La définition de la notion d'unité foncière

Publié le Modifié le 12/05/2016 Vu 54 878 fois 7
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

La notion d’unité foncière a été définie par le Conseil d’Etat comme un « îlot d'un seul tenant composé d'une ou plusieurs parcelles appartenant à un même propriétaire ou à la même indivision » (CE, 27 juin 2005, n° 264667, commune Chambéry c/ Balmat).

La notion d’unité foncière a été définie par le Conseil d’Etat comme un « îlot d'un seul tenant co

La définition de la notion d'unité foncière

Le propriétaire doit être unique qu’il s’agisse d’une personne physique ou d’une personne morale de droit privé ou de droit public.

Il n’importe guère que cette unité foncière soit constituée d’un terrain en pleine propriété ou d’un terrain en indivision (CE, 26 septembre 1990, Epoux Seguin).

Toutefois, en présence de deux parcelles contiguës dont la première est en pleine propriété alors que la seconde est en indivision, elles représentent deux unités foncières distinctes (CAA. Lyon, 2 mai 1995, Commune de Passy, req. N° 93LY01025).

L’origine et l’historique du terrain considéré sont indifférents pour définir l’unité foncière. Ainsi, plusieurs terrains, parcelles cadastrales ou lots contigus appartenant initialement à des propriétaires distincts forment une seule et même unité foncière lorsqu’elles sont réunies entre les mains d’un même propriétaire (CE, 31 octobre 1990, Warren, req. n° 79.538).

Mais à l’inverse deux lots relevant de propriétaires distincts forment deux unités foncières différentes même si auparavant ils relevaient d’un seul et même propriétaire (CE, 31 octobre 1990, Epoux Besson).

En outre, un ensemble de terrains, de parcelles cadastrales ou lots réunis entre les mains d’un même propriétaire ne constitue une unité foncière que si et seulement si elle représente un ensemble homogène dont la continuité foncière n’est pas ininterrompue.

Il en résulte que deux parcelles sises à proximité l’une de l’autre et relevant d’un même propriétaire formeront deux unités foncières distinctes si, du fait de sa travée par une bande de terrain tierce, elles ne présentent aucun rapport de contiguïté.

Lorsque deux parcelles relèvent d’un même propriétaire mais sont traversées par une voie ou par un cours d’eau, il faut déterminer si ce chemin ou ce cours d’eau est intégré ou non à la propriété considérée pour savoir si elles constituent une unité foncière.

Ainsi, lorsque qu’un terrain privé est traversé par une voie publique, les parcelles situées de part et d’autre de cette dernière forment plusieurs unités foncières distinctes (CAA, Lyon, 26 septembre 1995, Commune de Cannes, req. n° 94LY01695).

Il en va de même s’il s’agit d’un chemin rural appartenant au domaine privé d’une personne publique (CE, 18 mai 1988, Froment).

Lorsque le chemin relève d’une propriété privée, il est nécessaire de déterminer si le propriétaire du terrain traversé par ce chemin dispose d’un droit de propriété sur celui-ci ou seulement d’un droit d’usage liée à l’établissement d’une servitude de passage ou, plus généralement, à la circonstance que ce chemin pour être privé est néanmoins ouvert à la circulation publique.

Ainsi quand ce chemin n’appartient pas au même propriétaire que le terrain qu’il traverse les parcelles situées de part et d’autres de celui-ci forment deux unités foncières et non une seule puisque non contiguës (CE, 7 février 1986, Epoux Berton).

En outre, le caractère impraticable d’un terrain, qui se confond en fait avec le terrain considéré est sans incidence (CE, 14 décembre 1984, Mme Dho).

Néanmoins, si le propriétaire du terrain a également un titre de propriété sur le chemin qui traverse ce dernier, ce chemin sera intégré à la propriété foncière et n’interrompra donc pas la continuité de l’unité foncière (CE, 27 juillet 1987, Gascht). Ces deux parcelles et ce chemin formeront donc une seule et même unité foncière (CE, 18 novembre 1988, Epoux Maurin).

Pour les cours d’eau, les choses sont plus simples même si la même méthode pourrait être mise en œuvre.

