Arnaque aux fausses offres d’emploi : faux employeurs et faux chèques.

Publié le Modifié le 28/02/2021 Vu 54 249 fois 66
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Des fausses offres d'emploi très séduisantes prolifèrent sur internet avec une arnaque au faux chèque bancaire à la clé. Avoir les bons réflexes peuvent éviter de devenir victime.

Des fausses offres d'emploi très séduisantes prolifèrent sur internet avec une arnaque au faux chèque banc

Arnaque aux fausses offres d’emploi : faux employeurs et faux chèques.

1.- Une méthode bien rodée.

 

Depuis quelques années, on peut retrouver sur internet des offres d’emploi très intéressantes, proposant des contrats à durée indéterminée ainsi que des salaires très séduisants et peu adaptés aux postes évoqués ou aux compétences quasi inexistantes requises chez les candidats.

 

L’offre le plus fréquent reste celle du magasinier, de la vendeuse, ou des activités à domicile, sans un parcours spécial ni formation requise au préalable.

 

Normalement, ce genre d’offres propose des salaires à plusieurs milliers d’euros, de deux à trois fois le salaire minimum de croissance (SMIC), étant celui-ci le salaire de référence pour les postes proposés.

 

Ces faux employeurs n’hésitent pas à passer des annonces même chez Pôle Emploi, sous une couverture juridique fictive mais tout à fait légitime en apparence, car le temps nécessaire pour repérer ce genre de fraude dépasse largement le délai d’exécution et de mise en place de l’arnaque, se déroulant sous quelques jours.

 

Les candidats répondent à l’offre par mél. Les faux employeurs ne rencontrent jamais les candidats en personne, sous n’importe quel prétexte : déplacements professionnels, empêchements personnels, etc.

 

Tout se passe par mél ou par téléphone. L’employeur communique sa décision d’embauche au candidat et celui-ci accepte de bonne foi s'en hésiter. Ensuite la société envoie un faux chèque de quelques milliers d’euros au nouveau salarié, dans le but de financer l’achat de la soi-disant tenue de travail, une sorte de prime à l’emploi, etc.

 

Le faux employeur sait que la banque nécessite de quelque deux à trois semaines pour détecter et bloquer le chèque encaissé, étant toujours faux ou volé. Pendant ce temps, le faux employeur demande le remboursement de la somme versée à la victime par mandat cash, prétextant un changement soudain de décision d’embouche : le candidat ne sera finalement pas embauché ou la somme versée n’était pas la bonne. Encore des prétextes de tout genre.

 

Si le candidat réalise le remboursement, il reçoit normalement quelques semaines plus tard les nouvelles de son banquier, réalisant que le chèque bancaire encaissé était un faux ou volé, frappé d’opposition.

 

Cette arnaque est effectuée sous de faux noms, des fausses adresses, à l’aide de téléphones portables prépayés et surtout intraçables. L’arnaqueur n’est que rarement identifié et traduit en justice.

 

 

2.- Le risque de dommages collatéraux chez les victimes.

 

En parallèle, les escrocs peuvent utiliser le dossier personnel fourni par le candidat, comportant toutes les informations ses personnelles, normalement présentes dans un CV (nom, prénoms, date de naissance, numéro de la pièce d’identité, numéro de la Sécurité Sociale, etc.) dans des buts tout à fait différents, car avec ces informations, ils peuvent aussi usurper l’identité du candidat en toute impunité.

 

Si bien chaque délinquant est spécialisé dans un milieu récurrent, un seul type ou famille de délits, parfois deux, il est fréquent que ces petits escrocs en vendent les dossiers personnels de leurs victimes à des organisations ou des malfrats plus investis dans le domaine de la criminalité documentaire, la fabrication de faux papiers, l’usurpation d’identité ou pire encore, le vol d’identité.

 

Pour se protéger face à ce genre d’arnaque, plusieurs bons réflexes et précautions s’imposent :

 

  • Vérifier l’existence légale de la société sur internet, sur infogreffe ou d’autres sites de confiance.
  • Toujours vérifier que l’adresse mél présente sur l’offre d’emploi appartient à la société et ou nom de domaine du site officiel de la société. Une adresse mél du genre @gmail.com, @hotmail.fr, @msn.com, @aol.com, etc. est suspecte par principe.
  • Ne jamais communiquer un CV ou des information personnels à des inconnus, sans vérifier la véracité de l’annonce.
  • Ne jamais accepter d’encaisser un chèque sans signer un contrat de travail au préalable conforme au droit français.

 

 

3.- La responsabilité de la banque face aux chèques volés.

 

À titre d’information, l’établissement bancaire n’a qu’une responsabilité très limitée dans le cadre d’un encaissement de chèque frauduleux.

 

La banque ne doit vérifier que la « régularité apparente » du chèque : la présence de la signature du titulaire du compte, la présence de la date, l’absence de rayures sur le support ou les encres, etc.

 

L’établissement bancaire est obligé par la loi (art. L.131-1-1 du Code monétaire et financier), de créditer de façon automatique la somme du chèque sur le compte, au plus tard un jour ouvré après son enregistrement.

 

Ensuite, le chèque est envoyé à la banque émettrice pour se faire rembourser. C’est là que les protocoles de sécurité bancaires font déclencher les alarmes, car la banque émettrice constate que le chèque est volé ou faux, tout en débitant le compte du bénéficiaire du chèque, la victime, de la même somme.

 

Pendant ce temps, les escrocs auront normalement perçu le remboursement en liquide de la victime et disparus dans la nature.

 

  

Par LFD Criminalistique.fr

Experts judiciaires en écritures et documents.

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Stefi30
14/04/2021 17:52

Bonjour,
J’étais aussi une victime d’un arnaque avec une fausse offre d’emploi.
J’ai reçu une offre d’emploi de Leader Price, un e-mail professionnel, bien écrit où ils ont demandé mes informations personnelles. Après ils m’ont dit que ma candidature a été retenue, et qu’ils ont besoin de mon RIB pour faire un virement de 1950 euros, dont 1500 euros je devrais faire un virement pour le fournisseur, pour acheter les vêtements du travail avec leur logo, et 450 euros une avance de salaire pour moi.
Étant en chômage, j’avais vraiment besoin d’un travail donc je peux dire que j’ai fait tout ce que ils ont demandé, comme une aveugle.
J’ai reçu l’argent dans mon compte et j’ai fait des tickets transcash pour 1200 euros et j’ai envoyé à eux. Je précise que ils m’ont dit que avec transcash ils peuvent toucher plus vite l’argent, car le fournisseur avait besoin pour acheter les vêtements et il pouvait pas attendre un virement.
Après envoyer 1200 euros, je me suis rendu compte que c’est un arnaque et j’ai arrêté. Le lendemain j’ai été à la police pour porter plainte, mais le policier m’a dit que si je porte plainte je dois rester en garde à vue car je suis complice d’une escroquerie.
Après j’ai été voir mon conseiller à la banque. Je trouve que en fait sur mon compte c’était pas un virement, mais un chèque volé. Un chèque que moi j’ai jamais vue, j’ai jamais signé.
Maintenant je me retrouve en moins 1200 euros sur mon compte, d’argent que je peux pas payer car je suis en chômage et je dois payer aussi mon loyer et mes factures.
Vous pensez que je peux demander la banque un prélèvement de 100 euros tout les mois pour arriver couvrir les 1200 euros?
Et encore une question, pensez-vous que la police peut venir me chercher à la maison pour m’arrêter afin d’être une complice?
Merci.

2 Publié par LFD Criminalistique
14/04/2021 18:12

Bonjour Madame,

En principe, si vous n’êtes pas à l’origine de l’encaissement d’un chèque volé, vous n’êtes pas complice, car n’importe qui peut encaisser un chèque sur votre compte bancaire, à l’aide de la boîte aux lettres destinée à cet effet ou par courrier.

L’enquête officielle devrait permettre de déterminer les faits ainsi que la responsabilité pénale de chaque intervenant.

Si bien que Officiers de Police Judiciaire sont très familiarisés avec ce type d’activité criminogène. Ils savent faire la différence entre les victimes et les escrocs.

Vous pouvez faire avancer l’enquête en demandant à la banque la traçabilité de l’encaissement, vous permettant de prouver votre innocence.

Vérifiez le lieu d’encaissement du chèque, mais surtout votre signature sur le bordereau d’encaissement. Normalement, il devrait y figurer une imitation grossière de votre signature.

Cordialement,

LFD Criminalistique.fr

3 Publié par gerome88
14/07/2021 23:11

Bonjour,

J'ai répondu à une offre de travail temporaire très bien rémunérée.
Comme on dit quand c'est trop beau faut se méfier, j'ai donc cherché sur le net et je suis tombé sur ce forum.
Il m'apparait à 99,9% que c'est bien le même type d'arnaque avec l'histoire de chèques en bois qu'il faut ensuite reverser à une tierce personne.
Après échange de mail on me dit que je suis accepté et voila ce qu'on me demande :

"Nous voulons 10 heures de ménage par semaine pour un salaire de 30€/ l’heure, ce qui vous fera un salaire de 300€/semaine. C'est un ami qui nous a aidé à trouver le logement et a déjà fait la visite puis nous a confirmé l’état des lieux, il reste à payer au propriétaire les un mois de loyer puis deux mois de caution pour récupérer les clefs. Vu qu’on aura à collaborer ensemble nous souhaiterions que vous nous récupérez les clefs chez le propriétaire après qu’on aura fini de le payer. Il vous appellera pour vous les remettre en mains propres puis vous commencerez le travail en même temps, suite à ça vous nous aiderez pour l’achat de quelques articles c’est après ça que nous fixerons une date proprement dite avant notre arrivée. Nous vous paierons une semaine de salaire d’avance si accord. Pour cela, laisser moi votre RIB ce qui permettra simplement de vous faire une remise de chèque de 2000 par virement directement sur votre compte. Une fois le montant reçu, vous gardez les 300€ représentant votre avance sur salaire et vous renvoyez les1700€ restant à mon ami pour le paiement des un mois de loyer puis deux mois de caution, afin de vite récupérer les clefs pour que vous puissiez commencer le travail. Quand à mon ami, Il est à découvert sur son compte. Alors si vous avez bien compris, dites-moi afin que je puisse contacter mon conseiller financier pour la remise de chèque par virement sur votre compte."

Donc déjà : "une remise de chèque par virement", ca veut rien dire il me semble ?

J'ai répondu que je voulais un virement western union afin de recevoir l'argent en liquide.
A prioris, si par une extrême chance cette annonce était sérieuse, ou si ca ne l'est pas et la personne accepte ma proposition, pouvez vous me préciser si cela poserais des problèmes par la suite si on me verse de l'argent par western union ou autre service de transfert de cash ?

Merci

Sinon dans tous les cas, ca servira à d'autre personne à ne pas se faire arnaquer avec ce type d'annonce alléchante version loyers blabla à avancer…et puis je vais pas me priver pour l'insulter de tous les noms ce rigolo




4 Publié par LFD Criminalistique
15/07/2021 12:44

Bonjour,


En principe, un virement par Western Union de 300 € ne devrait poser aucun problème.

Cependant, le but des escrocs étant d’encaisser des chèques volés, il est peu probable qu’ils acceptent ce type de virement.

Normalement, ils devraient insister pour vous faire parvenir un chèque bancaire à encaisser sur votre compte.

Après encaissement, vous serez le seul responsable en ce qui concerne l’utilisation frauduleuse du chèque. Refusez l’encaissement.

Cordialement,

LFD Criminalistique.fr

5 Publié par hyeminah
21/08/2021 21:22

bonjour, pour toutes les personnes qui ont reçu ce cheque chez eux et bien vous avez eu de la chance
car moi il a été déposer directement sur mon compte et j'ai pas eu le choix.
Oui j'ai donner mon rib comme a TOUT mes anciens employeurs.
car j'avais un contrat, comment je peux me dédouaner vis a vis de cela?
je ne peux pas me faire rembourser car c'est une arnaque a l'ivoirienne mais ce cheque je n'ai rien demander moi, je ne voulais pas l'encaisser.

6 Publié par LFD Criminalistique
22/08/2021 15:01

Bonjour,

SI le chèque a été encaissé, il doit porter normalement votre signature au dos.

Vérifiez cette signature. Cela devrait faire réagir votre banquier.

Dans le cas contraire, vous pouvez faire expertiser la signature, soit pour trouver un arrangement à l'amiable avec la banque, soit pour accompagner une plainte pour manquement aux devoirs de vérification de la banque.

Dans tous les cas, nous vous conseillons de soumettre votre cas à un avocat spécialisé. Il peut y avoir d'autres éléments à prendre en compte.

Cordialement,

LFD Criminalistique.fr

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.