Indemnités prud'homales: ce que prévoit le projet de décret de la loi Macron

Publié le 01/09/2016 Vu 1 860 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

La loi Macron du 6 août 2015 a instauré un référentiel d'indemnités en cas de licenciement injustifié applicable devant le Bureau de jugement du Conseil de Prud'hommes.

La loi Macron du 6 août 2015 a instauré un référentiel d'indemnités en cas de licenciement injustifié ap

Indemnités prud'homales: ce que prévoit le projet de décret de la loi Macron

Le projet du nouveau décret (le premier décret avait été censuré par le Conseil Constitutionnel car se référant à l'effectif de l'entreprise) qui sera présenté le 13 septembre prochain en Conseil supérieur de prud'homie tient compte de l'ancienneté, de l'âge et de la situation du salarié par rapport à l'emploi.

Ainsi, le référentiel qui encore une fois n'a qu'une valeur indicative sauf demande conjointe des parties concernant son application, concerne uniquement les dommages et intérêts pour licenciement abusif ou sans cause réelle et sérieuse et se cumulent donc avec les indemnités légales, conventionnelles ou contractuelles.

Concrètement, les montants prévus par le projet de décret tiennent compte de l'ancienneté (tous les ans, l'indemnité augmente d'un mois ou d'1/2 mois de salaire), de l'âge du salarié (dès lors que celui-ci a au moins 50 ans à la date de rupture du contrat de travail) et des difficultés particulières de retour à l'emploi du salarié tenant à sa situation personnelle au regard de la situation du marché du travail au niveau local ou dans le secteur d'activité.

Ainsi, à titre d'exemples, le barème prévoit les indemnités suivantes:

- pour un salarié ayant un an d'ancienneté et âgé de moins de 50 ans qui n'est pas confronté à des difficultés particulières pour retrouver un emploi: 2 mois de salaire brut,

- pour un salarié ayant 2 ans d'ancienneté : 3 mois de salaires bruts (4 mois s'il est âgé d'au moins 50 ans et/ou s'il rencontre des difficultés particulières pour retrouver un emploi),

- pour un salarié ayant 5 ans d'ancienneté : 6 mois de salaires bruts (7 mois s'il est âgé d'au moins 50 ans et/ou s'il rencontre des difficultés particulières pour retrouver un emploi),

- pour un salarié ayant 10 ans d'ancienneté: 8,5 mois de salaires bruts (9,5 mois s'il est âgé d'au moins 50 ans et/ou s'il rencontre des difficultés particulières pour retrouver un emploi).

Pour atteindre les 6 mois de salaires bruts qui aujourd'hui sont attribués au salarié ayant au moins 2 ans d'ancienneté et employé dans une entreprise d'au moins 11 salariés, le salarié devra, s'il est fait application du barème, bénéficier de 5 ans d'ancienneté ou de 4 ans s'il est âgé d'au moins 50 ans ou rencontre des difficultés particulières pour retrouver un emploi.

Enfin, il est à noter qu'un second projet de décret prévoit de modifier le barème des indemnités de conciliation, et ce légèrement à la hausse et basé uniquement sur l'ancienneté du salarié.

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.