Harcèlement moral : employeur, réagissez vite avant qu'il ne soit trop tard

Publié le 28/09/2015 Vu 1 722 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

L'employeur doit réagir rapidement lorsqu'il a connaissance d'agissements constitutifs d'un harcèlement moral. A défaut, la salariée victime est fondée à prendre acte de la rupture du contrat de travail à son retour de congé en raison d'un harcèlement moral subi antérieurement.

L'employeur doit réagir rapidement lorsqu'il a connaissance d'agissements constitutifs d'un harcèlement mora

Harcèlement moral : employeur, réagissez vite avant qu'il ne soit trop tard

Dans un contentieux de harcèlement moral, la chambre sociale de la Cour de cassation est venue préciser, sans surprise, que la salariée qui revient d'un congé parental est fondée à prendre acte de la rupture du contrat de travail en raison d'un harcèlement moral subi antérieurement lorsque l'employeur n'a pris aucune mesure pour le faire cesser.

Dans cette affaire, une salariée s'est trouvée en arrêt de travail pour état pathologique résultant de sa grossesse puis en congé parental du 3 juillet 2010 au 30 avril 2011. Mais, avant de retourner au travail, celle-ci notifie le 26 avril 2011 sa démission puis décide, le 30 novembre 2011, de saisir la juridiction prud'homale pour requalifier la rupture aux torts de l'employeur. 

La salariée invoque des faits constitutifs d'un harcèlement moral qui se sont produits antérieurement à son arrêt de travail. L'employeur tente alors de soutenir que la prise d'acte n'était pas justifiée car la salariée ne pouvait prendre acte de la rupture aussi tardivement pour des faits de harcèlement qui se sont déroulés antérieurement à l'arrêt de travail de la salariée. En d'autres termes, la salariée aurait dû, dès que les faits de harcèlement se sont produits, prendre acte de la rupture. 

Tel n'est pas l'avis de la Cour de Cassation. La victime peut toujours prendre acte de la rupture du contrat si l'employeur connaissait les faits de harcèlement et n'a pris aucune mesure pour le faire cesser. Par conséquent, la salariée pouvait légitimement craindre, à son retour dans l'entreprise, la perpétuation des agissements de harcèlement moral car l'auteur du harcèlement était toujours présent dans l'entreprise. 

La solution est dans la continuité jurisprudentielle en matière de contentieux harcèlement : l'employeur doit prendre toutes les mesures nécessaires pour faire cesser le harcèlement dès qu'il a connaissance de tels faits. Mais la précision qui ressort de cet arrêt est essentielle : une prise d'acte est encore justifiée presque un an après la survenance de faits constitutifs d'un harcèlement moral ! Mais, nuance : c'est parce que la salariée devait retourner dans l'entreprise et donc que les faits étaient susceptibles de se reproduire que la Cour de cassation confirme l'arrêt rendu par les juges du fond...

En somme, ne pas prendre immédiatement des mesures pour faire cesser un harcèlement est risqué, ne rien faire est suicidaire. 

Cass. Soc. 08/07/2015 n°14-13324

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


A propos de l'auteur
Blog de Pierre Lebrun

Bienvenue sur le blog de Pierre Lebrun

Types de publications
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles