Vente d’un lot de copropriété : sort du trop-perçu sur provisions

Publié le Par Maître Matthieu PUYBOURDIN Vu 3 421 fois 2

La 3ème chambre civile de la Cour de cassation a considéré dans une décision du 19 décembre 2012 que le trop-perçu sur provisions qui apparaît après la mutation à titre onéreux de lots de copropriété est porté au crédit de celui qui est copropriétaire lors de l’approbation des comptes.

Vente d’un lot de copropriété : sort du trop-perçu sur provisions

 

La 3ème chambre civile de la Cour de cassation a estimé dans une décision du 19 décembre 2012 que le trop-perçu sur provisions qui apparaît après la mutation à titre onéreux de lots de copropriété est porté au crédit de celui qui est copropriétaire lors de l’approbation des comptes.

En l’espèce, un syndicat des copropriétaires avait appelé des appels de fonds afin de faire réaliser des travaux de confortation et de reconstruction à la suite de la démolition de l’un des bâtiments de la copropriété.

Après s’être acquitté de sa quote-part, un copropriétaire, détenteur de divers lots dans le bâtiment non sinistré et de deux lots composant le bâtiment détruit, avait cédé ces derniers lots au syndicat.

À la suite de la condamnation de la compagnie d’assurance de la copropriété à indemniser le syndicat des copropriétaires, le copropriétaire-vendeur a demandé à ce dernier qu’il le rembourse de la somme dont il s’était préalablement acquittée.  

Il convient de rappeler les dispositions de l’article 6-2 du décret n° 67-223 du 17 mars 1967, desquelles il résulte que :

1° Le paiement de la provision exigible du budget prévisionnel incombe au vendeur ;

2° Le paiement des dépenses hors budget incombe à celui qui est copropriétaire lors de l’exigibilité ;

Le trop ou le moins perçu sur provisions, révélé par l’approbation des comptes, est porté au crédit ou au débit du compte de celui qui est copropriétaire lors de l’approbation des comptes.

 

Dans ce litige, le copropriétaire-vendeur a obtenu satisfaction devant les juges du fond qui ont considéré que le remboursement de la somme versée par l’assureur devait être effectué au profit des copropriétaires ayant payé ces travaux et, sauf enrichissement sans cause, ne sauraient profiter aux copropriétaires ayant cette qualité à la date du remboursement.

La Cour de cassation n’a pas confirmé la position adoptée par les juges d’appel.

La Haute Cour a fait application du troisième alinéa de l’article susvisé et, a considéré, conformément à sa jurisprudence antérieure, que la qualité de copropriétaire doit s’apprécier à la date de l’approbation des comptes.

Toutefois, les parties auraient pu déroger à cette règle en application de l’article 6-3 du décret de 1967 et prévoir, dans l’hypothèse d’une mutation intervenant avant l’approbation des comptes, et à la diligence du copropriétaire-vendeur, des dispositions dans le cadre d’une convention avec l’acquéreur afin de formaliser les différences entre les provisions acquittées et les dépenses réelles.

Bien évidemment, je me tiens à votre disposition pour tout renseignement complémentaire.

Cass. Civ. 3ème, 19 déc. 2012, n° 11-24.251

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publié par Visiteur
14/11/15 12:42

Bonjour Maître,
J'ai un problème un peu différent. Suite à expertise, une somme importante(plus de 40000€)a été retenue par le syndic il y a 4 ans sur une vente d'un lot en prévision de travaux liés aux à un dégât des eaux ayant occasionné des dégâts importants à la structure de l'immeuble. Ces travaux ont donc été réalisés aux frais des autres copropriétaires.
La propriétaire aujourd'hui décédée, ses héritiers ont vendu le second et dernier lot qu'elle détenait.
La succession est maintenant soldée, et la copropriété se retrouve donc avec cette somme placée représentant aujourd'hui plus de 47000€.
J'ai vendu en début d'année mon appartement mais le syndic n'a pas porté cette somme dans les comptes de chaque lot et je n'ai pas pu récupérer ma quote-part de ce montant (environ 3700€). Le syndic a en effet décidé de réserver cet argent pour des futurs travaux qui pourraient être nécessaires dans la copropriété. C'est donc l'acheteur de mon appartement qui va à terme en bénéficier alors que c'est moi qui ai avancé l'argent. Le syndic malgré mon vote négatif en AG et mes divers courriers ne veut rien entendre.
Qu'en pensez vous?

Je vous remercie de votre réponse.
Meilleures salutations.

Jean Jacques Garayoa

Publié par Visiteur
16/06/17 12:21

Bonjour Maître,

J'ai vendu mon appartement avec un ravalement qui a été effectué, nous n'avons pas encore payé le dernier appel de fonds car un réajustement à notre faveur doit être fait d'ici la fin de l'année. Sauf que nous signons chez le notaire à la mi-juillet et ce remboursement ne se fera fait qu'en décembre 2017. Nous avons tenté un accord à l'amiable avec nos acquéreurs qui ont catégoriquement refusé. Que puis-je faire pour récupérer cette argent qui nous revient de droit?

Merci par avance de votre réponse,

Bien cordialement,

Mme Padeiro

Publier un commentaire
Votre commentaire :
A propos de l'auteur
Blog de Maître Matthieu PUYBOURDIN

Avocat Associé au barreau de PARIS, le cabinet MPMCT se tient à votre disposition pour vous conseiller et/ou vous représenter devant l'ensemble des juridictions. Contact : mpuybourdin@mpmct-avocats.com

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles