Audience des criées : Précisions sur le dépôt d’une surenchère

Publié le 13/05/2013 Vu 3 132 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

La Cour de cassation a considéré dans un arrêt du 10 avril 2013 que la responsabilité d’un avocat lors d’un dépôt d’une surenchère, sans consignation préalable, sous l’empire des anciennes dispositions sur l’adjudication, ne peut être engagée, faute d’obligation dans le cahier des charges et d’insolvabilité notoire du client.

La Cour de cassation a considéré dans un arrêt du 10 avril 2013 que la responsabilité d’un avocat lors

Audience des criées : Précisions sur le dépôt d’une surenchère

 

La Cour de cassation a estimé dans un arrêt du 10 avril 2013 que la responsabilité d’un avocat lors d’un dépôt d’une surenchère, sans consignation préalable, sous l’empire des anciennes dispositions sur l’adjudication, ne peut être engagée, faute d’obligation dans le cahier des charges et d’insolvabilité notoire du client.

En l’espèce, une société ayant fait l’objet d’une procédure de liquidation judiciaire, cède l’immeuble lui appartenant au prix de 2.930.000 euros lors d’une audience des criées.

Postérieurement, un avocat dépose une déclaration de surenchère auprès du greffe des saisies immobilières du Tribunal en faveur de son client moyennant le prix principal de 3.323.000 euros.

Ce dernier devient adjudicataire de l’immeuble mais ne procède pas au paiement des frais de poursuite dans le délai légal de 20 jours à compter de l’adjudication.

L’immeuble est revendu sur folle enchère à un prix inférieur à celui de l’audience d’adjudication initiale.

La caution de la société liquidée recherche la responsabilité de l’avocat aux motifs qu’il a commis une faute professionnelle en régularisant une surenchère sans s’être assuré que le montant des frais de poursuites avait été consigné par le client.

La demanderesse soutenait que les dispositions de l’article 95 du décret du 27 juillet 2006 (désormais abrogées), énonçant que l’avocat ayant formé une surenchère doit attester s’être fait remettre de son mandant une caution bancaire irrévocable ou un chèque de banque du dixième du prix principal de la vente, étaient applicables.

La Cour de cassation n’a pas donné satisfaction à la caution.

Les juges du droit ont constaté que le cahier des charges a été déposé avant la date d’entrée en vigueur du décret du 27 juillet 2006  et que ce document ne contenait aucune obligation de consignation.

En outre, il n’est pas démontré que le client de l’avocat surenchérisseur était notoirement insolvable.

Il résulte de ces éléments qu’aucune faute professionnelle ne peut être retenue à l’encontre de l’avocat.

Je reste à votre disposition pour toutes informations complémentaires.

Cass 2ème Civ.  10 avril 2013, n ° 12-18.580

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


A propos de l'auteur
Blog de Maître Matthieu PUYBOURDIN

Avocat Associé au barreau de PARIS, le cabinet MPMCT se tient à votre disposition pour vous conseiller et/ou vous représenter devant l'ensemble des juridictions. Contact : mpuybourdin@mpmct-avocats.com

Demande de contact
Image demande de contact

Contacter le blogueur

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles