un élargissement des libertés publiques au détriment des zones frontalières, et les rayons des zones douanières?...

Publié le Vu 2 721 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

un élargissement des libertés publiques au détriment des zones frontalières, et les rayons des zones douanières?...

L'article 78-2, al. 4 du code de procédure pénale qui prévoit la possibilité de contrôles d'identité dans une bande frontalière de 20 km sans en limiter ni l'intensité ni la fréquence, n'est pas compatible avec le droit de l'Union.

  • Cet arrêt représente le plus grand  intérêt, tant en droit pénal ou en droit des étrangers.

Ainsi, les étrangers placés en rétention à la suite d’un contrôle opéré sur la base du quatrième alinéa de l’article 78-2 du code de procédure pénale pourront voire annuler leur contrôle sur le fondement du droit communautaire : la disposition vient d’être déclarée contraire au droit de l’Union par la CJUE (Cour de justice de l’Union européenne).

L’article 78-2, al. 4 du code de procédure pénale prévoit que l’identité de toute personne peut être contrôlée « dans une zone comprise entre la frontière terrestre de la France [avec les États Schengen] et une ligne tracée à 20 kilomètres en deçà, […] en vue de vérifier le respect des obligations de détention, de port et de présentation des titres et documents prévues par la loi ».

Pour la Cour, ce texte, « qui autorise des contrôles indépendamment du comportement de la personne concernée et de circonstances particulières établissant un risque d’atteinte à l’ordre public, ne contient ni précisions ni limitations de la compétence ainsi accordée, notamment relatives à l’intensité et à la fréquence des contrôles pouvant être effectués sur cette base juridique ».

L’application pratique de cette compétence par les autorités de police pourrait ainsi « aboutir à des contrôles ayant un effet équivalent à celui des vérifications aux frontières », lesquelles sont interdites par le droit de l’Union, en particulier les articles 67, paragraphe 2 du TFUE et 20 et 21 du règlement (CE) n° 562/2006 relatifs à la suppression des contrôles aux frontières.

CJUE, 22 juin 2010, aff. C-188/10 et C-189/10, Melki et Abdeli

  • Cet arrêt pourra également trouver application en droit douanier puisque  l'article 44 du code Douanes dispose que

1. Le rayon des douanes comprend une zone maritime et une zone terrestre.

2. La zone maritime est comprise entre le littoral et une limite extérieure située en mer à 12 milles marins mesurés à partir des lignes de base de la mer territoriale.

Les lignes de base sont la laisse de basse mer ainsi que les lignes de base droites et les lignes de fermeture des baies qui sont déterminées par décret.

3. La zone terrestre s'étend :

a) sur les frontières maritimes, entre le littoral et une ligne tracée à 20 kilomètres en deçà du rivage de la mer et des rives des fleuves, rivières et canaux affluant à la mer jusqu'au dernier bureau de douane situé en amont, ainsi que dans un rayon de 20 kilomètres autour dudit bureau ;

b) sur les frontières de terre, entre la limite du territoire douanier et une ligne tracée à 20 kilomètres en deçà.

4. Pour faciliter la répression de la fraude, la profondeur de la zone terrestre peut être portée, sur une mesure variable, jusqu'à 60 kilomètres par des arrêtés du ministre de l'économie et des finances.

5. Les distances sont calculées à vol d'oiseau sans égard aux sinuosités des routes.

Cet arrêt est extrêmement intéressant, en matière de contrôle douanier, sachant que les zones douanières sont encore plus larges.

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles