La saisie-vente des meubles en indivision

Publié le Modifié le 12/05/2016 Vu 10 168 fois 1
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

La poursuite d'un débiteur sur ses biens mobiliers se heurte parfois au régime de l'indivision

La poursuite d'un débiteur sur ses biens mobiliers se heurte parfois au régime de l'indivision

La saisie-vente des meubles en indivision

Le domaine d’application de la saisie-vente est déterminé par l’article 50 de la loi du 9 juillet 1991 comme suit :

« Tout créancier muni d'un titre exécutoire constatant une créance liquide et exigible peut, après signification d'un commandement, faire procéder à la saisie et à la vente des biens meubles corporels appartenant à son débiteur, qu'ils soient ou non détenus par ce dernier ».

Toutefois, la poursuite d'un débiteur sur ses biens mobiliers se heurte parfois au régime de l'indivision, lequel représente pour le créancier une source non négligeable de difficultés.

L’indivision peut être caractérisée dans diverses situations :

  • L’indivision légale ;
  • L’indivision conventionnelle ;
  • La communauté légale.

L’indivision légale est le concours de plusieurs droits de même nature sur un même bien sans qu'il y ait division matérielle au départ.

Dans la majorité des cas, elle s'ouvrira suite à un décès : on parlera alors d'une indivision successorale.

En effet, en cas de pluralité d'héritiers, ces derniers n'ont pas immédiatement la propriété privative des biens successoraux.

Elle peut aussi trouver son origine suite à la dissolution d'un régime matrimonial du fait, soit du décès d'un des époux, soit d'un divorce, soit d'un changement de régime : c’est l'indivision post-communautaire.

Enfin, l’indivision légale est également définie par une donation faite à plusieurs personnes pour un même bien.

Toutefois, l'indivision peut résulter d'un contrat, qui peut souvent se justifier par l'achat en commun d'un bien.

Ainsi, dans le cadre de l’indivision, l’article 815-17 du code civil pose le principe selon lequel les créanciers d’un indivisaire ne peuvent saisir directement le bien indivis, sauf si leur droit est antérieur à la mise en indivision du bien ; dans ce cas,  le créancier peut passer outre et appliquer le droit commun de l’exécution.

Aux termes de cet article, les créanciers peuvent cependant provoquer le partage au nom de leur débiteur ou encore intervenir au partage que celui-ci aurait provoqué.

En revanche, la demande en partage doit être rejetée si le débiteur ne peut rien obtenir dans l’actif indivis en raison de sa dette qui excède ses droits, par exemple, lorsqu’un héritier est débiteur envers la succession de sommes supérieures à sa part héréditaire.

Ainsi, il ne peut lui être fait dans le partage aucune attribution et ses créanciers personnels agissant en application de l’article 815-17 alinéa 3 du code civil ne peuvent avoir plus de droit que lui ; c’est pourquoi, la demande en partage et licitation formée par les créanciers doit donc être rejetée (Cass., Civ. 1ère, 14 déc. 1983, Juris-Data n°1983-702725).

En cas de violation de l’article 815-17 du code civil, la sanction est la nullité de la saisie.

Enfin, concernant les biens de l’indivision, il faut être vigilant puisque les créanciers peuvent exercer leurs poursuites pour la totalité de leur créance, sur la masse indivise mais également sur les fruits que ces biens ont produits.

Je reste à votre entière disposition pour toute action ou information (en cliquant ici).

Cabinet AZOULAY AVOCATS

Avocats à la Cour

27 bd Malesherbes - 75008 Paris

01 40 39 04 43

contact@azoulay-avocats.com

www.azoulay-avocats.com

Vous avez une question ?
Blog de Franck AZOULAY

Franck AZOULAY

250 € TTC

13 évaluations positives

Note : (5/5)

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Visiteur
20/09/2015 23:49

bonjour,
ma concubine et moi devons une somme de 3000€ à un créancier. elle, ma concubine a eu son dossier (de surendettement) de la banque de France qui est accepté par cette dernière et qui lui exonère de paiement d'ici les deux ans qui viennent. par contre moi j'ai pas de dossier à la banque de France. je voudrais savoir si ces huissiers ont toujours la possibilité de faire des saisie meubles chez nous.
merci

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles