Mayadoux Avocat

Blog de Maître Mayadoux, avocat expert en droit du travail

Secret des affaires : une protection très attendue par les entreprises

Publié le 08/09/2016 Vu 1 773 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Sous l'impulsion de l'Europe la protection du secret d'affaires ( protection des savoir-faire et des informations commerciales non divulgués) arrive bientôt en France

Sous l'impulsion de l'Europe la protection du secret d'affaires ( protection des savoir-faire et des informati

Secret des affaires : une protection très attendue par les entreprises

C'est désormais (presque) chose faite !

Sous l'impulsion, encore une fois, européenne, la France va bientôt pouvoir mieux protéger les secrets des affaires de ses entreprises ! Il était temps...

Différents textes (cope pénal, code de propriété intellectuelle, etc...) permettent déjà certaines actions, plutôt restreintes, permettant de défendre ses savior-faire ou autres, mais en pratique et au vu des conditions à remplir telles qu'exigées par les tribunaux français, cette protection est très difficile à obtenir, voir impossible.

En dernier lieu, la récente Loi Macron avait échoué dans ce domaine, puisque les propositions de texte en ce sens n'avaient pas été retenues.

Mais ce n'est que partie remise.

En effet, la toute récente Directive UE 2016/943 du 8 juin 2016 (publiée au JOUE du 15 juin) vient prévoir la protection des savoir-faire et des informations commerciales non divulgués (secrets d’affaires) contre l’obtention, l’utilisation et la divulgation illicites.

Ainsi, la directive commence par fournir une intéressante définition du secret d’affaires protégeable (article 2). Il s'agit des "informations secrètes, ayant une valeur commerciale parce qu’elles sont secrètes et ayant fait l’objet, de la part de leurs détenteurs, de dispositions raisonnables destinées à les garder secrètes".

La notion d'"informations" est très large, permettant ainsi une appréciation extensive de l’objet à protéger. il faut ainsi comprendre que sont visés par la protection les informations de toutes natures, comme par exemple le savoir-faire, les informations technologiques ou encore commerciales.

Cette définition émanant de la directive reprend les trois mêmes conditions prévues à l’article 39 de l’accord sur les Adpic (= accord sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce).

Ainsi, la nature "secrète" des informations protégées tient à ce que ces informations ne sont pas "généralement connues des personnes appartenant aux milieux qui s’occupent normalement du genre d’informations en question, ou ne leur sont pas aisément accessibles".

La "valeur commerciale" de l’information s’entend largement et est réputée acquise dès lors qu’une atteinte à son secret est susceptible de nuire, non seulement aux intérêts économiques de son détenteur, mais également à ses intérêts scientifiques et techniques, à ses positions stratégiques, ou à sa capacité concurrentielle.  NB : le 14e considérant de la directive va même jusqu'à préciser que la valeur commerciale peut être simplement "potentielle", elle n’a ainsi pas besoin d'être avérée au moment où la mise en œuvre de la protection est demandée.

Quant aux "dispositions raisonnables destinées à garder secrètes les informations", cette condition a probablement le plus de résonnances pratiques pour les entreprises. La directive ne précise pourtant pas grand chose sur cet élément. Peut être la transposition permettra t elle, on l'espère, de clarifier ce point, resté trop ambigü.

Cette directive devrait être transposée en France au plus tard dans deux ans, donc d'ici le 9 juin 2018.

Encore un peu de patience donc...

Les articles 3 et 4 de la directive précisent es cas licites et hypothèses illicites d'obtention, d’utilisation et de divulgation de secrets d’affaires, tout en  introduisant néanmoins plusieurs dispositions dérogatoires ou limitant l’effet de la protection (art. 1.2, 1.3 et 5). Parmi celles-ci, la protection du secret des affaires ne peut porter atteinte à l’exercice du "droit à la liberté d’expression et d’information".

La directive tente aussi de ménager la protection des secrets d’affaires avec d'autres règles de droit, notamment la liberté du travail. Les travailleurs doivent en effet rester libres d’utiliser l’expérience et les compétences qu'ils ont acquises dans l’exercice normal de leurs fonctions et, plus généralement, la directive ne doit pas être interprétée comme permettant de "restreindre la mobilité des travailleurs", ni empêcher la divulgation de secrets d’affaires par des salariés à leurs représentants dès lors que cette divulgation est nécessaire à l’exercice légitime de leurs fonctions ou mandats.

Par ailleurs, l’article 9 de la directive fixe des règles visant à protéger la confidentialité des secrets d’affaires au cours des procédures dont ils sont l’objet. AInsi, tous les acteurs d'une procédure sont astreints à une obligation de confidentialité, sont ainsi concernés les parties, leurs représentants, le personnel judiciaire, les témoins, les experts, etc.

Enfin, la directive impose aux Etats, lors de sa transposition par un texte national, de fixer un délai de prescription aux demandes et actions reposant sur un secret d’affaires. Ce délai de prescription sera de maximum 6 ans (art. 8). La directive renvoie au droit national le soin de fixer ce délai, son point de départ ainsi que les causes d’interruption et de suspension.

Attendons donc les prochains mois, d'ici juin 2018, pour connaître les modalités pratiques de cette protection, telles que décidées par le législateur français, et les applications pratiques qui en seront faites par nos chers tribunaux.

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


A propos de l'auteur
Blog de Mayadoux Avocat

Me Isabelle Mayadoux

Avocat expert en droit du travail

Accompagnement des salariés, cadres et dirigeants.

Conseil & Contentieux

Assistance - Représentation - Négociation

Sur rendez-vous uniquement

25, rue Jean Dolent 75014 Paris

Tél. : 01.84.25.78.77

> Visitez notre page internet <

Demande de contact
Image demande de contact

Contacter le blogueur

Informations

Maître Isabelle Mayadoux, avocat depuis 2005.

Au fil de mes expériences professionnelles, j'ai développé une expertise plus particulière en droit du travail, que j'exerce depuis plus de 16 ans.

Je reçois, sur rendez-vous, à mon cabinet au 25, rue Jean Dolent 75014 Paris. Quartiers/Métros/RER St-Jacques, Denfert-Rochereau, Port-Royal, Glacière.

En cas de besoin, je travaille en partenariat avec des avocats d'autres spécialités (droit immobilier, de la famille, des contrats, commercial, des sociétés, des affaires...).

Prenez rendez-vous au 01.84.25.78.77

> Visitez notre page internet <

Rechercher
Thèmes de publications
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles