Maintien dans les lieux du locataire au terme d’un bail dérogatoire

Publié le Modifié le 12/05/2016 Vu 1 925 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Un preneur à bail commercial voit ses actions soumises à titre principal à une prescription de deux ans.

Un preneur à bail commercial voit ses actions soumises à titre principal à une prescription de deux ans.

Maintien dans les lieux du locataire au terme d’un bail dérogatoire

Aux termes de l’article L.145-60 du code de commerce :

« toutes les actions exercées en vertu du présent chapitre se prescrivent par deux ans ».

Ainsi, un preneur à bail commercial voit ses actions soumises à titre principal à une prescription de deux ans.

Tel est notamment le cas de l’action qui tant à obtenir la requalification d’une convention en bail commercial.

Or, une décision de la Cour de cassation, rendue le 1er octobre 2014, apporte une précision sur la nature de cette action soumise par l’effet de la loi à une prescription biennale.

Dans cette affaire, un locataire bénéficiait depuis 1994 d’un bail dérogatoire renouvelé de façon constante par son bailleur.

L’objet de ce bail dérogatoire reposait sur l’exploitation d’un terrain nu à construire.

Par acte du 15 mars 2010, le liquidateur du bailleur assignait son locataire en expulsion et en paiement d’une indemnité d’occupation.

Le locataire, en se maintenant tout de même dans les lieux, saisissait le tribunal compétent afin d’amener le juge à relever l’existence d’un bail commercial, et partant de bénéficier de son régime protecteur.

La Cour de cassation devait ainsi déterminer si l’action du locataire était soumise ou non à la prescription biennale applicable en vertu du statut des baux commerciaux.

Selon elle, conformément à l’article L.145-5 du code de commerce, le bail commercial est né de plein droit par le maintien dans les lieux, indépendamment de l’action du preneur.

A ce titre, l’attendu de la Cour sur ce point est limpide :

 « la demande tendant à faire constater l’existence d’un bail soumis au statut né du fait du maintien en possession du preneur à l’issue d’un bail dérogatoire, qui résulte du seul effet de l’article L. 145-5 du code de commerce, n’est pas soumise à la prescription biennale » (Civ. 3e, 1eroctobre 2014, n°13/16.806).

La Cour de cassation réaffirme que l’action qui tend à faire constater l’existence d’un bail commercial n’est pas soumise à la prescription biennale, contrairement à l’action en demande d’obtention d’un bail de neuf ans à la suite d’un bail de deux ans.

Je reste à votre entière disposition pour toute action ou information (en cliquant ici).

Cabinet AZOULAY AVOCATS

Avocats à la Cour

27 bd Malesherbes - 75008 Paris

01 40 39 04 43

contact@azoulay-avocats.com

www.azoulay-avocats.com

Vous avez une question ?
Blog de Franck AZOULAY

Franck AZOULAY

250 € TTC

13 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles