GRELIN & ASSOCIES

Cabinet d'avocats en droit de la famille, des baux et spécialiste en droit du travail

Je suis discriminé au travail, comment le prouver en justice ?

Publié le 26/05/2021 Vu 1 089 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Comment réunir les éléments de preuve suffisants pour constituer un dossier en discrimination devant le conseil de prud’hommes ?

Comment réunir les éléments de preuve suffisants pour constituer un dossier en discrimination devant le con

Je suis discriminé au travail, comment le prouver en justice ?

L’article L. 1132-1 du code du travail prohibe les comportements discriminatoires envers les salariés en matière notamment de rémunération, de formation, de reclassement, d'affectation, de classification, de promotion professionnelle ou de sanction disciplinaire.

 

 

Un régime probatoire favorable au salarié

 

Le législateur, tenant compte du fait que les auteurs de discriminations dissimulent généralement les motivations réelles de leurs agissements, a créé un régime probatoire spécifique favorable au salarié.

 

Ainsi, l’article L. 1134-1 du code du travail, prévoit que le salarié n’est pas tenu de rapporter la preuve de la discrimination mais doit simplement présenter « des éléments de fait laissant supposer l'existence d'une discrimination ».

 

Il revient ensuite à l’employeur de prouver que sa décision est justifiée par des « éléments objectifs étrangers à toute discrimination. »

 

Bien que la preuve soit facilitée pour le salarié, la réunion d’éléments de preuve en la matière peut être délicate, notamment lorsque les documents pertinents sont détenus par l’employeur.

 

C’est le cas notamment lorsqu’un salarié estime avoir fait l’objet d’une discrimination dans l’évolution de sa carrière et de sa rémunération.

 

Dans une telle hypothèse, la méthode la plus couramment employée pour établir la discrimination est celle du panel de comparaison.

 

 

La méthode du panel de comparaison

 

Le salarié détermine une liste de salariés placés dans une situation comparable à la sienne en termes de date et de poste d’embauche mais n’étant pas concernés par le critère de discrimination (sexe, âge, origine, appartenance syndicale etc.).

 

Il établit ensuite une comparaison entre leur évolution de carrière et la sienne afin de montrer qu’il a été traité moins favorablement, sans autre raison apparente que le critère discriminatoire.

 

Cette méthode suppose néanmoins d’avoir accès à certains documents qui sont détenus exclusivement par l’employeur et les salariés du panel, à savoir leurs contrats de travail et leurs bulletins de paie.

 

Il existe heureusement plusieurs moyens pour le salarié de résoudre cette difficulté en obtenant de façon parfaitement licite la communication des documents en question.

 

 

Les mesures d’instruction avant tout procès

 

Il peut être judicieux pour le salarié qui pense être victime de discrimination de réunir avant tout procès les éléments matériels qui vont lui permettre de déterminer l’ampleur de la discrimination dont il est victime et de chiffrer ses demandes.

 

L’article 145 du code de procédure civile dispose que :

 

« S'il existe un motif légitime de conserver ou d'établir avant tout procès la preuve de faits dont pourrait dépendre la solution d'un litige, les mesures d'instruction légalement admissibles peuvent être ordonnées à la demande de tout intéressé, sur requête ou en référé. »

 

Cela signifie notamment que le salarié a la possibilité de saisir la formation des référés du conseil de prud’hommes pour demander avant tout procès au fond la communication par l’employeur des documents qu’il détient et qui permettraient d’établir la discrimination.

 

La Cour de cassation a ainsi jugé récemment (Cass. soc., 16 mars 2021, n°19-21.063) que le caractère personnel des informations concernant les salariés du panel ne fait pas nécessairement obstacle à leur communication par l’employeur lorsqu’elle est nécessaire à l’exercice du droit à la preuve du salarié demandeur.

 

 

Les mesures d’instruction au cours du procès

 

Lorsqu’une action a déjà été introduite devant le conseil de prud’hommes, le salarié dispose de plusieurs moyens pour obtenir des éléments de preuve supplémentaires concernant la discrimination.

 

La sommation de communiquer

 

Aux termes des articles 138 et 142 du code de procédure civile, une partie qui entend faire état d'une pièce détenue par la partie adverse peut demander au juge saisi de l'affaire d'ordonner la production de cette pièce.

 

Les parties peuvent toutefois invoquer le droit au secret (Com. 15 mai 2019, n° 18-10.491) -avec les mêmes limites que pour l’instruction avant tout procès- ou la force majeure.

 

En cas d'inexécution de l'injonction de produire, l'astreinte initialement fixée comme garantie d'exécution sera liquidée pour sanctionner le destinataire d’injonction qui résiste sans motif légitime (C. pr. civ., art. 139, al. 2).

 

En matière prud’homale, si l’une des parties refuse d’exécuter une injonction de communiquer, le bureau de conciliation et d’orientation peut renvoyer l'affaire à la première date utile devant le bureau de jugement. Ce bureau tirera toute conséquence de l'abstention de la partie ou de son refus (C. trav. art. R. 1454-2).

 

La requête aux fins de constat d'huissier

 

Il résulte des dispositions des articles 143 et 144 du code de procédure civile que les parties au litige peuvent demander au juge d’ordonner toute mesure d’instruction légalement admissible concernant des faits dont dépend la solution du litige.

 

L’une de ces mesures légalement admissible est la réalisation d’un constat d’huissier.

 

Toute l’équipe du cabinet Grelin & Associés est à votre écoute pour vos problématiques liées au droit du travail.

 

Pour prolonger la réflexion sur le droit de la preuve devant le conseil de prud'hommes :

- Je suis harcelé au travail, comment le prouver en justice ?

 

 

GRELIN & ASSOCIÉS

248, Boulevard Raspail 75014 Paris

Tél : 01 42 18 11 11                 

contact@ig-avocat.fr

 

Mots clefs : avocat ; droit ; droit du travail ; contrat de travail ; salarié ; discrimination ; preuve ; justice ; conseil de prud'hommes ; rémunération ; formation ; reclassement ; affectation ; classification ; promotion professionnelle ; sanction disciplinaire ; régime probatoire ; éléments de faits laissant supposer une discrimination ; discrimination directe ; discrimination indirecte ; élément objectif ; employeur ; document pertinent ; carrière ; rémunération ; panel de comparaison ; liste de salariés ; situation comparable ; embauche ; évolution de carrière ; bulletins de paie ; article 145 ; cpc ; code de procédure civile ; code du travail ; instruction in futurum ; motif légitime ; avant tout procès ; vie personnelle ; vie privée ; sommation de communiquer ; juge saisi ; droit au secret ; force majeure ; inexécution ; astreinte ; bureau de conciliation et d'orientation ; burau de jugement ; mesure d'instruction ; constat d'huissier.

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


A propos de l'auteur
Blog de GRELIN & ASSOCIES

Le cabinet GRELIN & ASSOCIES développe une activité de conseil et de contentieux auprès des particuliers et des entreprises dans tous les domaines du droit (droit du travail, des baux, de la famille, commercial, civil, construction, etc). 

Isabelle GRELIN, associée du cabinet, est titulaire de la mention de spécialisation en droit du travail.

Virginie COLIN, associée du cabinet, a une activité dominante en droit civil, droit de la famille et droit des baux. 

Tél : 01.42.18.11.11

Mail : contact@ig-avocat.fr

Site : https://www.grelin-associes.fr/ 

Informations

GRELIN & ASSOCIES

Avocats à la Cour

248, Boulevard Raspail - 75014 Paris

Accès Métro : Raspail (lignes 4 et 6)

Parking public devant le cabinet

Demande de contact
Image demande de contact

Contacter le blogueur

Rechercher
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles