criminalistique.fr

Experts en écritures et documents

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Tan Océance
31/07/2021 15:40

N'ayant plus accès à la Préfecture pour faire la carte grise, je suis passé par un site "Votre carte grise en 48H" seulement voilà depuis le 13 mai 2021 après avoir réglé par CB presque 161€ ce site n'a pas cessé de me réclamer plus de documents qu'un (e) Avocat (e).

Pour finalement me dire au bout de 2 mois d'attente, que mon dossier était invalide " Erroné " ce qui m'a vraiment très étonnée ayant envoyer un nombre incalculable de documents personnels très précieux. J'ai donc déposer plainte auprès de la Gendarmerie de ma Commune, ainsi qu'auprès du Ministère de l'intérieur.

Depuis leur réponse j'espérais recevoir malgré tout, tous mes documents surtout la carte grise de mon vendeur particulier, à ce jour et malgré leurs promesses faites au téléphone par 2 fois, je n'ai absolument rien reçu.
C'est pourquoi j'accuse ce site frauduleux car bon nombres de plaintes ont été enregistrées dans toute la France, pour détournements de documents officiels, abus de pouvoir abus de confiance & de faiblesse, escroquerie, vol de cartes grises. Ce site dont j'en avais parler à la Préfecture de ma Commune m'a répondu que ce site était un site frauduleux.


Seulement voilà après toutes les démarches que j'ai pu entreprendre pour récupérer, et après toutes ces plaintes enregistrées je ne comprends pas pourquoi ce site qui est finalement un garage continue d'exercer, je dénonce les pratiques sur internet frauduleuses, et trafiquants.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.