L'honneur de la robe

Publié le Modifié le 14/01/2020 Par Maitre Loeiz Lemoine Vu 8 655 fois 15

Que représente, pour les avocats, le port de la robe ?

L'honneur de la robe

 

Avertissement :

 

Je me rends bien compte qu'à mon corps défendant, ce blog prend une tournure un peu trop personnelle.

 

Je promets, dès que la crise sera terminée, de servir de nouveau la seule cause du droit et de sa diffusion vulgarisée à travers le monde.

 

Cependant je constate mon incapacité à exprimer en 280 signes une pensée pourtant pas tellement complexe, et la frustration qui en découle, d'où le recours au blog pour la développer, lorsque les circonstances l'exigent.

 

Rappelons les faits : un peu partout en France, les avocats se sont mis à jeter leurs robes aux orties, comme on se défroquerait, pour protester contre les conséquences inacceptables de la réforme des retraites.

 

Ce geste puissamment symbolique, totalement inédit à ma connaissance, en a choqué certains et notre Garde des Sceaux l'a trouvé « décalé » (sacrée Nicole).

 

D'autres ont cru devoir nous faire la leçon, une fois de plus, et en dernier lieu c'est Madame Noëlle Lenoir, avocat au barreau de Paris, qui s'y est collée (1).

 

Oubliant que le droit était la plus puissante des écoles de l'imagination, elle a commenté notre mouvement en ces termes :

 

je n’aurais jamais imaginé qu’un problème pécuniaire, au surplus a discuter, aurait conduit des avocats à jeter leur robe en attentant ainsi à la dignité de la profession et à son image en France et dans le reste du monde. Le dommage est considérable.

 

Madame Lenoir fait partie, comme tant d'autres, de ces anciens politiques et hauts fonctionnaires qui, à ma constante et même grandissante irritation, deviennent avocats sans qu'il leur en coûte plus que d'en faire simplement la demande.

 

La liste est longue et comme je ne veux pas d'ennuis (ce n'est pas le courage qui m'étouffe) je ne citerai pas de noms, mais je dirai que pour certains, leur intégration éhontée me paraît porter plus atteinte à la dignité de la profession, et lui faire un tort plus considérable, que le lancer de robes.

 

La plupart d'entre eux n'ont d'avocat que le titre, et ils valorisent (j'allais dire : monnayent) leur carnet d'adresse, leur entregent, leurs anciennes fonctions, souvent publiques, dans de prestigieux cabinets d'avocats généralement parisiens.

 

Plaident-ils ? Assistent-ils des vrais gens ? Ont-ils la plus petite idée de ce que c'est que de défendre ? Portent-ils seulement cette robe qu'ils nous reprochent de jeter aux pieds, sinon à la tête, de notre Garde des Sceaux ?

 

Bien sûr que non.

 

J'ai à leur dire ceci : on ne naît pas avocat, on le devient.

 

L'attachement presque charnel qui nous lie à notre robe ne se forge pas par son simple accrochage décoratif dans un magnifique bureau du 8ème arrondissement.

 

J'ai commencé à porter la mienne à 23 ans, ainsi qu'en atteste la photo ci-dessus (2).

 

Mes parents, mes frère et sœurs, tous mes proches, ont été fiers de moi.

 

J'ai obtenu une permission exceptionnelle pour pouvoir prêter ce serment avec mes camarades de promotion alors que je servais la France (modestement et en temps de paix mais quand même, d'où le cheveu court, alors qu'en principe le pénaliste, quand il en a les moyens, arbore une crinière).

 

Cette robe, je l'ai maltraitée, trimballée dans mon cartable, je l'ai roulée en boule, jetée dans des coffres de voiture et de scooter, accrochée dans des poignées de porte, déchirée, j'ai renversé du café dessus, fait des trous de cigarettes (avant la loi Evin), on me l'a volée, j'en ai usé presque trois et tout me porte à croire que je mourrai dans la quatrième.

 

Ma fille, qui a assisté un jour à une audience correctionnelle sur le chemin du retour de ma Bretagne natale, m'a dit « tu prends ta voix d'avocat », et vingt ans plus tard elle me signalait la même réflexion par la fille d'Atticus Finch, qui prenait sa « lawyer's voice » quand il était en audience : combien de mes confrères par raccroc savent-ils qu'on change de voix lorsqu'on porte la robe ?

 

Lors de confrontations à 12 ou 16 dans des salles surchauffées, des juges m'ont charitablement proposé de la retirer, ce que je n'ai JAMAIS fait.

 

J'ai transpiré dedans, physiquement et métaphoriquement.

 

Je l'ai passée à la machine, comme dans la chanson de Souchon, non pour ravoir la couleur d'origine, mais pour effacer, après un grand nombre de permanences, l'odeur du dépôt, de ces dizaines de misérables (au sens hugolien de ce terme) pour qui j'ai été, après 24, 48, 72 ou même 96 heures de garde à vue, la première présence amicale.

 

J'ai été stressé, angoissé, j'ai pris des coups, j'en ai donné, je me suis caché dedans, tête baissée, en attendant l'estomac noué le prononcé de plus de cent verdicts, souvent pour l'honneur de la robe, c'est à dire moyennant des rétributions misérables au point d'en être insultantes.

 

J'ai assisté des femmes battues, des orphelins et des veuves, des jeunes victimes de viol, qui ont pleuré sur mon épaule c'est à dire sur ma robe, qui a étanché bien des joies et des chagrins.

 

J'ai parfois fait pleurer des adversaires, je le dis sans fierté ni honte, mais mon armure, ma robe, était là qui légitimait mon action et mes paroles.

 

A trois reprises, j'ai failli me battre et j'ai pensé : il faut que j'enlève ma robe, elle va me gêner.

 

J'ai été insulté et menacé dans ou devant des salles d'audience.

 

Je l'ai portée dans d'innombrables manifestations, à Tréguier au Pardon de la Saint-Yves en chantant en breton, à un rassemblement solennel au tribunal quand ma consœur et amie Louiza Benakli a été assassinée dans ce qu'on a appelé la tuerie de Nanterre, à de nombreux enterrements, serré au milieu des miens semblablement vêtus.

 

D'ailleurs quand ce sera mon tour, mes confrères, mes amis, venez en robe je vous en prie, vous montrerez à mes proches que je n'étais pas qu'un père, un fils, un mari, mais aussi un avocat, aimé en tant que tel par ses confrères, comme il les aimait lui-même : cette foule sombre leur sera, j'en suis sûr, d'un grand réconfort.

 

Voila ce que je voulais dire à Madame Lenoir et plus généralement à ceux qui nous font d'autant plus la leçon qu'ils sont moins concernés par la réforme, dont leur magnifique réussite (3) et leur carrière antérieure (l'une étant la cause de l'autre) les protège totalement.

 

Ce n'est pas le cas des avocats vraiment avocats, qui ont payé le prix fort pour savoir ce que c'est que porter la robe, à quel point elle vous pèse ou au contraire vous porte, selon les circonstances.

 

Vous avez parfaitement le droit, Madame, de considérer que le problème est uniquement « pécuniaire », donc négligeable, puisque votre revenu doit représenter dix ou vingt fois notre revenu médian.

 

En revanche je ne vous reconnais pas celui de nous dire ce qui est digne ou pas en la matière.

 

Il ne suffit pas, en effet, d'avoir le titre d'avocat pour pouvoir parler de la robe dans toutes les acceptions de ce mot : dans la souffrance et dans la joie, c'est un droit qui se gagne.

 

 

 

 

1-https://twitter.com/noellelenoir/status/1215750414626369536?ref_src=twsrc%5Egoogle%7Ctwcamp%5Eserp%7Ctwgr%5Etweet

 

2-A toutes mes lectrices : inutile de m'envoyer des messages, cette photo remonte à 1985. Faites le calcul.

 

3-https://www.kramerlevin.com/fr/people/no%C3%ABlle-lenoir.html?tab=profile

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publié par .
11/01/2020 19:20

Si votre texte est conforme à votre vie d'avocat, alors, soyez fier d'être avocat et sous ta température la plus élevée, ne la retirez jamais, la Robe
VBDC

Publié par Loeiz Lemoine
11/01/2020 19:50

Merci ! Il est conforme à ma modeste vie d'avocat, et tout est vrai dedans

Publié par Jeannot59300
12/01/2020 07:02

Le Barreau de Lille, très dignement à aussi balance les robes.
A la suite d un commentaire émis sur FB relatif à ce cri de détresse, contestant ce geste, j ai écrit ceci au Bâtonnier de Lille pour assurer son Barreau de mon soutien et tordre le cou aux contestataire de ce geste amplement justifié

Jean-Baptiste,
Ton barreau m a ému par la dignite du geste fort préalable à votre AG.

