Fonction publique : adoption unilatérale d’un protocole d’accord irrégulier.

Publié le 30/04/2015 Vu 2 886 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Le Tribunal administratif de Paris a récemment rendu un jugement concernant le dialogue social au sein de la fonction publique (TA Paris, 5e section, 3e chambre, 18 février 2015, n° 1407404, CGT-Forêts). Il s’est conformé aux décisions du Conseil d’Etat en la matière (CE, 22 mai 2013, Fédération Interco CFDT et autres, n° 356903, B ; CE, 1er octobre 2013, Fédération Interco CFDT et autres, n° 363288, B.). Il en ressort que l’administration peut valablement adopter, de manière unilatérale, un protocole d’accord issue d’une procédure irrégulière.

Le Tribunal administratif de Paris a récemment rendu un jugement concernant le dialogue social au sein de la

Fonction publique : adoption unilatérale d’un protocole d’accord irrégulier.

TA Paris, 5e section, 3e chambre, 18 février 2015, n° 1407404, CGT-Forêts

Le Tribunal administratif de Paris a récemment rendu un jugement concernant le dialogue social au sein de la fonction publique (TA Paris, 5e section, 3e chambre, 18 février 2015, n° 1407404, CGT-Forêts). Il s’est conformé aux décisions du Conseil d’Etat en la matière (CE, 22 mai 2013, Fédération Interco CFDT et autres, n° 356903, B ; CE, 1er octobre 2013, Fédération Interco CFDT et autres, n° 363288, B.). Il en ressort que l’administration peut valablement adopter, de manière unilatérale, un protocole d’accord issue d’une procédure irrégulière.

En l’espèce, le syndicat CGT Forêt a saisi le tribunal administratif de l’annulation de l’instruction du 23 avril 2014, ayant pour objet le schéma directeur d’organisation de l’Office national des forêts, et résultant d’un protocole d’accord élaboré dans le cadre d’une négociation engagée le 30 août 2013. 

Il soutenait dans sa requête que deux organisations syndicales, (dont lui et le SNAF-UNSA) ont refusé de participer au processus de négociation et que le SNPA-FO a quitté la négociation à l’issue d’une réunion le 4 mars 2013. Que le protocole d’accord n’a été signé que par une seule organisation syndicale (SNUPFEN-Solidaires), représentant 39,8% des suffrages exprimés aux dernières élections au comité technique central de l’ONF. Dès lors, ce protocole n’aurait pas été validé, conformément aux dispositions de l’article 8 bis de la loi du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires, dans sa rédaction issue de l’article 1er de la à la loi du 5 juillet 2010.

Le tribunal admet qu’aux termes des dispositions précitées les organisations syndicales ont « qualité pour participer, avec les autorités compétentes, à des négociations relatives, notamment aux conditions et à l’organisation du travail ». Cependant, « les autorités compétentes ne sont pas tenues de procéder à de telles négociations pour élaborer les textes relatifs aux conditions et à l’organisation du travail, les agents publics se trouvant, en vertu de l’article 4 de cette même loi, dans une situation réglementaire vis-à-vis de l’administration ».

Dans ce considérant aux accents lapidaires mais conforme aux dispositions légales et reglémantaires, il retient qu’ « il résulte des travaux préparatoires de la loi n° 2010-751 du 5 juillet 2010 relative à la rénovation du dialogue social et comportant diverses dispositions relatives à la fonction publique que le législateur n’a pas entendu revenir sur la règle selon laquelle, les fonctionnaires se trouvant par rapport à l’administration dans une situation statutaire et réglementaire, les accords négociés entre l’administration et leurs organisations syndicales ne peuvent se voir reconnaître par eux-mêmes une valeur juridique ».

Que par suite, « l’absence de validation d’un projet de protocole d’accord » dont la négociation a été engagée ne fait pas obstacle à ce que « l’administration adopte unilatéralement une instruction » reprenant à l’identique les termes du projet de protocole d’accord dont la négociation a échoué et n’a donc pas été validé.

Une somptueuse manifestation du fait du prince. On est en droit de se poser la question de l’intérêt du maintient d’une consultation qui n’est point respectueuse des règles démocratiques qu’en théorie.

Votre bien dévoué.

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles