La difficile application de la loi Badinter pour certains accidents

Publié le Modifié le 13/10/2020 Vu 696 fois 1
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Un récent arrêt de la Cour de cassation du 5 mars 2020 pose les problématiques de la loi Badinter, en se demandant s'il faut indemniser un dommage corporel produit sur les voies de tramway.

Un récent arrêt de la Cour de cassation du 5 mars 2020 pose les problématiques de la loi Badinter, en se de

La difficile application de la loi Badinter pour certains accidents

En effet, cet arrêt de la deuxième chambre civile de la Cour de cassation semble faire douter sur certains points. En connaissant le dommage corporel comme le préjudice le mieux indemnisé de la responsabilité delictuelle, cet arrêt est difficile à cerner et remet cela en question. En l'espèce, la Cour se demandait si le piéton ayant subi un accident qui impliquait un tramway relevait des accidents de la circulation de la loi Badinter de 1985. 

Si pour certains, cela peut sembler logique que l'accident est un accident de la circulation, les choses ne sont pas si simple au regard de la responsabilité civile, puisque la loi Badinter ne s'applique pas sur les voies réservées aux tramways : la raison était que ces dernières, étant reservées, est innaccessible aux piétons. Cependant, il y avait certains passages piétons, carrefour etc, qui indiquait que la voie était partagée. 

Cette question est indispensable à déterminer, puisque un accident de circulation relève d'une catégorie très importante de la resonsabilité delictuelle, et qu'elle est traitée de manière très protectrice au regard du Code et de la jurisprudence (tel que l'arrêt du 18 avril 2019, montrant que ce domaine s'étend de plus en plus à travers le temps). 

Ici, la Cour de cassation décide dans un long attendu relevant de l'explication précise des voies de tramways, et il suffit que l'accident se soit produit sur une voie reservée à la circulation pour que l'application de la loi Badinter ne se fasse pas... Une solution assez difficile à envisager. 

(Pour plus de précisions, voir le commentaire du Professeur Aude Denizot)

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Visiteur
18/06/2020 21:56

Clair, précis, mesuré.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles