Opposabilité d’une procédure d’expulsion à l’égard de l’épouse du locataire

Publié le 06/12/2013 Vu 2 550 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

La 3ème chambre civile de la Cour de cassation a considéré dans un arrêt du 29 octobre 2013 qu’une procédure d’expulsion engagée à l’encontre d’un locataire est opposable à son épouse dès lors que celui-ci ne justifie pas avoir porté, par une démarche positive, à la connaissance du bailleur, le fait qu’il était marié en application de l’article 9-1 de la loi du 6 juillet 1989.

La 3ème chambre civile de la Cour de cassation a considéré dans un arrêt du 29 octobre 2013 qu’une proc

Opposabilité d’une procédure d’expulsion à l’égard de l’épouse du locataire

La 3ème chambre civile de la Cour de cassation a considéré dans un arrêt du 29 octobre 2013 qu’une procédure d’expulsion engagée à l’encontre d’un locataire est opposable à son épouse dès lors que celui-ci ne justifie pas avoir porté, par une démarche positive, à la connaissance du bailleur, le fait qu’il était marié en application de l’article 9-1 de la loi du 6 juillet 1989.

En l’espèce, un bailleur avait donné à bail un local à usage d’habitation.

Le locataire n’ayant pas procédé au paiement régulier des loyers, le bailleur a été contraint de l’assigner devant la juridiction compétente afin d’obtenir son expulsion.

En l’espèce, les juges devaient se prononcer sur l’opposabilité de la procédure d’expulsion à l’égard du conjoint du locataire.

Contrairement aux juges de première instance, la cour d’appel a jugé que cette procédure était opposable à l’épouse du preneur au visa de l’article 9-1 de la loi du 6 juillet 1989.

Cette disposition légale énonce que :

« Nonobstant les dispositions des articles 515-4 et 1751 du code civil, les notifications ou significations faites en application du présent titre par le bailleur sont de plein droit opposables au partenaire lié par un pacte civil de solidarité au locataire ou au conjoint du locataire si l'existence de ce partenaire ou de ce conjoint n'a pas été préalablement portée à la connaissance du bailleur. »

La Cour d’appel a estimé que le locataire ne démontrait pas avoir porté, par une démarche positive, à la connaissance de son bailleur, le fait qu’il était marié.

Dès lors, la procédure d’expulsion engagée par son bailleur à son encontre était également opposable à son épouse.

Cette dernière a formé un pourvoi en cassation aux motifs qu’il était établi que la société bailleresse ne pouvait ignorer son existence car elle s’acquittait régulièrement les loyers au moyen de chèques bancaires tirés sur son compte bancaire personnel, à l’adresse des lieux loués.

L’épouse avait également produit aux débats une correspondance que le bailleur avait adressée aux deux époux afin de les aviser qu’il allait transmettre leur candidature à un relogement dans un appartement HLM en exécution d’une convention de relogement.

La Cour de cassation a rejeté le pourvoi formé par l’épouse.

La Haute Cour a repris l’argumentation des juges d’appel en indiquant que le locataire ne justifiait pas avoir porté, par une démarche positive, à la connaissance de la société bailleresse, le fait qu’il était marié. Par conséquent, elle a pu, sans dénaturation, en déduire que la procédure d’expulsion engagée à l’égard de ce dernier était aussi opposable à son épouse.

En d’autres termes, la Cour de cassation considère qu’une procédure d’expulsion ne sera déclarée inopposable au conjoint du locataire que, si et seulement si, celui-ci parvient à justifier qu’il a lui-même informé son bailleur de son statut matrimonial.

(3ème chambre civile de la Cour de cassation 29 octobre 2013, n° 12-23138)

 

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


A propos de l'auteur
Blog de Maître Matthieu PUYBOURDIN

Avocat Associé au barreau de PARIS, le cabinet MPMCT se tient à votre disposition pour vous conseiller et/ou vous représenter devant l'ensemble des juridictions. Contact : mpuybourdin@mpmct-avocats.com

Demande de contact
Image demande de contact

Contacter le blogueur

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles