Le congé de maladie ordinaire du fonctionnaire

Publié le Modifié le 20/07/2020 Vu 23 207 fois 12
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

En vertu de la loi du 26 janvier 1984 et du décret du 30 juillet 1987, l’attribution du congé maladie ordinaire correspond à toute maladie ne présentant pas de gravité particulière, ne relevant pas du régime des congés de longue maladie ou de longue durée. Il est à préciser que le fonctionnaire attaché indifféremment à la Fonction Publique d’Etat, territoriale ou Hospitalière, a droit à ce congé que la maladie soit d’origine professionnelle ou non.

En vertu de la loi du 26 janvier 1984 et du décret du 30 juillet 1987, l’attribution du congé maladie ordi

Le congé de maladie ordinaire du fonctionnaire

Le congé de maladie ordinaire du Fonctionnaire

 

En vertu de la loi du 26 janvier 1984 et du décret du 30 juillet 1987, l’attribution du congé maladie ordinaire correspond à toute maladie ne présentant pas de gravité particulière, ne relevant pas du régime des congés de longue maladie ou de longue durée. Il est à préciser que le fonctionnaire  attaché indifféremment à la Fonction Publique d’Etat, territoriale ou Hospitalière, a droit à ce congé que la maladie soit d’origine professionnelle ou non.

 

  • Conditions du bénéfice d’un tel congé :

 

la nécessité d’un certificat médical : afin de pouvoir bénéficier du congé maladie ou de son renouvellement, le fonctionnaire est astreint  à transmettre dans un délai de 48 h  à l’administration dont il relève un certificat de travail établi par un médecin, un chirurgien-dentiste ou le cas échéant une sage-femme. Ce certificat médical prescrit un arrêt de travail pour une période déterminée et il est exigible quelle que soit la durée de l’absence. En outre, le 1 er feuillet n’a pas à être transmis à l’autorité compétente sous réserve du respect de la confidentialité des données à caractère personnel.

 

le contrôle médical : l’autorité administrative peut à tout moment procéder à la contrevisite du fonctionnaire, effectuée par un médecin agrée par l’administration afin de s’assurer de l’inaptitude réelle de l’agent à poursuivre ses fonctions. Dans l’hypothèse d’un refus de sa part, il conserve la possibilité de saisir le comité médical sans pour autant percevoir sa rémunération.

 

  • Durée :

 

Maladie professionnelle : lorsque la maladie provient de blessures ou d'affections contractées ou aggravées en service ou d'un accident de travail, le fonctionnaire est placé en congé de maladie jusqu'à sa reprise de service ou sa mise à la retraite.

 

Maladie non professionnelle : la durée maximale du congé peut atteindre un an pendant une période de douze mois consécutifs.  En ce qui concerne son traitement, l’agent bénéficie de l’intégralité de son traitement pendant les trois premiers mois alors que  pendant les derniers  neufs mois, son traitement est réduit de moitié.

  Le fonctionnaire bénéficie d’un congé à plein traitement tant que, pendant la période de référence d’un an incluant le jour d’arrêt de travail considéré, il ne lui a pas été attribué trois mois de congé de maladie ordinaire à plein  traitement.

Concrètement, pour le décompte des jours d’octroi de ce congé, l’année médicale correspond à l’année civile à savoir 365 jours. En conséquence, pour un arrêt effectué le 1 er septembre 2008, il faut remonter au 2 septembre 2007 pour déterminer la durée effective du congé.

 

  • Obligations du fonctionnaire :

 

●  la transmission des certificats médicaux

●  l’obligation de l’agent de se soumettre aux visites de contrôle

●  l’obligation de se soumettre aux prescriptions médicales

 

 

  • Droits du fonctionnaire :

 

Droits à congé maladie : tous  les congés de maladie sont considérés comme services accomplis pour le droit à congé annuel. L’octroi d’un ou plusieurs congés maladie en cours d’année ne peut donc réduire le droit à congé annuel de l’agent. Il appartient à l’autorité compétente de fixer la date de congé annuel, en fonction des nécessités du service et en subordonnant l’octroi à la reprise effective de ses fonctions à l’expiration d’un tel congé.

 

●  Droits à la retraite : les périodes de congé de maladie comptent pour la détermination du droit à la retraite des fonctionnaires et donnent lieu au versement des retenues et contributions à la caisse.

 

Le congé de maladie ordinaire est de droit pendant  les 6 premiers mois avec  obligation de produire un certificat médical. Au-delà de cette période, il est soumis à l’avis d’un comité médical. Lorsque le fonctionnaire a obtenu un congé maladie ordinaire d’une durée totale de 12 mois, ses droits sont effectivement épuisés.

 

En conséquence, l’autorité administrative est tenue de consulter l’avis médical afin de déterminer la position de l’agent à la fin du congé :

 

- soit la reprise des fonctions sur l’avis favorable du comité médical ;

- en cas d’avis défavorable à la reprise des fonctions :

 

 -  congé de longue maladie ou congé de longue durée,

- disponibilité d’office en cas d’inaptitude temporaire à tout emploi

 (si la maladie n’entre pas dans le cadre du congé maladie ou du congé de longue durée) ou mise en congé sans traitement

- affectation sur un autre emploi dans des fonctions correspondant au grade de l’agent, ou reclassement dans un autre grade

- retraite pour invalidité, après avis de la commission de réforme, en cas d’inaptitude définitive et absolue à l’exercice de tout emploi (ou licenciement, s’il s’agit d’un fonctionnaire à temps non complet non affilié à la CNRACL ou d’un fonctionnaire

stagiaire, après avis du comité médical).

 

Dans ce cas, le paiement du demi-traitement est maintenu, le cas échéant, jusqu’à la date de la décision d’admission à la retraite.

 

  • La reprise des fonctions :

 

Après un congé maladie inférieur à 12 mois consécutifs, le fonctionnaire est réadmis dans ses fonctions sans aucune autre formalité. L’autorité administrative dont dépend l’agent peut toutefois, faire contrôler son aptitude physique avant la reprise effective de ses fonctions.

 

Pour toutes questions, vous pouvez  contacter :

 

 Cabinet  MARC WAHED

Avocat au Barreau de Marseille

23 Rue Breteuil 13006 Marseille

 Tel : 04.91.98.96.58

marc.wahed@gmail.com

Vous avez une question ?
Blog de Maître Marc WAHED

Marc WAHED

40 € TTC

18 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par yv.
02/01/2019 13:54

Je suis née en 1957.Je suis fonctionnaire titulaire d'Etat. Je suis en arrêt pour dépression depuis un mois 1/2, si je reste en arrêt maladie pendant les 8 mois restant et que je demande à prendre ma retraite au 1 septembre 2019. Que prend-on en compte pour le calcul de ma pension ? (pendant 3 mois je vais toucher mon salaire normal, ensuite je vais toucher un demi-taitement de la part de l'administration et l'autre moitié sera versée par ma complémentaire. Est-ce que l'on va se baser sur mon indice majoré sans tenir compte de l'arrêt maladie? ou vais-je avoir une baisse de ma pension sachant qu'elle est est calculée sur sur les 6 derniers mois.

2 Publié par nonoleledede
22/03/2021 03:23

Bonjour , je suis en cmo depuis le 5/09/2020, fonctionnaire terrtorial. ma collectivité m'a invité à produire une demande de clm que je viens de faire. je vais mieux et je souhaite reprendre mes fonctions le 01/04 prochain, dois je le signaler? Ya til une procédure particulière? ma collectivité peut elle m'en empecher?
Merci pour votre aide.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


A propos de l'auteur
Blog de Maître Marc WAHED

Bienvenue sur le blog de Maître Marc WAHED

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

40 € Ttc

Rép : 24h maximum

18 évaluations positives

Note : (5/5)
Mes liens
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles