La France et les Roms: six mois plus tard

Publié le 20/02/2011 Vu 2 721 fois 2
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Cela fait six mois qu'on parle beaucoup moins des Roms. Pourtant, rien n'a changé. La procédure méconnaît toujours les droits fondamentaux de ces citoyens de l'Union Européenne, et reste coûteuse, à la limite de la légalité, et inefficace.

Cela fait six mois qu'on parle beaucoup moins des Roms. Pourtant, rien n'a changé. La procédure méconnaît

La France et les Roms: six mois plus tard

Cela fait six mois qu'on parle beaucoup moins des Roms. Pourtant, rien n'a changé. La procédure méconnaît toujours les droits fondamentaux de ces citoyens de l'Union Européenne, et reste coûteuse, à la limite de la légalité, et inefficace.

Depuis que les Roms roumains et bulgares sont devenus citoyens de l'Union Européenne, à savoir depuis le 1er janvier 2007, les éloigner relève de l'effet d'annonce. En effet, ils bénéficient de la liberté de circulation (art. 45 TUE).

Les seules restrictions possibles à cette liberté de circulation sont l'ordre public et les ressources. Ainsi, le Préfet peut prononcer un arrêté de reconduite à la frontière, en cas de menace pour l'ordre public. La menace doit bien entendu être sérieuse. Par ailleurs, au-delà de trois mois de présence sur le territoire, le citoyen de l'Union Européenne, d'après l'article L. 121-1 du Code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile (CESEDA), doit justifier de ressources, et qu'il ne constitue pas une « charge déraisonnable pour le système d'assurance sociale ». A défaut, le Préfet peut ordonner au citoyen de quitter le territoire français (art. L. 511-1 CESEDA). Toutefois, le citoyen dispose d'un recours.

Dès lors, comme le dit Serge Slama, pour contourner ce recours, feu le Ministère de l'Immigration avait « inventé, en dehors de tout cadre légal, un autre stratagème: l'aide au retour humanitaire ».

Cette « aide humanitaire », dont l'appellation regorge d'hypocrisie, ne dispose d'aucun fondement légal, mis à part une circulaire interministérielle du 7 décembre 2006. Elle consiste à l'allocation d'une somme d'argent à qui accepte de rentrer dans son pays d'origine. Le dispositif était en place bien avant qu'il fasse la une des médias, mais restait modéré: 548 personnes en ont bénéficié en 2006, 757 du 1er janvier au 31 août 2008). Dès lors, pour atteindre ses objectifs, le Ministère de l'Immigration l'a généralisé.

Or, la statistique intéressante, c'est qu'en 2010, d'après Serge Slama, 84% des Roms qui ont déjà quitté la France avaient déjà bénéficié de l' « aide humanitaire ».

Cette procédure est donc, en plus de restreindre la liberté d'aller et venir, inefficace et coûteuse.

Un fichier a été mis en place pour « lutter » contre cette « fraude ». Ce fichier, en ce qu'il a pour objet de contrôler la liberté d'aller et venir des citoyens de l'Union, apparaît clairement contraire au droit communautaire.

Je n'irai pas plus loin dans le raisonnement. Nous disposons actuellement d'une procédure garantissant le respect des droits fondamentaux du citoyen de l'Union, qui a été écartée car elle n'est pas assez rapide. Nous avons donc, aujourd'hui, une procédure qui ne respecte pas les droits fondamentaux, sans recours, inefficace et coûteuse.

 

Vous avez une question ?
Blog de plebriquir

Pierre Lebriquir

75 € TTC

109 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par miyako
20/02/2011 22:01

il sont tous de retour ,et ont passé des vacances aux frais du contribuable.
Les enfants font la manche les mamas empruntent des bébés et personne ne leur dit rien.
Allez faire quêter vos enfants et emprunter le bébé de la voisine ,immédiatement vous serez poursuivi et jeter en prison.EUX NON POURQUOI??
LA JUSTICE A T ELLE PEUR DE CES GENS.
Aucune association pour protester ,un véritable scandal humanitaire.

2 Publié par plebriquir
20/02/2011 23:09

Merci pour votre commentaire.
Toutefois, il faut éviter l'amalgame entre l'exploitation de la mendicité qui est un délit (art. 225-15 et suivant du Code pénal), et la situation que j'expose dans cet article.
Cordialement

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


A propos de l'auteur
Blog de plebriquir

Pierre Lebriquir
Avocat au barreau de Paris
Conseil adjoint à la Cour pénale internationale

2, avenue Paul Doumer - 75116 Paris

Tél : 01.83.62.10.76
Fax : 01.83.62.10.82
Mail : pl@lebriquir-avocat.com
Palais : C2522

Accueil téléphonique du lundi au samedi, de 8 heures à 20 heures.

 

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

75 € Ttc

Rép : 24h maximum

109 évaluations positives

Note : (5/5)
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles