Présentation synthétique de l'abus de confiance

Publié le 12/12/2012 Vu 7 265 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

L'abus de confiance est une infraction dont les médias parlent souvent, mais qui est rarement présentée globalement. Cet article s'attachera à palier ce manque, et sera suivi d'autres billets dont l'objet sera de présenter les conditions préalables à l'abus de confiance, tout comme ses éléments constitutifs.

L'abus de confiance est une infraction dont les médias parlent souvent, mais qui est rarement présentée glo

Présentation synthétique de l'abus de confiance

L'abus de confiance, incriminé par l'article 314-1 du code pénal, est défini comme le détournement au préjudice d'autrui d'une chose qui a été préalablement confiée au délinquant par la victime, à une fin précise – à savoir restitution, représentation ou usage déterminé. L'infraction, que certains auteurs présentent comme assez fréquente (W. Jeandidier, Droit pénal des affaires, Dalloz, p. 16 et s), est punie d'une peine principale de trois ans d'emprisonnement et de 375.000 euros d'amende. A cette peine peut s'ajouter un ensemble de peines complémentaires, notamment l'interdiction de droits civiques, civils et de famille.

Nous pouvons également mentionner l'existence de cinq circonstances aggravantes (art. 314-2 et s.).

Tout d'abord, l'emprisonnement peut être porté à sept ans, et l'amende à 750.000 euros, si l'abus de confiance est réalisé par une personne qui fait appel au public afin d'obtenir la remise de fonds ou de valeurs soit pour son propre compte, soit comme dirigeant ou préposé de droit ou de fait d'une entreprise industrielle ou commerciale (art. 314-2, 1°). Les peines sont aggravées de même si l'infraction est commise par une personne qui se livre ou se prête, de manière habituelle, à des opérations portant sur les biens des tiers (art. 314-2, 2°). Enfin, l'abus de confiance est aggravé s'il est commis au préjudice d'une association humanitaire ou sociale (art. 314-2, 3°, introduit par la loi n°2004-204 du 9 mars 2004) ou d'une personne particulièrement vulnérable (art. 314-2, 4°).

Enfin, les peines sont portées à dix ans d'emprisonnement et à 1.500.000 euros d'amende lorsque l'auteur est un mandataire de justice ou un officier ministériel, et qu'il a soit commis l'infraction dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice de ses fonctions, soit en raison de sa qualité. Cette infraction reste un délit – puni presque aussi sévèrement qu'un crime, certes –, contrairement ce que prévoyait l'ancien code pénal.

Il est également à noter que l'abus de confiance jouit d'une prescription particulière. En effet, la Cour de cassation retarde le point de départ du délai de prescription au moment où le détournement est apparu et a pu être constaté (Crim, 10 mars 1976 : Bull crim, n°88), dans des conditions permettant l'exercice de l'action publique (Crim, 29 oct. 1984 : Bull crim, n°323). La victime bénéficie donc d'un régime de prescription particulièrement avantageux, puisque le moindre obstacle à son action ne peut la pénaliser.

Dans une prochaine série d'articles, nous examinerons les composantes de l'infraction, telles que cette première analyse nous les fait découvrir, à savoir deux conditions préalables (une chose, la remise d'une chose) et trois éléments constitutifs (le détournement, le préjudice, l'intention coupable).

Vous avez une question ?
Blog de plebriquir

Pierre Lebriquir

75 € TTC

109 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


A propos de l'auteur
Blog de plebriquir

Pierre Lebriquir
Avocat au barreau de Paris
Conseil adjoint à la Cour pénale internationale

2, avenue Paul Doumer - 75116 Paris

Tél : 01.83.62.10.76
Fax : 01.83.62.10.82
Mail : pl@lebriquir-avocat.com
Palais : C2522

Accueil téléphonique du lundi au samedi, de 8 heures à 20 heures.

 

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

75 € Ttc

Rép : 24h maximum

109 évaluations positives

Note : (5/5)
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles