Harcèlement moral : comment l'employeur peut-il s'exonérer ?

Publié le Modifié le 13/06/2016 Vu 1 784 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

En matière de harcèlement moral, l'employeur ne pouvait s'exonérer de sa responsabilité en démontrant qu'il avait tout mis en oeuvre pour le prévenir et le faire cesser. Dans son arrêt du 1er juin 2016, la Cour de cassation revient sur cette jurisprudence excessive.

En matière de harcèlement moral, l'employeur ne pouvait s'exonérer de sa responsabilité en démontrant qu'

Harcèlement moral : comment l'employeur peut-il s'exonérer ?

Cass., Soc., 1er Juin 2016 n°14-19702

Dans un arrêt très remarqué du 1er juin 2016, la Cour de cassation revient sur sa jurisprudence très sévère à l'encontre de l'employeur en matière de harcèlement moral et offre à l'employeur "bon élève" la possibilité de s'exonérer de sa responsabilité. 

En l'espèce, un salarié saisit la juridiction prud'homale en résiliation judiciaire aux torts de l'employeur de son contrat de travail et sollicite des dommages et intérêts pour harcèlement moral.

En appel, les juges rejettent la demande du salarié au titre du harcèlement moral car l'employeur avait mis en oeuvre certaines mesures pour prévenir le harcèlement dans l'entreprise et le faire cesser.

L'employeur avait notamment : 

- inséré une procédure d'alerte dans le règlement intérieur ;

- réalisé une enquête interne ;

- organisé une réunion de médiation.

Au visa des articles L. 1152-1, L. 4121-1 et L. 4121-2 du Code du travail, la Cour de cassation casse et annule l'arrêt au motif que les mesures de prévention étaient insuffisantes.

Dans un attendu de principe, la Cour de cassation offre toutefois à l'employeur la possibilité de s'exonérer de sa responsabilité lorsque ce dernier "joue le jeu". 

Ainsi, lorsque l'employeur : 

- prend toutes les mesures de prévention prévues par les articles L. 4121-1 et L. 4121-2 du Code du travail ;

- prend les mesures immédiates propres à faire cesser le harcèlement ;  

il pourrait alors s'exonérer de sa responsabilité. 

Pourquoi simplement "il pourrait" ? Parce qu'en pratique, il sera particulièrement délicat de démontrer que l'employeur a tout mis en oeuvre pour prévenir le harcèlement moral en entreprise. En tout état de cause, il faudra bien plus que la présence d'une procédure d'alerte au sein du règlement intérieur. 

Outre cette difficulté, cette solution est satisfaisante car elle incite les employeurs à prendre toutes les mesures nécessaires pour prévenir et faire cesser le harcèlement. Surtout, elle "récompense" les employeurs qui ont une réelle volonté d'agir contre ce type d'agissements en entreprise. 

En somme, cet arrêt semble confirmer le passage, en matière d'obligation de sécurité, d'une obligation de résultat à une obligation de moyens (ou moyens renforcée). L'employeur pourra désormais, en matière de harcèlement moral, s'exonérer de sa responsabilité... s'il arrive à remplir les deux conditions particulièrement strictes.

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.