Droit viager d'habitation

Publié le 08/11/2019 Vu 361 fois 3 Par
logo Legavox
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

08/11/2019 10:27

Bonjour,

Mon mari est décédé il y a bientôt 1 an. Nous avons 3 enfants dont l'un est né d'un premier mariage. Dans le cadre de sa succession et après estimation de ma résidence principale, je voulais savoir si je devais opter pour le droit viager d'habitation pour "me protéger" ? Si oui, pourrais-je un jour vendre mon bien à hauteur des 5/8ème me revenant ? Les enfants devront-ils être obligatoirement d'accord pour la vente ? En sachant que je n'ai qu'un an après le décès pour réagir et y souscrire, quels sont pour moi les éventuels inconvénients à opter pour cette option de droit viager d'habitation ? Me le conseillez-vous vivement ?

Avec tous mes remerciements. Dernière modification : 08/11/2019 - par Tisuisse Superviseur

Superviseur

08/11/2019 11:05

Bonjour

Oui, une vente sera possible avec l'accord de tous les indivisaires et chacun recevra sa part, représentative de la nue-propriété pour les enfants, de la pleine propriété d'une partie + de l'usufruit partiel pour vous.
__________________________
Les contributions n’engagent que leurs auteurs et les liens ou signatures doivent envoyer vers des sites ou blogs reconnus, sans racolage concurrent... Bien à vous .

08/11/2019 11:34

Je vous remercie pour votre prompte réponse qui m'est bien utile
Cordialement

Superviseur

08/11/2019 12:48

Pas de quoi, si on peut être utile...
__________________________
Les contributions n’engagent que leurs auteurs et les liens ou signatures doivent envoyer vers des sites ou blogs reconnus, sans racolage concurrent... Bien à vous .

Répondre
Image Banderole Conseil-juridique.net

Consultez un avocat

www.conseil-juridique.net
Me. TOUCHE

Droit civil & familial

0 avis

Me. CUISINIER

Droit civil & familial

3 avis

Image Banderole Devenez bénévole sur Légavox

Devenez bénévole

Légavox

Participez à la communauté Légavox en devenant bénévole et en aidant les internautes dans leurs problématiques juridiques du quotidien.