Le délit de non représentation d'enfant

Publié le 02/08/2021 Vu 601 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Bref rappel de l’infraction de non représentation d'enfant

Bref rappel de l’infraction de non représentation d'enfant

Le délit de non représentation d'enfant

 

I- Quelle est la définition du délit de non représentation d’enfant ?

L’infraction de non-représentation d’enfant est prévue au sein des dispositions de l’article 227-5 du Code pénal.

Cet article dispose que :

« Le fait de refuser indûment de représenter un enfant mineur à la personne qui a le droit de le réclamer ».

Il s’agit là d’une atteinte à l'exercice de l'autorité parentale prévue dans le Code pénal.

 

II- Quels sont les éléments constitutifs du délit de non représentation d’enfant ?

A- Les conditions préalables

Elles sont au nombre de deux :

1) La présence d’un enfant mineur ;

2) La présence d’une personne ayant le droit de réclamer l’enfant mineur.

Ce droit peut trouver son origine dans une décision de justice (Jugement, Jugement de divorce, Ordonnance, Ordonnance de référé, etc.), une convention judiciairement homologuée par le Juge aux Affaires Familiales, ou encore d’un acte sous signature privée contresigné par les avocats et déposé au rang des minutes d’un notaire lui conférant ainsi force exécutoire.

La décision doit être exécutoire.

Dès lors, une décision étrangère non revêtue de l'exéquatur ou frappée d'un appel ne peut pas être considérée comme exécutoire.

Enfin, cette infraction peut être retenue aussi bien à l’égard de parents que de grands-parents bénéficiant d’une décision de justice organisant leurs relations personnelles avec leur petit-fils/fille.

 

B- L’élément matériel

Le délit est constitué par une omission (à savoir : le fait de ne pas se soumettre au droit de réclamer l’enfant dont est titulaire une personne) :

   -    de ne pas remettre l’enfant au titulaire d’un droit de visite ou d’hébergement ou,

   -    de ne pas ramener le mineur chez les parents titulaire de la résidence de ce dernier.

Attention ! Il est indispensable que l’infracteur ait eu connaissance des droits de celui qui réclame l’enfant.

Cette connaissance peut résulter :

   -    de la signification de la décision (= notification par voie d’huissier de justice) ;

   -    du recours intenté contre cette décision (appel ou pourvoi en cassation) ; (Cass., Crim, 23 juin 1999, n°98-87.147)

   -    du fait d’avoir volontairement mis en œuvre la décision. (Cour d’Appel de Nancy, 21 mai 2002, RG n°02/0016)

 

C- L’élément intentionnel

L’auteur des faits doit avoir eu l’intention coupable de ne pas représenter l’enfant.

Il est ici question d’une attitude consciente et volontaire chez l’infracteur.

Ainsi, l’élément intentionnel suppose que soit établis la connaissance de l’obligation de représenter l’enfant et le défaut de justification du refus.

 

III- Quelles sont les causes d'irresponsabilité ou d'atténuation de la responsabilité ?

La Jurisprudence a admis que le refus de présenter l’enfant était justifié en cas de danger actuel et/ou imminent encouru par ce dernier entre les mains de celui qui le réclame, au sens de l’article 122-7 du Code pénal.

Toutefois, encore faut-il que le danger soit établi.

Tel est le cas :

   -   d’un risque d’enlèvement du mineur à l’étranger,

   -  d’un risque de troubles psychologiques de l’enfant à la suite d’une visite de son père incarcéré,

   -  d’un sentiment de peur chez l’enfant impossible à atténuer résultant de la violence du père (Cour d’Appel de Paris, Pôle 2 - 5ème Chambre, 16 avril 2021)

   -  de la reconnaissance par un expert psychiatre d’un danger actuel éminent menaçant l’équilibre psychique d’un très jeune enfant (Cour d’Appel de Colmar, 18 juin 2014, RG n°14/00493)

Par ailleurs, la Jurisprudence retient que la résistance de l’enfant ne constitue ni un fait justificatif ni une excuse légale, de sorte qu’il appartient aux parents de vaincre cette résistance. (Cass., Crim, 27 octobre 1993, n°93-81.362 Cour d’Appel de Toulouse, 8 septembre 2003, RG n°03/00106)

Cependant, il reste possible pour le parent de s’exonérer en prouvant l’existence de circonstances exceptionnelles et en se fondant sur l’âge de l’enfant (Cour d’Appel de Toulouse, 8 septembre 2003, RG n°03/00106)

Plus l’enfant s’approche de l’âge de majorité et plus la résistance sera positivement appréciée.

A défaut de fait justificatif, l’auteur du délit pourra être réprimé.

 

IV- Comment est réprimé le délit de non représentation d’enfant ?

A titre liminaire, il n’est pas nécessaire que le victime parent ait déposé plainte pour que les poursuites soient engagées à l’encontre de l’auteur des faits.

La juridiction compétente pour connaître de cette infraction est le Tribunal correctionnel :

   -   du lieu de représentation de l’enfant du lieu du domicile du parent tenu de présenter l'enfant ou ,

   -   du lieu du domicile du parent qui a le droit de réclamer l'enfant ou ;

   -   du lieu fixé par la décision judiciaire pour la remise de l'enfant.

En outre, le délit de non représentation d’enfant est une infraction continue, de sorte que le délai de prescription de 6 ans ne commence à courir qu’à compter de la restitution de l’enfant.

La tentative de non représentation d’enfant n’est pas incriminée.

Par ailleurs, le parent victime du délit peut se constituer partie civile tant en son nom personnel qu’en sa qualité de représentante légale de l’enfant mineur, lorsque ce dernier a subi un préjudice direct et personnel du fait de l’abstention délictuelle du parent infracteur. (Cass., Crim, 19 janvier 2005, n°04-81.232)

Enfin, l’auteur encourt une peine d’un an d’emprisonnement et de 15.000 euros d’amende à titre de peines principales.

L’article 227-29 du Code pénal prévoit une aggravation de la peine si :

   -  si l’enfant mineur est retenu au-delà de cinq jours sans que ceux qui ont le droit de réclamer qu’il leur soit représenté sachent où il se trouve ;

   -   si l’enfant mineur est retenu indûment hors du territoire de la République.

Dans ces cas, l’infracteur encourt une peine de trois ans d’emprisonnement et de 45.000 euros d’amende.

Des peines complémentaires sont également prévues pour ce délit.

NB. Il n’est pas rare pour les Tribunaux correctionnels de prononcer une peine d’emprisonnement ferme pour une telle infraction. (Cass., Crim, 7 décembre 2011, n°11-82.459)

 

Vous êtes auteur ou victime de non représentation d’enfant ? Le Cabinet BARISEEL-LECOCQ & ASSOCIÉS demeure à votre entière disposition par téléphone ou par courriel pour convenir d'un rendez-vous.

 

Article rédigé par :

Maître Gauthier LECOCQ

Avocat Fondateur Associé

 

Cabinet d'avocats BARISEEL-LECOCQ & ASSOCIÉS

AARPI Inter-Barreaux inscrite au Barreau de Paris

—   

Cabinet de Paris

110, rue la Boétie – 75008 Paris

Toque A0506

 

Cabinet de Bobigny

11, rue Carency – 93000 Bobigny

Toque P182

 

Tél. : +33 (0)6 73 55 95 46

Mail : contact@grbl-avocats.com

 

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


A propos de l'auteur
Blog de Maître Gauthier LECOCQ

 

Maître Gauthier LECOCQ

Avocat au barreau de Paris et Fondateur Associé du Cabinet d'avocats BARISEEL-LECOCQ & ASSOCIÉS

Cabinet de Paris : 110, rue la Boétie - 75008 Paris

Cabinet de Bobigny : 11, rue de Carency - 93000 Bobigny

Tél.:  +33 (0)1 84 21 83 38

Fax. : +33 (0)1 84 21 83 39

Mail : contact@grbl-avocats.com

Site : www.bariseel-lecocq-associes.com

 

Demande de contact
Image demande de contact

Contacter le blogueur

Commentaires récents
consultation.avocat.fr
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles