Avocat ou Avocate , lettre à nos Confrères ...

Publié le Modifié le 14/06/2015 Vu 42 001 fois 7
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Doit-on utiliser le terme d'avocat ou d'avocate lorsque le conseil est une dame ?

Doit-on utiliser le terme d'avocat ou d'avocate lorsque le conseil est une dame ?

Avocat ou Avocate , lettre à nos Confrères ...

Petite lettre à nos Chers Confrères misogynes.

 

Mes Très Chers Confrères Misogynes,

Vous avez appris tout comme moi la teneur des tristes chiffres de cette année et vous avez pleuré, je le sais :

En France, il y a 42 609 avocats.

Les femmes représentent 44,8 % des inscrits et 60,6 % des avocats stagiaires.

(extraits des éléments statistiques du CNB)

Bien loin le temps béni du dix neuvième siècle qui ne connaissait aucune femme avocate.

Mais, hélas la Belle Epoque s'est terminée en 1900 avec Jeanne Chauvin qui fut la première femme avocate.

Heureusement, le Conseil d'Etat et la Cour de cassation ont été vos dignes serviteurs et n'ont admis la première femme avocate auprès de leur juridiction qu'en 1976...

Et vous avez été mécontents, mes Chers Confrères misogynes, mécontents de devoir partager ce métier, cette passion avec les femmes...

Et vous avez exprimé votre mécontentement, par des caricatures grotesques représentant les femmes avocates plaidant avec leur progéniture dans les bras (voir pièces 1 et 2 suivant bordereau)

Vous avez donc définitivement perdu votre virilité et une grande partie de votre pouvoir en laissant les femmes entrer dans votre fief bien gardé ...

Et aujourd'hui que vous reste-il comme combat, la femme ayant acquis sa place dans votre profession ?

Il vous reste le titre, votre titre sacré : AVOCAT...

Interdiction de le modifier, notre règlement intérieur ne reconnaît qu'un seul titre celui d'avocat...

Et AVOCATE ?

Non, grand Dieu, le mot avocat est un titre qui ne peut pas être féminin...

Femmes tu resteras et demeureras avocat, tu as voulu exercer une profession d'homme, tu en subis les conséquences : aucune différence, aucune distinction avec tes Confrères hommes...

Femme tu es et homme tu deviendras car devenir avocat ne s'improvise pas...

On ne naît pas avocate, on ne le devient pas non plus, selon vous.

Et pourtant, les femmes sont de plus en plus nombreuses et seront majoritaires dans quelques années et vous serez contraints d'abandonner ce titre...

En effet, mes Chers Confrères misogynes, sauf le respect que je ne vous dois pas, je souhaiterais vous faire réfléchir (si c'est possible et j'en doute...) :

Vous Confrères misogynes qui êtes de vrais spécialistes du droit français et du droit comparé, je ne vais pas vous apprendre que dans beaucoup de pays européens et notamment l'Allemagne, notre fameux titre est féminisé...

Je vous entends : LA LANGUE FRANCAISE, LA BEAUTE DES MOTS....

Je vous réponds, mes Chers Confrères misogynes que non seulement vous détestez les femmes mais aussi vous savez être hypocrites...

Cela ne vous dérange pas de féminiser des fonctions telles que mécanicien ou éboueur...

Pour finir, votre argumentation est inopérante, il suffit pour vous de jeter un œil dans un dictionnaire, au hasard le petit Robert (qui j'espère deviendra un jour la Petite Roberte) , ce dernier admet le féminin d'avocat...

Quoi d'autre à m'opposer ?

Le Règlement Intérieur ?

Puis-je vous faire remarquer en avocate irrespectueuse que je suis que si le Règlement intérieur ne fait aucune mention du titre d'avocate, il n'interdit pas non plus de l'utiliser...

Et souvenez-vous de vos très chers cours de Libertés Publiques : ce qui n'est pas interdit est permis...

Alors laissez nous la liberté de choix, mes très Chers Confrères misogynes, liberté de choisir le titre d'avocat ou celui d'avocate... c'est la seule chose que je revendique...

Si ce titre est honorifique, pourquoi ne pas le féminiser, n'est-ce pas un honneur d'être avocat et femme...

Rappelez qu'autrefois et même encore aujourd'hui, il existait des Princesses à la Cour ...

Enfin....je n'ai pas grand espoir de vous changer, mes Chers Confrères misogynes, et mes oreilles sifflent déjà et je devine vos ricanements et vos moqueries sur ma lettre que vous qualifierez de féministe...

L'argument est bien facile et pauvre et je n'y répondrai pas.

Il me reste à vous prier de me croire,

Votre Bien Dévoué Confrère.

Michèle BAUER, avocate à la Cour Messaouda GACEM, avocate à la Cour

 

P.S : vous l'aurez corrigé, mon secrétaire a fait une faute de frappe : il fallait lire, Votre Bien Dévouée Consoeur.

Vous avez une question ?
Blog de Michèle BAUER,Avocat Bordeaux

150 € TTC

Pas d'avis pour le moment

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Visiteur
13/01/2016 17:58

Chère Consoeur,

C'est par hasard, en cherchant les normes françaises sur la vente à perte, que j'ai trovué ce blog si intéressant. Je suis avocat en Espagne, et je suis vraiment etonné de voir la réticence dans certains milieux en France à l'utilisation du mot avocate. Chez nous il est absoluement normal et accepté. Par contre, ce qui nous choque en général, c'est l'usage, qui nous semble archaïque, du mot «avocat» en parlant d'une femme.

Mes félicitations pour vos blog.

M. Antonio G. Medina.
Avocat.
Murcia (Espagne).

2 Publié par michele bauer
13/01/2016 18:23

Mon Cher Confrère,

je vous remercie pour vos compliments et encouragements !

VBD

Michèle BAUER

3 Publié par Visiteur
20/03/2016 23:50

Ma très chère consoeur,
Merci pour ces quelques mots sur ce sujet si tabou ou conflictuel, même avec certaine consoeur se faisant encore appelé avocat.
j'entends souvent justifié le masculin du mot avocat au motif que cela serait une fonction donc invariable et donc neutre… sauf que le neutre n'existe pas en langue française !
Et n'a-t-on jamais vu une fonction plaidée …
Votre bien dévouée consoeur.

4 Publié par Visiteur
14/07/2016 19:42

Mon Dieu ! Quelle horreur cette logorrhée ! Que de haine et d'agressivité ! La femme dans toute sa beauté... On est loin du bel esprit et du raffinement. C'est ce genre d'égérie qui fait honte aux femmes et insulte l'intelligence. Au temps de Molière, on les appelait les précieuses ridicules. Heureusement, et bien au-dessus de la justice des hommes, il y a le tamis du temps : le rendez-vous de la postérité, c'est tout autre chose que celui du barreau. Tempête dans un verre d'eau et querelle de poulettes.

5 Publié par Visiteur
08/01/2017 17:37

Je ne suis pas avocate, je suis juste une femme et toi Gargl, juste un c... (je te laisse deviner)

6 Publié par Visiteur
09/02/2017 15:57

Chère Consoeur,

Je découvre votre texte avec plaisir, et l'ai déja partagée avec une consoeur qui resistait sur le féminin.

Notez que l'usage du féminin pour nos consoeurs devrait faire intégralement partie par la règle de la délicatesse. Que certains doivent de toute évidence encore l'apprendre.

Par ailleurs, pour le tamis du temps, mon vieux dictionnaire franco-allemand de 1910 connait aussi le féminin et en français et en allemand.


Bonne journée

Olivier Gaston-Braud
Avocat au Barreau de Luxembourg

7 Publié par Visiteur
11/10/2017 14:25

Avocatastrophe hihihi.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
A propos de l'auteur
Blog de Michèle BAUER,Avocat Bordeaux

Je suis avocate à Bordeaux.

Blogueuse sur "feu" avocats.fr depuis 2007 et sur Legavox depuis 2009.

 

J'ai prêté serment en 2003 et depuis cette date j'exerce en qualité d'avocate dans le respect de mon serment.

Photo:Cyril Coquilleau

https://cyrilcoquilleau.com/)

 

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

150 € Ttc

Rép : 24/48h max.

Pas d'avis pour le moment

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles