Travail dissimulé et donneur d'ordre, attention au seuil de vérification

Publié le Modifié le 20/06/2010 Vu 7 335 fois 3
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Il peut être avantageux de sous traiter une activité, voire, nécessaire, cependant, on peut se rendre coupable de travail dissimulé sans même l'avoir voulu. Les conséquences peuvent être terribles

Il peut être avantageux de sous traiter une activité, voire, nécessaire, cependant, on peut se rendre coupa

Travail dissimulé et donneur d'ordre, attention au seuil de vérification

Deux de mes clients cités devant la 31ème chambre correctionnelle du tribunal de grande Instance de PARIS se sont présentés à moi, car poursuivis pour des faits de travail dissimulé par donneur d'ordre:

Le premier était le gérant d'une Agence de voyage qui avait confié le transport de touristes chinois de l'aéroport à leur hôtel, pour la première fois à un transporteur: coût de la transaction: 100,00 €

La seconde était une restauratrice qui avait commandé une barquette de sushis à une amie, sans savoir que le conjoint de cette dernière les fabriquait dans son appartement, sans effectuer aucune déclaration.

L’article L 8221-1 du Code du travail précise que :

Sont interdits

1)      Le travail totalement et partiellement dissimulé défini et exercé dans les conditions prévues aux article L 8221-3 et  8221-5 du Code du Travail

2)      La publicité tendant à favoriser en toute connaissance de cause, le travail dissimulé.

3)      Le fait de recourir sciemment, directement ou par personne interposée, aux services d’une personne qui exerce un travail dissimulé.

Selon l’article L 8221-3 du code du Travail :

Est réputé travail dissimulé par dissimulation d'activité, l'exercice à but lucratif d'une activité de production, de transformation, de réparation ou de prestation de services ou l'accomplissement d'actes de commerce par toute personne qui, se soustrayant intentionnellement à ses obligations :

1° Soit n'a pas demandé son immatriculation au répertoire des métiers ou, dans les départements de la Moselle, du Bas-Rhin et du Haut-Rhin, au registre des entreprises ou au registre du commerce et des sociétés, lorsque celle-ci est obligatoire, ou a poursuivi son activité après refus d'immatriculation, ou postérieurement à une radiation ;

2° Soit n'a pas procédé aux déclarations qui doivent être faites aux organismes de protection sociale ou à l'administration fiscale en vertu des dispositions légales en vigueur.

S’agissant des donneurs d’ordre, l’article L 8222 précise que

Toute personne vérifie lors de la conclusion d'un contrat dont l'objet porte sur une obligation d'un montant minimum en vue de l'exécution d'un travail, de la fourniture d'une prestation de services ou de l'accomplissement d'un acte de commerce, et périodiquement jusqu'à la fin de l'exécution du contrat, que son cocontractant s'acquitte :

1° Des formalités mentionnées aux articles L. 8221-3 et L. 8221-5 ;

2° De l'une seulement des formalités mentionnées au 1°, dans le cas d'un contrat conclu par un particulier pour son usage personnel, celui de son conjoint, partenaire lié par un pacte civil de solidarité, concubin, de ses ascendants ou descendants.

Les modalités selon lesquelles sont opérées les vérifications imposées par le présent article sont précisées par décret.

Pas besoin d'être employeur pour celà, il suffit d'avoir recours aux services d'un prestataire indépendant, il suffit d'être un donneur d'ordre.

Inquiétant?

Certes, j'ai plaidé que si ce genre de service minime pouvait occasionner des poursuites pénale, devant un Tribunal Correctionnel, la vue de ces dossiers m'avait donné des insomnies, sachant que j'avais avoué avoir commandé à plusieurs reprises des makis et des sushis, "dans un temps non prescrit", et demandé, si selon le désir du Parquet présent, je devais avoir l'inélégance de demander au livreur ses papiers, plutôt que de lui laisser la pièce, et si je devais demander la même chose au Chauffeur de taxi....

Le bon sens a prévalu, puisque les deux intéressés ont été relaxés, bon sens qui rejoint la loi, et surtout un décret que les parquetiers et policiers négligent souvent de consulter.

le texte qui est visé au dessus renvoie effectivemement à un texte réglementaire qui précise le montant minimum à partir duquel les vPerdu dans le Code du Travail au demeurant complètement refondu, il s'agit de l'Article D8254-1, il remplace l'article précédent, et il est toujours présent.

l'ancien Article R8222-1 selon lequel

Les vérifications à la charge de la personne qui conclut un contrat, prévues à l'article L. 8222-1, sont obligatoires pour toute opération d'un montant au moins égal à 3 000 euros a été supprimé

  Les vérifications à la charge de la personne qui conclut un contrat, prévues aux articles L. 8254-1 et L. 8254-3, sont obligatoires pour toute opération d'un montant au moins égal à 3 000 euros (Article R 8221-1 pour le travail dissimulé et R 8254-1 pour la situation administrativedes étrangers 

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Visiteur
20/11/2012 18:58

Je me permets un commentaire à votre note qui en aurait mérité car vous posez bien le problème. Votre "happy end" est rassurante mais je me dois de signaler que de nombreux services achats devraient s'inspirer de ce bon sens dont vous faites état quand ceux-ci s'évertuent à réclamer l'ensemble des informations et documents requis par ces dispositions pour tout "achat" supérieur à 3000€ et ce, même s'il consiste en une simple commande de produit sans aucune prestations associées ni travail à façon. J'ai beau expliquer qu'il n'y a nul acte de commerce en l'espèce, c'est souvent peine perdue...

2 Publié par Visiteur
24/11/2013 12:44

bonjour
Si je demande à un cabinet comptable d'effectuer ma comptabilité, ma paie et mes déclarations fiscales et sociales dont le montant de ses honoraires annuels dépassent les 3000 euros est-ce que je dois lui demander s'il respecte les formalités prévues aux articles L. 8221-1 et suivants?
merci pour la réponse

3 Publié par Visiteur
25/11/2013 10:08

On parle de sous traitance et de contrat de travail.

La sous traitance consiste à faire effectuer un travail pour autrui, là ce n'est pas le cas.

Dans le cadre d'une prestation fournie par un comptable, il s'agit d'un contrat entre vous et l'expert comptable pour vous même.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles