Caution du service culturel de l’ambassade de Libye

Publié le Vu 984 fois 1 Par Falcao_75
31/10/2014 00:05

Bonjour,

On reproche souvent au propriétaire d’être sévère dans la sélection du locataire. Mais cela est malheureusement nécessaire car quand on fait confiance, on tombe souvent dans une erreur regrettable qui fait que par la suite on devient plus méfiant et inévitablement rancunier.

Voici mon l’histoire :

J’ai loué mon appartement à un étudiant Libyen pour lequel l’ambassade de Libye s’est porté caution solidaire en délivrant une attestation de garantie.
Ce locataire est en cessation de payement depuis plus d’un an. Donc après avoir constaté sa mauvaise foi, une procédure d’expulsion a été assignée à son encontre et je me suis alors retourné vers son ambassade pour faire valoir l’attestation de garantie.

Et là, changement de surprise, l’ambassade de Libye refuse de respecter son engagement sous motif que le locataire n’est plus étudiant chez eux. Mais en réalité, ils veulent ignorer leur responsabilité en se couvrant par l’immunité diplomatique.

Et le pire c’est qu’ils font double jeu, au bailleur ils disent que l’étudiant n’est plus géré par leur service et en parallèle ils continuent de lui verser sa bourse en liquide et lui payer ses inscriptions.

D’où ma question, Est-ce qu’ils ont de droit de tels agissement sur un état de droit comme la France ? Est-ce que la justice ou autre peut intervenir pour leur interdire de tels agissement illégaux, irresponsable et surtout malhonnête ? Et est ce qu’il y a des exceptions au privilège et immunités diplomatique ?


Merci d’avance pour conseils et surtout ne tombez pas dans la même erreur en faisant confiance à ce type de personne,


Falcao Dernière modification : 31/10/2014

Répondre

Consultez un avocat

www.conseil-juridique.net
Me. GALLET

Droit de l'immobilier

11 avis

Me. Bloch-Fisch

Droit de l'immobilier

8 avis

Devenez bénévole

Légavox

Participez à la communauté Légavox en devenant bénévole et en aidant les internautes dans leurs problématiques juridiques du quotidien.