Conséquences possibles d'une IP face à un procureur de la république

Publié le 27/03/2019 Vu 555 fois 0 Par
logo Legavox
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

27/03/2019 02:18

Bonjour,



Pardon pour la longueur, mais cela demande un peu de détails.

Voilà plusieurs années que je suis sous le coup d'une A.E.M.O par rapport à mes deux enfants, d'un placement en familles de 3 ans environs, je les ai réccupérés depuis l'été 2015.

Après 2 ans et demi de relation longue distance avec mon compagnon (depuis fin 2014, Région parisienne-Bretagne), nous avons enfin pu nous réunir dans un même logement. Nous sommes pacsés depuis janvier 2018. Il est fonctionnaire de police, raison pour laquelle je le suis en fonction de la localisation de son travail. D'abord autour de Paris durant 1 année et maintenant à Toulon depuis plus de 6 mois donc la mesure se poursuis.

Mon fils présente à la base des troubles de l'attention et des difficultés d'apprentissages en principal. Les diverses démarches sont en cours.

Malheureusement, mon partenaire (début mars) à pris mon fils par le col et, sans le vouloir, a causé une griffure au-dessus de l'un de ses yeux ce qui a occasionné le sur-lendemain un léger hématome sous l'oeil (mercredi soir).

N'ayant rien à cacher, j'ai emmener mon fils à l'école, jeudi.

J'ai été convoquée par le directeur dans la matinée qui, après avoir écouté ma version, à fait un rapport devant moi avec ma concertation. Nous avons laissé un message à l'attention de l'éducatrice référente pour l'en informer.

Mon partenaire a été reçu également le lendemain matin (pour cause de travail). Le directeur l'a laissé faire l'accompagnement habituel du vendredi, sortie scolaire.

Mon fils a été vu jeudi après-midi par le médecin scolaire qui a, elle aussi, fait une remontée au CRIP.

J'ai été reçue le lendemain après-midi par l'éducatrice et sa chef de service (mon partenaure ne pouvant pas être présent : sortie scolaire).

Leur rapport au juge pour enfant est positif. Elles prévoient un travail en commun axé sur les relations au seins de la famille et que nous sommes favorables. Sachant qu'avant cet évènement, elles ne comptaient pas demander un renouvellement de la mesure.

Maintenant le problème c'est que la juge pour enfant que j'avais vue en audience il y quelques mois est en congé maternel. Au service éducatif, lorsqu'ils ont eu le temps de recevoir mon partenaire hier, elles nous ont informés que le nouveau magistrat avais fait une remonter au procureur, ce qu'elles n'avaient, semble-t-il, pas "prévu". Pas encore de date pour une convocation.

En 2012 mon partenaire divorçait, le souci est que sa future ex-femme avait déposé une plainte pour violence, histoire largement inventée mais non prouvable, et cela n'a pas été inscrit sur son casier judiciaire.

Mes enfants ne supportant pas notre autorité, ils ont déjà dit avoir peur de mon partenaire, cela était un geste involontaire.

1) Le procureur peut-il retrouver cet historique dans le cas présent ?

2) Mon partenaire risque-t-il de sérieux ennuis du fait d'être un fonctionnaire de police ?

Je vous remercie par avance pour votre compréhension.

Vous souhaitant une bonne journée.

Cordialement, Sonam. Dernière modification : 27/03/2019 - par Tisuisse Superviseur

Répondre

Avez-vous déjà un compte sur le site ?

Si oui, veuillez compléter les champs email et mot de passe sur le formulaire en haut de page pour vous connecter.

Sinon, complétez le formulaire d'inscription express ci-dessous pour créer votre compte.

Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


Image Banderole Conseil-juridique.net

Consultez un avocat

www.conseil-juridique.net
Me. ayache

Droit pénal

3 avis

Me. Fregosi

Droit pénal

4 avis

Image Banderole Devenez bénévole sur Légavox

Devenez bénévole

Légavox

Participez à la communauté Légavox en devenant bénévole et en aidant les internautes dans leurs problématiques juridiques du quotidien.