Faire appel ou pas d'un jugement du Conseil de Prud'hommes ?

Publié le 06/12/2014 Vu 22 529 fois 3
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Vous venez de recevoir le jugement du Conseil de Prud’hommes… Vous êtes salarié et vous avez été débouté d’une partie ou de l’ensemble de vos demandes. Vous êtes employeur, vous avez été condamné à payer à un de vos salariés une indemnisation, des heures supplémentaires… Que vous soyez employeur ou salarié vous trouvez la décision injuste et vous vous interrogez: dois-je interjeter appel ? Est-ce que cela en vaut vraiment la peine ?

Vous venez de recevoir le jugement du Conseil de Prud’hommes… Vous êtes salarié et vous avez été débo

Faire appel ou pas d'un jugement du Conseil de Prud'hommes ?

Vous venez de recevoir le jugement du Conseil de Prud'hommes... Vous êtes salarié et vous avez été débouté d'une partie ou de l'ensemble de vos demandes. Vous êtes employeur, vous avez été condamné à payer à un de vos salariés une indemnisation, des heures supplémentaires...

Que vous soyez employeur ou salarié vous trouvez la décision injuste et vous vous interrogez: dois-je interjeter appel ? Est-ce que cela en vaut vraiment la peine ?

Si vous avez un avocat, il faut évidemment discuter avec lui de l'éventualité de l'appel et des risques de ce dernier. L'avocat bénéficie d'une expérience et analysera avec soins les motifs de cette décision, il pourra vous conseiller au mieux.

Avant de prendre la décision d'interjeter appel ou pas, il faut impérativement analyser la motivation du jugement, ce sont les raisons pour lesquelles le Conseil de Prud'hommes a décidé de donner raison à l'autre partie.

Cette motivation doit être clairement énoncée, elle est fondée sur des motifs juridiques.

Par exemple, si vous êtes employeur et que vous avez licencié votre salarié(e) pour faute grave, la charge de la preuve de cette faute grave reposait sur vous. Le Conseil de Prud'hommes analysera dans sa motivation avec soins les preuves que vous avez apportées au soutien de ce licenciement. Il déterminera dans le cadre de son appréciation souveraine, une fois que cette analyse sera faite si les faits que vous reprochez et que vous prouvez ou pas sont suffisamment graves pour justifier d'un licenciement disciplinaire privant le salarié de son préavis et de son indemnité de licenciement.

Si vous êtes salarié et que vous réclamez des heures supplémentaires et que vous vous dites victime de harcèlement moral, le Conseil de Prud'hommes analysera les pièces que vous avez produites pour justifier de vos demandes au titre des heures supplémentaires (planning, fiches de pointage, mails tardifs, attestation...), la preuve étant partagée il analysera les pièces de l'employeur qui viseront à démontrer que vous n'avez pas effectué d'heures supplémentaires. Pour le harcèlement moral, le Conseil de Prud'hommes s'intéressera aux agissements répétés que vous reprochez à votre employeur, au faisceau d'indices d'un harcèlement moral, il déterminera ce qui est du pouvoir de direction de ce qui n'est pas du pouvoir de direction...

Vous l'aurez compris, une décision doit être bien motivée et l'appréciation de certaines demandes peut-être très subjective, la constitution d'un harcèlement moral, les agissements répétés peuvent être analysés par un Conseil de Prud'hommes comme du harcèlement et par un autre comme l'usage du pouvoir de direction, la souffrance au travail est très difficile à appréhender et à prouver pour le salarié !

Aussi, un seul conseil si vous ne comprenez pas les raisons expliquées par le Conseil de Prud'hommes dans sa motivation, interjeter appel ! Si vous n'êtes pas d'accord avec la motivation car vous la considérez subjective, faites appel aussi !

Toutefois, ne vous dispensez pas de l'analyse d'un avocat avant de vous déterminer.

Le blog: http://www.michelebaueravocatbordeaux.fr

Vous avez une question ?
Blog de Michèle BAUER,Avocat Bordeaux

150 € TTC

Pas d'avis pour le moment

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par Visiteur
20/11/2015 15:17

au titre d'aidante familiale auprès de ma maman Alzheimer, sous tutelle d'une mandataire judiciaire, j'ai fait l'objet d'un licenciement pour fautes graves en avril 2014, par cette tutrice. Je viens de prendre connaissance du conseil des Prud'hommes saisi par un avocat. Je suis déboutée de ma demande, à savoir : faire reconnaitre mon licenciement comme abusif et surtout, sans preuves réelles et sérieuses, car seule au domicile de ma maman 24h/24h. Mon employeur est bien ma maman (Particulier Employeur)avec cette particularité, qu'elle est placée sous tutelle.
Par 3 fois, le conseil des Prud'hommes a reporté son délibéré. Difficile donc d'accepter cette décision. Existe t il, à votre connaissance, un cas similaire?

2 Publié par Visiteur
01/03/2017 14:57

J'ai été débouté sa n'a pas de sens je travail mon patron ma retirée des heures sans justifier je percevais 1100 euro cest passée à 745 euro cerise sur le gâteau pour le mois de janvier 400 euro sans motif réel et la cest moi qu'on condamne mais ou es la justisce

3 Publié par Visiteur
19/01/2018 21:02

Bonjour je viens être déboutée j ai demandé à être licenciée suite à deux accidents de travail et handicapé à 50 % par la MDPH je n ai pas eu de complément de salaire pendant un ans maman de 4 enfants et malgré ça j ai perdue aujourd'hui je suis femme de chambre je trouve la justice injuste je ne sais plus quoi faire je ne me vois pas faire 16 chambres par jour mon état ne me le permet pas

Publier un commentaire
Votre commentaire :
A propos de l'auteur
Blog de Michèle BAUER,Avocat Bordeaux

Je suis avocate à Bordeaux.

Blogueuse sur "feu" avocats.fr depuis 2007 et sur Legavox depuis 2009.

 

J'ai prêté serment en 2003 et depuis cette date j'exerce en qualité d'avocate dans le respect de mon serment.

Photo:Cyril Coquilleau

https://cyrilcoquilleau.com/)

 

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

150 € Ttc

Rép : 24/48h max.

Pas d'avis pour le moment

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles