Clause de mobilité : l’employeur peut-il imposer au salarié une mutation ?

Publié le 23/10/2013 Vu 4 203 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

La décision de l'employeur de mettre en œuvre une clause de mobilité doit être dictée par l'intérêt de l'entreprise.

La décision de l'employeur de mettre en œuvre une clause de mobilité doit être dictée par l'intérêt de

Clause de mobilité : l’employeur peut-il imposer au salarié une mutation ?

La mise en œuvre de la clause de mobilité n'est valable qu'à la condition d'être indispensable à la protection des intérêts légitimes de l'entreprise, justifiée par la nature de la tâche à accomplir et proportionnée au but recherché (Cass. soc., 12-01-1999 & Cass. soc., 23-01-2002).

L'employeur qui décide de muter un attaché commercial, en application de la clause de mobilité, sur un secteur commercial de moindre importance, n'agit pas dans l'intérêt de l'entreprise, mais commet un abus destiné à nuire au salarié (Cass. soc., 09-05-1990).

Dès lors que l'employeur abuse de son pouvoir de direction en obligeant un salarié à accepter une mutation qui, en réalité, n'est pas justifiée par l'intérêt de l'entreprise, le licenciement qui en est résulté est dépourvu de cause réelle et sérieuse (CA Paris, 21e ch., A, 30-06-2004).

EN CONCLUSION

Si la décision de l’employeur de mettre en œuvre la clause de mobilité n’est pas justifiée par l'intérêt de l'entreprise, mais au contraire vise manifestement à pénaliser le salarié (éloignement de son domicile, allongement des temps de trajet, pressions pour imposer de nouveaux horaires, discrimination…), celui-ci est en droit de refuser la mutation.

Dans une telle hypothèse, l’employeur n’aura que 2 solutions :

- soit il renonce à imposer la mutation,

- soit il maintient sa décision et procèdera à un licenciement.

Le salarié disposera alors d’un recours devant le Conseil de Prud’hommes pour demander la requalification de la rupture en un licenciement sans cause réelle, ni sérieuse.

Les juges apprécieront d’abord la validité de la clause de mobilité puis ses conditions d’application ; ils disposeront d’un pouvoir souverain d’appréciation.


Restant à votre disposition pour toute question, il vous suffit de cliquer sur POSEZ VOTRE QUESTION

Claudia CANINI

Avocat à la Cour

www.canini-avocat.com

Formations juridiques en droit du travail

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

A propos de l'auteur
Blog de Maître Claudia CANINI

Avocate depuis 33 ans, je suis pleinement engagée pour la défense des droits et libertés des majeurs protégés sous tutelle ou curatelle. 

Je propose des consultations écrites, par téléphone, ou en vidéo et suis également disponible pour des consultations en personne dans mon Cabinet situé à Toulouse.

Retrouvez mes dernières publications sur : https://www.legavox.fr/blog/tutelle-curatelle-avocat/

Rechercher
Informations

Cabinet d'avocat en ligne 7J/7

www.canini-avocat.com

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles