Le Harcèlement moral dans la Fonction Publique

Publié le Modifié le 20/07/2020 Vu 2 473 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Les fonctionnaires indifféremment de leur statut au sein de l’administration subissent fréquemment des désobligeances de la part de leur hiérarchie : c’est dans ce cadre qu’il est possible de traiter du harcèlement moral au sein de la fonction publique.

Les fonctionnaires indifféremment de leur statut au sein de l’administration subissent fréquemment des dé

Le Harcèlement moral dans la Fonction Publique

Les fonctionnaires indifféremment de leur statut au sein de l’administration subissent fréquemment des désobligeances de la part de leur hiérarchie : c’est dans ce cadre qu’il est possible de traiter du harcèlement moral au sein de la fonction publique.

 

Afin que le harcèlement moral dont sont victimes les  fonctionnaires puisse être reconnu, encore faut-il déterminer avec précision quels sont les agissements de la part du supérieur hiérarchique susceptibles d’être qualifiés de harcèlement moral dans la fonction publique avant d’envisager quelles peuvent être les voies de droit ouvertes au fonctionnaire permettant de dénoncer de tels faits .

 

  1. Les caractéristiques du harcèlement moral dans la fonction publique

 

L’article 6 de la loi du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires prévoit que :


« Aucun fonctionnaire ne doit subir les agissements répétés de harcèlement moral qui ont pour objet ou pour effet une dégradation des conditions de travail susceptible de porter atteinte à ses droits et à sa dignité, d'altérer sa santé physique ou mentale ou de compromettreson avenir professionnel.
Aucune mesure concernant notamment le recrutement, la titularisation, la formation, la notation, la discipline, la promotion, l'affectation et la mutation ne peut être prise à l'égard d'un fonctionnaire en prenant en considération :
1° Le fait qu'il ait subi ou refusé de subir les agissements de harcèlement moral visés au premier alinéa ;
2° Le fait qu'il ait exercé un recours auprès d'un supérieur hiérarchique ou engagé une action en justice visant à faire cesser ces agissements ;
3° Ou bien le fait qu'il ait témoigné de tels agissements ou qu'il les ait relatés.
Est passible d'une sanction disciplinaire tout agent ayant procédé ou ayant enjoint de procéder aux agissements définis ci-dessus.
Les dispositions du présent article sont applicables aux agents non titulaires de droit public
. «

Peuvent ainsi être protégés dans le cadre de l’incrimination de harcèlement moral :

 ·  La victime de harcèlement moral,

·  Les personnes de l’entourage professionnel proche qui auront témoigné en faveur de la victime,

·  L’exercice même d’un recours à l’encontre du harceleur

 

De plus, afin qu’un acte d’un supérieur hiérarchique à l’encontre d’un agent de la fonction publique puisse revêtir les caractéristiques du harcèlement moral dans la fonction publique encore faut-il que la  dégradation dans les conditions de travail puisse revêtir trois composantes essentielles.

En effet, la  dégradation dans les conditions de travail doit non seulement  porter atteinte à ses droits et à sa dignité mais  de plus  altérer sa santé physique ou mentale et compromettre son avenir professionnel.

Les comportements les plus incriminés dans le cadre du harcèlement moral dans la fonction publique  sont :
- l’isolement, la mise au placard, l’agression, le discrédit, les critiques
- les ordres contradictoires, la privation ou la surcharge du travail, les directives paradoxales, la mission « impossible »,
- les atteintes directes à la personne du fonctionnaire, à sa santé ou à sa vie privée.

Un circulaire n°SE1 2014-1 du 4 mars 2014 relative à la lutte contre le harcèlement dans la fonction publique a été prévue pour lutter efficacement contre ce fléau.

 

  1. Le dispositif de lutte contre le harcèlement moral dans la fonction publique

 

De jurisprudence constante, le Conseil d’Etat a admis la possibilité pour un fonctionnaire de solliciter la protection fonctionnelle pour des faits susceptibles d’être qualifiés de harcèlement moral dans la fonction publique.

De plus, par une jurisprudence récente, la Haute juridiction administrative a consacré comme étant une liberté fondamentale le fait pour un agent de ne pas être soumis à des actes pouvant revêtir la qualification d’harcèlement moral dans la fonction publique.

Concrètement, lorsque les faits constitutifs de l’incrimination de harcèlement moral dans la fonction publique sont établis, l’administration concernée dont dépend le fonctionnaire doit prendre toute les  mesures nécessaires qui s’imposent afin de faire cesser de tels agissements et le fonctionnaire coupable de tels faits sera passible de sanctions disciplinaires appropriées.

Le fonctionnaire victime d'un délit de harcèlement moral dans la fonction publique  peut déposer une plainte, sur le fondement de l'article 222-33-2 du code pénal  qui dispose : « Le fait de harceler autrui par des agissements répétés ayant pour objet ou pour effet une dégradation des conditions de travail susceptible de porter atteinte à ses droits et à sa dignité, d'altérer sa santé physique ou mentale ou de compromettre son avenir professionnel, est puni d'un an d'emprisonnement et de 15000 euros d'amende. »

 

C’est pourquoi, si vous estimez être victime d’agissements susceptibles de revêtir la qualification de harcèlement moral dans la fonction publique, vous pouvez ainsi contacter :


Maître Marc WAHED

Avocat au Barreau de Marseille

23 Rue Breteuil 13006 Marseille

Tel : 04.91.98.96.58

marc.wahed@gmail.com

Vous avez une question ?
Blog de Maître Marc WAHED

Marc WAHED

40 € TTC

18 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


A propos de l'auteur
Blog de Maître Marc WAHED

Bienvenue sur le blog de Maître Marc WAHED

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

40 € Ttc

Rép : 24h maximum

18 évaluations positives

Note : (5/5)
Mes liens
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles