pas de nouvelles du notaire

Publié le Vu 170 fois 1 Par Kevin29
18/12/2018 14:45

Bonjour,

je post aujourd'hui pour avoir quelques renseignements.

J'ai signé un compromis de vente chez un notaire début septembre pour l'achat d'une maison pour laquelle l'acte authentique de vente devait être signé pour le 15 Novembre, date qui pouvait être repoussée au plus tard au 31 décembre

Dans les conditions suspensives, il fallait que l'assainissement (tout à l'égout) soit aux normes. Après diagnostic il s'avère qu'il y a un petit problème et il faut que la SAUR ainsi que le SPANC.

Nous n'avons donc pas encore reçu le compromis par recommandé, mais seulement par mail à notre demande pour débloquer le prêt avec la banque.

Le prêt à été accordé il y a déjà 5 semaines mais nous avons beau appelé le notaire ( au moins 3 fois par semaine ) mais nous avons toujours le droit à :" il n'est pas disponible il va vous rappeller" et donc aucune nouvelle.

Ma question est que se passe-t-il au 31 décembre (date maximum sur le compromis), que peut-on faire pour faire avancer les choses en sachant que depuis Septembre la seule nouvelle que l'on a eu du notaire était pour nous dire qu'il y avait un problème avec l'assainissement et depuis plus rien, Nous avons peur que la banque décide d'annuler le prêt étant donné que nous n'avons pas plus d'informations que ça et que ça fait déjà 3 fois que la conseillère nous demande où ça en est.

Merci d'avance pour vos réponses

25/12/2018 13:40

Vous pouvez accepter l offre de pret deja en le signant et vous attendez le jour J et si ca ne le fait pas avec cette maison vous allez acheter une autre, je crois qu il y un moyen de faire ca avec la banque maintenant, renseignez vous

Répondre

Consultez un avocat

www.conseil-juridique.net
Me. GALLET

Droit de l'immobilier

9 avis

Me. Bloch-Fisch

Droit de l'immobilier

8 avis

Me. DEVYNCK

Droit de l'immobilier

5 avis

Devenez bénévole

Légavox

Participez à la communauté Légavox en devenant bénévole et en aidant les internautes dans leurs problématiques juridiques du quotidien.