La procédure de relèvement d’interdiction, d’incapacité et de déchéances en droit pénal

Publié le 11/07/2023 Vu 2 425 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Rappel des règles applicables à la procédure de relèvement d’interdiction, d’incapacité et de déchéances

Rappel des règles applicables à la procédure de relèvement d’interdiction, d’incapacité et de déché

La procédure de relèvement d’interdiction, d’incapacité et de déchéances en droit pénal

 

I- Qui peut engager une procédure de relèvement d’interdiction, d’incapacité et de déchéances ?

 

Selon l’article 702-1 du Code de procédure pénale, la procédure de relèvement peut être engagée par toute personne frappée d'une interdiction, déchéance ou incapacité ou d'une mesure de publication quelconque résultant de plein droit d'une condamnation pénale ou prononcée dans le jugement de condamnation à titre de peine complémentaire.

 

 

II- Quelles sont les mesures concernées par la procédure de relèvement ?

 

La procédure de relèvement n’est applicable qu’aux seules mesures d’interdiction, de déchéance ou d’incapacité qui découlent d’une condamnation pénale, et qui sont subies à titre de peine accessoire ou complémentaire.

Le relèvement d’une peine prononcée à titre principal est donc exclu, y compris lorsqu’il s’agit d’une peine complémentaire prononcée à titre de peine principale.

Par exemples, il peut s’agit d’une interdiction d’exercer une activité sociale ou professionnelle, d’une interdiction des droits civiques, civils et de famille (droit de vote, éligibilité, etc.), d’une interdiction du territoire, d’une incapacité électorale, d’une incapacité d’enseigner, d’une déchéance de l’autorité parentale…

 

 

III- Quelles sont les juridictions compétentes pour connaître de la procédure de relèvement ?

 

Le relèvement peut intervenir à deux stades :

 

-       soit au cours de l’audience de jugement : le demandeur doit formuler sa demande devant la juridiction saisie du litige (article 132-21 du Code pénal) ;

 

-       soit postérieurement à la condamnation : le demandeur doit saisir la juridiction ayant prononcé la condamnation ou alors la dernière juridiction ayant statué en cas de pluralité de condamnations, pour demander à être relevé, en tout ou partie, y compris en ce qui concerne la durée, de cette interdiction, déchéance ou incapacité (article 702-1 du Code pénal) ;

 

Si la condamnation a été prononcée par une Cour d'assises, la Chambre de l'instruction dans le ressort de laquelle ladite Cour a son siège est compétente pour statuer sur la demande.

 

 

IV- Comment se déroule la procédure de relèvement ?

 

Selon l’article 703 du Code de procédure pénale, toute demande présentée par un condamné en vue d'être relevé d'une interdiction, d'une déchéance, d'une incapacité ou d'une mesure de publication précise la date de la condamnation ainsi que les lieux où a résidé le requérant depuis sa condamnation ou sa libération.

La demande est adressée, selon le cas, au procureur de la République ou au procureur général qui s'entoure de tous les renseignements utiles (1), prend, s'il y a lieu, l'avis du Juge de l'application des peines (2) et saisit la juridiction compétente, à savoir la juridiction de condamnation ou la dernière juridiction ayant statué en cas de pluralité de condamnations (3).

L’article 702-1 du Code de procédure pénale prévoit que, sauf lorsqu'il s'agit d'une mesure résultant de plein droit d'une condamnation pénale, la demande ne peut être portée devant la juridiction compétente qu'à l'issue d'un délai de 6 mois après la décision initiale de condamnation.

En cas de refus opposé à cette première demande, une autre demande ne peut être présentée que 6 mois après cette décision de refus.

Il en est de même, éventuellement, des demandes ultérieures.

La juridiction saisie statue en chambre du conseil sur les conclusions du Ministère public, le requérant ou son conseil entendus ou dûment convoqués.

La décision est signifiée à la requête du Ministère public lorsqu'elle est rendue hors de la présence du requérant ou de son conseil.

Selon le cas, elle peut être frappée d'appel ou déférée à la Cour de cassation.

Attention ! Le Conseil constitutionnel a déclaré cette dernière disposition contraire à la Constitution dans sa décision n°2023-1057 QPC du 7 juillet 2023 pour méconnaissance du principe d'égalité des citoyens devant la justice ; l’abrogation de cette disposition est toutefois reportée au 31 mars 2024.

La mention de la décision par laquelle un condamné est relevé totalement ou partiellement d'une interdiction, déchéance, incapacité ou d'une mesure de publication est faite en marge du jugement ou de l'arrêt de condamnation et au casier judiciaire.

Le relèvement entraîne l’extinction de la mesure sans toutefois effacer la condamnation, de sorte que celle-ci reste mentionnée au casier judiciaire.

 

 

Vous souhaitez engager une procédure de relèvement d’interdiction, d’incapacité ou de déchéances ?

Le Cabinet BARISEEL-LECOCQ & ASSOCIÉS demeure à votre entière disposition par téléphone ou par courriel pour convenir d'un rendez-vous.

 

Article rédigé par :

Maître Gauthier LECOCQ, Avocat au barreau de Versailles & Fondateur Associé du Cabinet d'avocats BARISEEL-LECOCQ & ASSOCIÉS, AARPI Inter-Barreaux inscrite au barreau de Versailles

 

—     

Cabinet de Versailles

7 rue des deux Portes – 78000 Versailles

Case Palais 342

 

Cabinet de Seine-Saint-Denis

10, Grande rue – 93250 Villemomble

Case Palais 57

 

Tél. : +33 (0)6 73 55 95 46

Mail : contact@grbl-avocats.com

Site : www.bariseel-lecocq-associes.com

 

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

A propos de l'auteur
Blog de Maître Gauthier LECOCQ

 

Maître Gauthier LECOCQ

Avocat au barreau de Versailles et Fondateur Associé du Cabinet d'avocats BARISEEL-LECOCQ & ASSOCIÉS

Cabinet de Versailles : 7, rue des deux Portes - 78000 Versailles

Cabinet de Seine-Saint-Denis : 10, Grande rue – 93250 Villemomble

Tél.:  +33 (0)1 84 21 83 38

Fax. : +33 (0)1 84 21 83 39

Mail : contact@grbl-avocats.com

Site : www.bariseel-lecocq-associes.com

Linkedin : https://www.linkedin.com/in/gauthier-lecocq-di-bernardo-40961084/

Instagram : cabinet_grbl

 

Rechercher
Demande de contact
Image demande de contact

Contacter le blogueur

consultation.avocat.fr
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles