tutelle/curatelle : la Cour de Cassation rappelle les principes régissant la mise en place de ces mesures par les juges des tutelles

Publié le Vu 9 601 fois 5
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

tutelle/curatelle : la Cour de Cassation rappelle les principes régissant la mise en place de ces mesures par les juges des tutelles

La Cour de Cassation dans son rapport 2009 publié en mars 2010 fait une large place à la jurisprudence des différentes chambres civiles en matière de tutelles.

C'est ainsi qu'elle rappelle les fondamentaux en matière d'ouverture de mesures de protection appuyé d'exemples jurisprudentiels qui permettent d'illustrer le propos.

I - La réunion impérative de deux conditions

Le placement sous tutelle ou curatelle nécessite la réunion de deux conditions :

- une altération des facultés mentales ou corporelles du majeur

- et le besoin d’être assisté ou représenté de manière continue dans les actes de la vie civile.

Or, la Cour de Cassation indique avoir censuré en 2009 beaucoup de jugements qui omettent de constater l'une ou l'autre de ces conditions

Une hospitalisation, même pour trouble du comportement, ne suffit pas à démontrer une altération des facultés mentales (1re Civ., 8 avril 2009). De même, le fait de relever que l’état de santé d’une personne n’est pas suffisamment consolidé ne peut valoir constat de l’existence d’une altération des facultés mentales (1re Civ., 13 mars 2007, pourvoi n° 06-14.489).

L'altération des facultés mentales ou corporelles doit impérativement être constatée par le médécin spécialiste désigné sur la liste du procureur de la république. Le médecin traitant peut également donner son avis et se trouve dès lors déchargé du secret médical.

S'agissant de la seconde condition à savoir le besoin d’être assisté ou représenté de manière continue dans les actes de la vie civile, elle doit également être formellement constatée par le juge.

Un jugement a été censuré par la Cour de Cassation alors que le juge avait pourtant constaté une altération des facultés corporelles et la nécessité pour le majeur d'être assisté ou représenté de manière continue.

La Cour de cassation a jugé que dans le cas où une altération corporelle est constatée, pour pouvoir ouvrir une mesure de protection, il faut en outre que cette altération empêche le majeur d'exprimer sa volonté e/ou si la communication avec l'entourage s'avère impossible ou très difficile. A titre d'exemple, il a été jugé qu'une personne atteinte d'une sclérose en plaques, bien que privée de toute autonomie, n'en demeurant pas moins capable d'exprimer sa volonté et qu'en conséquence, une mesure de protection ne pouvait être ouverte à son encontre.

L'article 425 du Code Civil issu de la réforme de 2007 a d'ailleurs transposé cette jurisprudence en prônant de façon très clair le principe de la nécessaire expression de volonté : "toute personne dans l'impossibilité de pourvoir seule à ses intérêts en raison d'une altération, médicalement constatée, soit de ses facultés mentales, soit de ses facultés corporelles de nature à empêcher l'expression de sa volonté peut bénéficier d'une mesure de protection juridique prévue au présent chapitre".


II - La curatelle renforcée fréquemment prononcés mais rarement motivée par les juges des tutelles

La Cour de Cassation a par ailleurs constaté à de multiples reprises la mise en place de curatelles renforcées. Cette mesure, moins forte que la tutelle puisque le majeur conserve sa capacité juridique, est toutefois très contraignante et bien plus forte qu'une curatelle simple (qui impose au majeur d'être assisté uniquement pour les actes de disposition) puisque c'est le curateur qui gère les revenus et les dépenses du majeur protégé. Le majeur est donc "dépossédé" de ses moyens de paiement et de la liberté de gérer son budget.

Il appartient au juge des tutelles de prendre cette décision en application de son pouvoir souverain. La gravité de la décision nécessite alors du juge qu'il motive les raisons pour lesquelles il prive le majeur de la gestion financière de son budget et son patrimoine.

Or, la Cour de Cassation constate trop souvent que les juges n'hésitent pas à prononcer une curatelle renforcée au seul motif « qu’il était opportun de faire application de l’article 512 (nouvel article 472 issu de la réforme de 2007) du code civil ».

Les juges des tutelles doivent en effet motiver leur décision et ne plus se contenter d'une telle formule. L'exercice peut s'avérer relativement simple. Un juge qui constaterait par exemple que le montant des dettes serait disproportionné au regard des revenus pourtant confortables, motiverait ainsi sa décision de façon claire, justifiant la mise en place de cette procédure grave. (1re Civ., 27 mars 2007).

Conclusion : il convient donc d'être particulièrement vigilant à la lecture des jugements d'ouverture de mesures de protection et ne pas hésiter, comme le rappelle la Cour de Cassation, à exercer des recours contre des jugements parfois trop peu motivés, mais aux conséquences graves.

 

Thierry Rouziès
Avocat au Barreau de Paris

Thierry@tr-avocat.com

 

 

 

 


 

Vous avez une question ?
Blog de La Tutelle et Vous

Thierry ROUZIÈS

240 € TTC

49 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par 22122010
14/01/2011 07:52

bonjour etbonne année une de mes amie est sur
une curatelle depuit 3 ans mes celle ci ne fait apparament son travail comme il le faudrais
mon amie a des facture qui arrive chez elle les renvois a udaf mes comme sa curatel est
très souvent en arret de maladie se que long
luis répond au téléphonne au secraitaria de son bureaux et ses souvent le ca les facture son décalée mes se que je ne compremt pas ses pourqu'oi que ses facture ne son pas récler directement par la curatel elle mème puisque ses sont travail
allord peut faire un courier aux juge des tutelle pour annuler car mon amie est entièrement capable de le faire d'elle mème

2 Publié par Maitre Thierry Rouzies
14/01/2011 10:09

Bonjour,

Oui il faut absolument faire un courrier au juge des tutelles dans un prtemier temps pour expliquer les dysfonctionnements avec le curateur.
Est-elle en curatelle simple ou renforcée?
Je peux assister votre amie si elle le souhaite.
Cordialement,

3 Publié par Visiteur
28/01/2011 09:28

bonjour,le juge m'ayant exclue de la fraterie sur les dirs de mon frère d'un conflit familial,la jugement à été rendue sans avoir convoquée,ayant fait appel et en attente de celui-ci,et d'après ce que j'aurais compris il n'y auras rien de changé tout en sachant qu'il s'agit d'une histoire d'argent car mon frère veux gerer non seulement les comptes de ma soeur qui ai trisomique pour qui la tutelle à été demandée. coradialement.

4 Publié par Visiteur
06/11/2013 23:02

comment peut on se défendre contre une menace injuste de curatelle

5 Publié par TR Avocat
07/11/2013 09:48

Bonjour,

Tout dépend où la procédure de mise sous curatelle en est. Si elle est en cours et que vous êtes soit concerné soit de la famille, vous pouvez demander une audition au juge des tutelles pour qu'il entende vos arguments.
Une fois que la curatelle est prononcée, vous avez 15 jours pour faire appel de la décision. Tout dépend encore une fois si vous êtes concerné ou pas par cette mesure.
Prenez un avocat si vous le pouvez, c'est somme toute le meilleur conseil que je puisse vous donner.

Bien cordialement

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

A propos de l'auteur
Blog de La Tutelle et Vous

Me Thierry Rouziès, Avocat au Barreau de Paris depuis 1999, est expert en Droit de la Protection des Majeurs. Il conseille et assiste tant des particuliers que des Professionnels (MJPM).

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

240 € Ttc

Rép : 24h max.

49 évaluations positives

Note : (5/5)
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles