Licenciement par téléphone

Publié le Modifié le 12/06/2024 Vu 554 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Annoncer oralement le licenciement d'un salarié avant l'envoi de la lettre : une très mauvaise idée

Annoncer oralement le licenciement d'un salarié avant l'envoi de la lettre : une très mauvaise idée

Licenciement par téléphone

"Allo? C'est pour vous dire que vous êtes viré!" 

Avant de vous jeter sur votre téléphone pour annoncer au salarié qu'il ne fera plus partie de l'aventure, souvenez-vous de ceci : annoncer le licenciement oralement avant l'envoi de la lettre de rupture, c'est peut être plus élégant, mais ça peut coûter cher.

La Cour de cassation vous le dit, c'est "Non, non, non!". (Cass. soc. 3-4-2024 n° 23-10.931)

Parce que, voyez-vous, même avec toute la bonne volonté du monde, un licenciement annoncé par téléphone avant l'envoi de la lettre officielle, c'est comme envoyer un pigeon voyageur pour signer un contrat – c'est poétique, mais ça ne vole pas très haut aux yeux des juges.

Et si vous pensez qu'envoyer la lettre après coup va arranger les choses, détrompez-vous. C'est comme essayer de réparer un vase avec du scotch – ça tient, mais ça se voit que c'est cassé.

Vous le savez, dans le monde merveilleux du droit du travail, la forme, c'est sacré. Et la forme la plus appropriée, c'est une lettre recommandée avec AR : on évite le SMS ou même un TikTok danse de licenciement.

Alors, avant de composer le numéro de téléphone fatal, rappelez-vous que la Cour de cassation veille au grain ...

Et n'oubliez pas : pour éviter le faux pas, mieux vaut danser en rythme avec la loi!

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.