S’il s‘agit d’un cours d’eau domanial, les parcelles situées de part et d’autre forment des unités foncières distinctes.

En revanche, s’il s’agit d’un cours d’eau non domanial, celui-ci n’interrompt guère la continuité foncière des terrains qu’il traverse puisqu’aux termes du code civil, le lit des cours d’eau non domaniaux appartenant aux riverains.

Ainsi, la seule contiguïté des parcelles est insuffisante pour qu’elles constituent une même unité foncière, il faut encore qu’elles aient un propriétaire unique.

Je reste à votre entière disposition pour toute action ou information (en cliquant ici).

Cabinet AZOULAY AVOCATS

Avocats à la Cour

27 bd Malesherbes - 75008 Paris

01 40 39 04 43

contact@azoulay-avocats.com

www.azoulay-avocats.com

Vous avez une question ?
Blog de Franck AZOULAY

Franck AZOULAY

250 € TTC

13 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Visiteur
30/10/2014 17:57

J'ai un cas très particulier
nous avons deux parcelles de part et d'autre d'une rivière reliées par un pont (même propriétaire, un seul acte de vente). sur un des deux berges il y a une séparation en volume qui donne la propriété de la berge à la commune et la propriété du pont à nous même. Peut-on dire qu'il y a continuité de terrain sur les deux parcelles ?
doit-on déposer un seul permis de construire ou deux permis de construire ?
tous mes remerciements

2 Publié par Liliprune
30/10/2015 21:30

Bonsoir,

Vous écrivez : " En outre, un ensemble de terrains, de parcelles cadastrales ou lots réunis entre les mains d’un même propriétaire ne constitue une unité foncière que si et seulement si elle représente un ensemble homogène dont la continuité foncière n’est pas ininterrompue. "

N'aurait-il pas fallu écrire "dont la continuité foncière n'est pas INTERROMPUE" plutôt ? En effet, si la continuité foncière de l'ensemble ne doit pas être ininterrompue pour constituer une unité foncière, cela revient donc à dire qu'elle doit être interrompue. Le cas échéant, j'ai peur de ne pas avoir compris la notion d'unité foncière...

Merci d'avance !

3 Publié par Visiteur
08/11/2015 16:06

Un terrain en indivision peut il être séparé entre chaque copropriétaires pour faire plusieurs entité fonciere

4 Publié par Visiteur
15/02/2016 15:12

Je suis propriétaire de 3 parcelles réunies entre elles.
2 de ces parcelles ont un droit de passage notarié sur sur chemin de servitude menant à 2 autres villas.
Mes 3 parcelles formant une unité fonciére,de ce fait es-ce que ma 3eme parcelle attenante profite de ce droit de passage ?
Merci de votre réponse.

5 Publié par Visiteur
29/06/2017 15:24

Deux parcelles se touchant seulement par un point (un angle) sont-elles contiguës ? Peut-on considérer ces deux parcelles comme un ensemble homogène d'un seul tenant ?
Merci

6 Publié par Visiteur
04/10/2017 12:24

Bonjour
Le cahier des charges d'un lotissement interdit toute subdivision de lot. La construction d'un immeuble de 15 appartements sur un des lots donc avec 15 propriétaires différents constitue t il une subdivision de lot puisque l'unité foncière n'appartient plus à un seul propriétaire mais à 15 propriétaires différents.
Merci d'avance pour vos réponses et éclaircissement
Cordialement

7 Publié par Résipiscence
13/05/2021 18:29

Bonjour,
Deux parcelles contigües m'appartiennent. Sur la première se trouve ma maison, sur la seconde mon camping-car.
Le maire menace de faire venir la fourrière car l'article L.443-4 du code de l'urbanisme impose une autorisation de la mairie pour un stationnement de plus de trois mois d'une caravane, même sur un terrain privé.

J'ai noté que l'article R*443-4 indique que l'autorisation n'est pas nécessaire si le stationnement a lieu sur un terrain où est implantée la construction constituant la résidence de l'utilisateur.

Puis-je laisser mon camping-car à sa place ?

Merci pour vos réponses.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles