Rupture d'un commun accord, quelle alternative à la rupture conventionnelle ?

Publié le 23/10/2014 Vu 2 313 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Lorsque l'employeur et le salarié souhaitent rompre un contrat de travail d'un commun accord, ils ne peuvent que s'en remettre aux dispositions relatives à la rupture conventionnelle

Lorsque l'employeur et le salarié souhaitent rompre un contrat de travail d'un commun accord, ils ne peuvent

Rupture d'un commun accord, quelle alternative à la rupture conventionnelle ?

Existe-t-il une alternative à la rupture conventionnelle ? Non, estime la Cour de cassation dans son arrêt, publié au bulletin, du 15 octobre 2014. 

En l'espèce, un employeur et une salariée mettent fin d'un commun accord au CDI de cette dernière par un simple document signé des deux parties. Toutefois, cette rupture amiable ne respecte pas le formalisme de la rupture conventionnelle, figurant aux articles L. 1237-11 et suivants du Code du travail. 

La salariée saisit la juridiction prud'homale, estimant que son licenciement est dépourvu de cause réelle et sérieuse.

Pour l'employeur, la rupture du contrat de travail peut résulter d'un commun acord, sans qu'il soit nécessaire de respecter le formalisme de la rupture conventionnelle. Autrement dit, la rupture conventionnelle n'est pas le seul mode de rupture offert aux parties en cas de rupture d'un commun accord du contrat de travail.  

Ce n'est pas de l'avis de la Cour de cassation : le CDI peut effectivement être rompu d'un commun accord, mais cette rupture doit impérativement respecter les dispositions légales relatives à la rupture conventionnelle. En l'espèce, le licenciement est dépourvu de cause réelle et sérieuse.

Conclusion : Si vous souhaitez rompre un contrat de travail d'un commun accord, la seule possibilité offerte reste la rupture conventionnelle, qui requiert un formalisme particulier prévu par le Code du travail. 

Référence : Cour de cassation 
chambre sociale 

Audience publique du mercredi 15 octobre 2014 
N° de pourvoi: 11-22251 

Publié au bulletin 

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.