C'est l'histoire d'une course au licenciement vs désignation Représentant de section syndicale

Publié le Vu 3 488 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

C'est l'histoire d'une course au licenciement vs désignation Représentant de section syndicale

Monsieur "Olivier" (nous l'appellerons ainsi), salarié de la société X depuis 15 ans a décidé de prendre les armes syndicales à cause de multiples manquements de l'employeur. Le Travail de Monsieur "Olivier" n'a jamais été remis en question et son professionnalisme était salué de tous.

A cet effet, il s'est rapproché de l'Union des Syndicats Anti Précarité afin de se voir nommer Représentant de section Syndicale.

Le Syndicat lui a alors indiqué que pour exister, une section syndicale doit compter au moins deux membres de l'entreprise cotisant au syndicat.

Monsieur "Olivier" a donc indiqué à ses collègues son intention de  créer cette section Syndicale et a demandé qui souhaitait le suivre.

Mal lui en a pris, cette nouvelle, arrivant au oreille de l'employeur, provoquait la réaction suivante:

Monsieur "Olivier" était immédiatement convoqué à un entretien préalable au licenciement pour faute grave. (!) Le syndicalisme n'a pas bonne presse chez certain employeur...

Ne l'entendant pas de cette oreille, le syndicat désignait Monsieur "Olivier" RSS à la suite de cet entretien préalable.

L'entreprise saisit le Tribunal d'Instance afin de voir cette désignation annulée pour fraude. (N'attendant pas la solution du TI, l'enterprise a licencié le salarié...)

D'ordinaire, la jurisprudence des TI annule systématiquement les désignations intervenues après l'entretien préalable en déclarant la fraude. La Cour de cassation ne contrôle pas l'appréciation de cette fraude en déclarant le juge du fond souverain sur ce point.

En effet, systématiquement, les juges indiquent cette désignation laisse "supposer" une fraude de la part du salarié car elle ne vise qu'à le protéger du licenciement.

Cette position constante aboutit à une inversion de la charge de la preuve, c'est au salarié de prouver l'absence de fraude.

Or, en matière de fraude, c'est au demandeur de démontrer celle-ci car la bonne foi est présumée.

Pour la première fois, à ma connaissance, le juge applique une théorie de la fraude conforme à la loi.

Dans une décision du 31 octobre 2011, le TI d'Aubervillier indique que la désignation postérieure à une convocation à un entretien préalable ne suffit pas, à elle seule, à démontrer la fraude de la part du salarié.

La charge de la preuve de cette fraude incombe donc...au demandeur.

 

La demande d'annulation de la désignation a été rejetée. Monsieur "Olivier" n'a donc jamais cessé d'être un salarié protégé dont le licenciement doit être autorisé par l'inspecteur du travail. (ce qui n'a pas été le cas si vous avez bien suivi)

Le licenciement devra donc être déclaré nul et Monsieur "Olivier" devra être réintégré.

La suite devant le Conseil des Prud'hommes de Bobigny... A suivre

 

 


Ghislain DADI - 
Avocat

www.dadi-avocat.fr

 

 

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


A propos de l'auteur
Blog de DADI - Avocat

Bienvenue sur le blog de DADI - Avocat

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles