Licenciement pour inaptitude et charge de la preuve de recherche de reclassement.

Publié le 17/08/2014 Vu 2 388 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Les licenciements pour inaptitude physique et médicale sont nombreux malheureusement. Cette inaptitude peut être consécutive à des problèmes physiques ou psychologiques. Si elle aboutit à un licenciement, l'employeur ne pourra pas licencier sans avoir rechercher un poste de reclassement et si le licenciement est contesté en justice, c'est l'employeur qui devra démontrer qu'il a essayé de reclasser le salarié !

Les licenciements pour inaptitude physique et médicale sont nombreux malheureusement. Cette inaptitude peu

Licenciement pour inaptitude et charge de la preuve de recherche de reclassement.

Les licenciements pour inaptitude physique et médicale sont nombreux malheureusement.

Cette inaptitude peut être consécutive à des problèmes physiques: un ouvrier dans le bâtiment, peintre pourra avoir des problèmes de genoux à force de se baisser et de se lever…

Un cadre pourra rencontrer des problèmes de surmenage, de burn-out…

Les inaptitudes sont nombreuses et différentes.

Lorsqu’un salarié est déclaré inapte par le médecin du travail, en une seule visite ou en deux visites, l’employeur devra dans un délai d’un mois rechercher un poste de reclassement pour le salarié conforme aux préconisations du médecin du travail.

Pour le peintre de notre exemple, le médecin du travail pourra préconiser un poste qui ne sollicite pas les genoux, avec des gestes peu répétitifs… pour notre cadre qui est surmené, un poste avec moins de travail, peut-être dans un premier temps un mi-temps thérapeutique.

Si un poste n’est pas trouvé par l’employeur, ce dernier ne pourra que licencier le salarié pour inaptitude ( voir sur ce point la foire aux questions sur le licenciement pour inaptitude).

Le licenciement est le dernier recours, l’employeur doit rechercher un poste de reclassement loyalement, cette obligation de recherche est une obligation de moyens, il n’est pas obligé d’y parvenir, mais il doit tout mettre en œuvre pour trouver un poste au salarié dont l’inaptitude est constatée par le médecin du travail.

Si le salarié conteste son licenciement pour inaptitude devant le Conseil de Prud’hommes, c’est l’employeur qui devra démontrer qu’il a tout fait pour reclasser le salarié, la preuve des recherches de reclassement repose sur l’employeur et non sur le salarié.

Je me permets de le rappeler dans ce billet car quelques fois les juridictions du premier ou du second degré l’oublient et inversent allègrement la charge de la preuve.

Un arrêt illustre mon propos, arrêt qui a strictement appliqué cette règle de la charge de la preuve et ne l’a pas inversé: dans cette affaire M. Antony X est licencié par une grande Société qui emploie 5000 salariés, son licenciement est prononcé pour inaptitude.

La lettre de licenciement est très peu détaillée, elle se contente d’indiquer l’impossibilité de l’entreprise de reclasser le salarié…

Monsieur Antony X conteste ce licenciement devant le Conseil de Prud’hommes: aucune recherche réelle de reclassement n’a été effectuée par cette grande entreprise.

Il obtient gain de cause devant le Conseil de Prud’hommes puis devant la Cour d’appel ( puisque la Société a interjeté appel et doit le regretter puisque les dommages et intérêts ont été augmentés).

La Cour note très justement:  » ( …) en l’espèce, l’employeur ne démontre en rien comment il a satisfait à son obligation de reclassement »- arrêt ci-dessous

_Cour_d’appel_de_Bordeaux.__Chambre_sociale__Section_A_11 mars_2014._No_Répertoire_général __13_014…

Contact: cabinet@michelebaueravocate.com

Blog: http://michelebaueravocatbordeaux.fr

Vous avez une question ?
Blog de Michèle BAUER,Avocat Bordeaux

150 € TTC

Pas d'avis pour le moment

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


A propos de l'auteur
Blog de Michèle BAUER,Avocat Bordeaux

Je suis avocate à Bordeaux.

Blogueuse sur "feu" avocats.fr depuis 2007 et sur Legavox depuis 2009.

 

J'ai prêté serment en 2003 et depuis cette date j'exerce en qualité d'avocate dans le respect de mon serment.

Photo:Cyril Coquilleau

https://cyrilcoquilleau.com/)

 

Consultation en ligne
Image consultation en ligne

Posez vos questions juridiques en ligne

Prix

150 € Ttc

Rép : 24/48h max.

Pas d'avis pour le moment

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles