TEG : La banque condamnée à rembourser les intérêts des intérêts. CA BOURGES 6/09/2018 RG17/01087

Publié le Modifié le 28/04/2021 Vu 3 413 fois 1
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

La Cour d’Appel a décidé que, non seulement la banque devait restituer le trop-perçu, mais que celui-ci serait assorti des intérêts au taux légal.

La Cour d’Appel a décidé que, non seulement la banque devait restituer le trop-perçu, mais que celui-ci s

TEG : La banque condamnée à rembourser les intérêts des intérêts. CA BOURGES 6/09/2018 RG17/01087

! A compter de janvier 2021 retrouvez mes nouveaux articles à l'adresse suivante : articles Maître Luc PASQUET

Tel : 02 97 21 03 5

lorient@consiliumavocats.fr

 

 

Les banques sont négligentes et obstinées…

L’arrêt de la Cour d’Appel de BOURGES en est l’illustration parfaite.

Dans ce dossier la banque avait soumis à l’emprunteur une offre de prêt sans pour autant y indiquer le taux de période alors qu’il s’agit d’une obligation légale[1] bien connue par les professionnels de la finance.

Concrètement, le taux de période représente le coût mensuel[2] du prêt, intérêts et frais annexes y compris[3].

En l’espèce, la Cour a considéré que cet oubli devait être sanctionné par la substitution du taux d’intérêt contractuellement prévu, au taux légal, généralement bien plus bas. Cette décision confirme d’ailleurs que le juge n’a pas le pouvoir de moduler à la baisse[4] le montant de la condamnation.

Pourtant, au-delà de la simple négligence, d’ailleurs difficilement tolérable pour un organisme de crédit professionnel, les banques, bien que confrontées à leur propre incurie, s’obstinent à plaider l’implaidable alors que la jurisprudence est fermement fixée[5].

La Cour d’appel de BOURGES dans l’arrêt commenté sanctionne donc, pour la troisième fois consécutive[6], la même banque, pour la même erreur…

La sanction est donc sévère puisque l’emprunteur fera sur l’ensemble de son prêt une économie de près de 200.000€. Mais plus encore, les juges berruyers ont condamné la banque à restituer à l’emprunteur le montant des intérêts trop perçus depuis la conclusion du prêt selon les règles de l’anatocisme.

C’est-à-dire que la banque devra régler  non seulement le montant indu assorti d’intérêts, mais également les intérêts de ces intérêts.

En définitive, il s’agit d’une décision extrêmement favorable pour l’emprunteur.

***

Maître Luc PASQUET se tient à votre disposition pour une étude gratuite de votre prêt qui permettra de déterminer si celui-ci est ou non entaché d’une erreur permettant le remboursement total des intérêts indus.

 

! A compter de janvier 2021 retrouvez mes nouveaux articles à l'adresse suivante : articles Maître Luc PASQUET

Tel : 02 97 21 03 5

lorient@consiliumavocats.fr

 

 

[1] R313-1 du Code de la Consommation : « (…) Pour les opérations de crédit destinées à financer les besoins d'une activité professionnelle ou destinées à des personnes morales de droit public ainsi que pour celles mentionnées à l'article L. 312-2, le taux effectif global est un taux annuel, proportionnel au taux de période, à terme échu et exprimé pour cent unités monétaires. Le taux de période et la durée de la période doivent être expressément communiqués à l'emprunteur.  (…) »

[2]Le plus souvent. La durée de la période peut varier.

[3] https://www.legavox.fr/blog/maitre-luc-pasquet-avocat/presentation-contentieux-relatif-taux-effectif-24671.htm

[4] https://www.legavox.fr/blog/maitre-luc-pasquet-avocat/errone-comment-sanctionnee-banque-cour-24764.htm

[5]              Cour de Cassation  19 février 2013 (n°13-14.381)

Cour de cassation, 1re chambre civile, 1er Juin 2016 – n° 15-15.813

Cour d’Appel de BORDEAUX du 10 juillet 2014 n°13-03279

Cour d’Appel d’Aix en Provence du 08 janvier 2015 n°12-18668 ;

Cour d’appel de Paris  29 janvier 2015 RG n°12-04604

Cour d'appel, Angers, Chambre commerciale, section A, 24 Mai 2016 – n° 14/00419

Cour d'appel, Toulouse, 13-02-2017, n° 15/05516

Cour d'appel, Lyon, 21-02-2017, n° 15/00626

Cour d'appel, CA Toulouse, 03-07-2017, n° 16/01916

Cour d'appel de Paris, 17 mai 2018, n° 16/00048

[6] Cour d'appel de Bourges ch. Civile 15 février 2018 n° 17/00051

Cour d'appel de Bourges – 1 mars 2018 – n° 17/00308

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Visiteur
31/10/2018 16:25

Avocat sérieux et disponible.
A su répondre à toute mes questions de manière efficace.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.