Il a suscité le commentaire suite à la photo FB suivant.
Puissions nous encore trouver des gestes qui marquent les consciences.

Le silence, la cloche qui tinte à chaque robe jetée par degout de devoir demain déposer le bilan à cause de cette réforme dogmatique.

Cette absence de bruit par respect et dignité, avec cette seule résonance, sonne comme la cloche qui alerté les assureurs dans les locaux des Loyds de Londres lorsqu un navire fait naufrage en mer.

Les avocats sont de véritables sauveteurs des français qui luttent contre le courant des méandres judiciaires.
Si le sauveteur périt avant de pouvoir porter secours au justiciable, qu , adviendra t il de celui-ci ?

Combien de Français periront ils, des consequences de la reforme, faute d avoir été défendu par un avocat ?

Naufrage des cabinets d avocats, noyades de leurs clients : est ce cela le contrat social cher aux fondateurs de la République ?

Français, francaises, vos avocats, seuls recours quand plus personne n est à vos côtés utiliseront toutes sortes de cornes de brume afin d eviter le naufrage de notre barque commune.
Les avocats sont contraints de griper, de bloquer la machine judiciaire pour mettre fin au projet brutal et injuste.

Cela impactéra certes vos affaires et votre quotidien, mais cette gêne est inversement proportionnelle au caractère confiscatoire de la reforme et aux conséquences dramatiques de celle,-ci si un sursaut populaire ne rejoint pas la contestation.

Faites preuve de compréhension, rejoignez les mouvements de contestation de vos professions et n oubliez surtout pas que vous etes comptable du monde que vous laisserez à vos enfants.

Signe : L, un des nombreux avocats épris de Justice
Jean THEVENOT
Bâtonnier de VALENCIENNES

Publié par luluma
12/01/2020 10:34

Texte magnifique; merci.

Publié par Loeiz Lemoine
12/01/2020 12:39

Merci Monsieur le Bâtonnier ! J'ai vu les images de Lille en effet et numériquement ce sont les plus impressionnantes. J'ai visé Caen parce que c'est l'évènement inaugural, et notre confrère Norbert Gradsztejn m'a indiqué que c'est lui qui avait émis cette proposition sur un groupe FB : j'en profite donc pour rendre à César ce qui lui revient.

Publié par LE GRONTEC
12/01/2020 14:47

Merci, vos mots font chaud au coeur, et je sais que nous sommes très nombreux à les partager et à nous y retrouver !
Un confrère parigo-bruxellois de la diaspora bretonne.

Publié par Loeiz Lemoine
12/01/2020 15:41

Les bretons sont partout, de Bruxelles à San-Francisco ! Merci à vous en tous cas.

Publié par dessources
14/01/2020 10:51

Ce n'est pas sans émotion que je rédige ce petit mot, adressé à un vieux copain d'enfance, qu'un post sur FB vient de rappeler à ma mémoire...Je crois, en repensant à notre enfance, que tu es là exactement où ton chemin te destinait. Heureux de te retrouver en homme qui a su allier passion et profession, avec cœur.
Te définir au travers de cet article...? Justesse et justice ne font qu'un ! Bravo et merci.
Amicalement
Pascal Rouges

Publié par Loeiz Lemoine
14/01/2020 12:32

Ouh là, comme disait l'autre, ça va rajeunir personne ! J'ai vu en effet qu'Eric avait partagé ce petit texte qui, curieusement, n'a pas touché que mes confrères mais un peu plus largement. Il est à la première personne mais il parle de tous les avocats et non tellement de moi, je me suis contenté de cristalliser ce que tous les plaideurs un peu ancien ont pu vivre.

Est-ce que, il y a 40 ou 45 ans, j'étais destiné à suivre ce chemin ? Question métaphysique et vertigineuse... on se connait sans doute toujours mal soi-même et je ne saurais dire. En revanche je te remercie de le penser !
Amicalement et au plaisir, si l'occasion nous en est donnée, de nous revoir.

Publié par GwenL
15/01/2020 12:25

@Pascal Rouges : bravo ! :-)

Publier un commentaire
Votre commentaire :
A propos de l'auteur
Blog de Maitre Loeiz Lemoine

Avocat d'expérience, ancien Secrétaire de la Conférence, titulaire d'un certificat de spécialisation en droit pénal depuis plus de 20 ans, je vous assiste dans tous les domaines du droit pénal, du droit commun au droit des affaires.

Victime ou personne poursuivie, j'interviens devant toutes les juridictions.

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles