Un assuré ne peut pas demander directement une indemnisation en se fondant sur la CRAC

Publié le Modifié le 11/05/2016 Vu 2 207 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Les assurés dommage-ouvrage doivent être particulièrement vigilants et doivent savoir qu’ils ne peuvent pas se prévaloir d’accords de règlement intervenus entre assureurs liés par la CRAC.

Les assurés dommage-ouvrage doivent être particulièrement vigilants et doivent savoir qu’ils ne peuvent p

Un assuré ne peut pas demander directement une indemnisation en se fondant sur la CRAC

Une victime assurée dommage-ouvrage ne peut pas se fonder sur une convention signée entre assureurs afin d’obtenir une indemnisation, sous prétexte que son assureur en fait partie (Cass. Civ. 3ème 25 novembre 2014, n° 13-13.466).

C’est en ce sens que s’est prononcée la troisième chambre civile de la Cour de cassation, dans un arrêt en date du 25 novembre 2014.

Dans cette affaire, une association avait confié à une société S assurée auprès de Groupama un lot de revêtement de sols scellés et faïences sous la maîtrise d’œuvre de Monsieur X. 

Suite à l’apparition de sinistres, résultant de la migration d’eau à travers le sol de la cuisine générant des dommages, l’association a été contrainte de louer une cuisine mobile au loyer de 23 000 euros par mois.

Après l’introduction d’une instance par l’association et son assureur dommage-ouvrage, le maître d’œuvre, l’organisme de contrôle technique et leurs assureurs ont été condamnés en référé à payer des provisions correspondant à quatre mois de loyers, soit 92 000 euros.

Dans l’affaire dont il est question, l’association entendait se prévaloir de la convention CRAC (Convention de Règlement de l’Assurance Construction).

Celle-ci a été créée pour améliorer l’efficacité de l’Assurance Construction en offrant :

            - un abaissement du coût de gestion des sinistres relevant de la loi Spinetta du      4 juillet 1978 ;

            - un règlement rapide et équitable de ces sinistres entre sociétés signataires          de cette convention.

C’est par ce biais que les différents assureurs ont convenu de la prise en charge des frais de location de la cuisine mobile.

Afin d’être indemnisée d’un préjudice immatériel, l’association a décidé de se fonder sur cette convention inter-assureurs pour obtenir la condamnation de Groupama, assureur de la société S.

Or, la demande de l’association est rejetée puisque les conventions inter-assureurs, qu’il s’agisse de la CRAC ou de toute autre convention du même genre, sont conclues entre les seuls assureurs et les assurés n’y sont pas parties.

Ainsi, une telle convention ne peut pas constituer un fondement à indemnisation car elle n’a d’effet qu’entre ceux qui l’ont signée ; ce qui constitue l’application de l’effet relatif des conventions prévu par l’article 1165 du code civil (Civ. 3ème 14 mars 2012, n° 11-11.313).

Dès lors, les assurés dommage-ouvrage doivent être particulièrement vigilants et doivent savoir qu’ils ne peuvent pas se prévaloir d’accords de règlement intervenus entre assureurs liés par la CRAC.

En effet, introduire une action sur ce fondement ne leur serait d’aucune utilité.

Je reste à votre entière disposition pour toute action ou information (en cliquant ici).

Cabinet AZOULAY AVOCATS

Avocats à la Cour

27 bd Malesherbes - 75008 Paris

01 40 39 04 43

contact@azoulay-avocats.com

www.azoulay-avocats.com

Vous avez une question ?
Blog de Franck AZOULAY

Franck AZOULAY

250 € TTC

13 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles