Maltraitance infantile: que faire pour une protection efficace?

Publié le 29/10/2013 Vu 1251 fois 0 Par
logo Legavox
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

29/10/2013 22:33

Bonsoir,

J'espère être au bon endroit.
Un rapide résumé de la situation :

On suspectait depuis un certain temps que notre nièce de 3 ans subit de la maltraitance par sa mère qui était en congé parental :
- à 6-7 mois fracture d'une jambe et suspicion par le personnel hospitalier (et nous pas inquiets à cette époque),
- des bleus sur le visage,
- l'enfant est squelettique : bras jambes squelettiques et un gros ventre ballonné. Ses parents m'assuraient qu'elle mange beaucoup. Et l'attitude de la mère devenait de plus en plus suspicieuse : pas inquiète, des explications qui ne tenaient pas la route (E ne grossit pas car ne mâche pas, vue par plusieurs médecins et tout est normal, fait des selles plusieurs fois/jr puis c'est seulement une fois/semaine que E fait des selles de nombreux fois), des esquives etc.
- suspicion par le Pmi également de la maltraitance
- E ne parlait pas, a pris du retard pour la marche, l'air toujours triste

Mon frère est à son compte et fait de longues journées. Il boit toutes les paroles de sa femme. Impossible d'aborder le sujet avec lui de manière sereine.

Ne supportant plus cette situation, les services sociaux ont été alertés - E était hospitalisé dont on ignorait car rupture de contact avec mon frère - qui à son tour avait saisi la justice. Après la garde à vue, mon frère semblait ouvrir les yeux et nous a avoué qu'un soir en rentrant du travail, il entendait un hurlement dans la chambre des enfants et se précipitait pour voir que sa femme agrippait E par les cheveux avec les pieds décollés du sol. Puis il a pris une semaine de congés pour rester avec les enfants ; jamais il n'a constaté que E se griffait le visage, le nez et les yeux comme sa femme le prétendait et il pensait que c'était l'oeuvre de son épouse.

Comme mon frère avait l'air de se rendre compte de la vraie personnalité de sa femme - pour moi, c'est une psychopathe perverse - je me sentais rassurée qu'il fasse le nécessaire pour protéger les enfants. Mais hélàs, son aveuglement revient à nouveau et le couple coupe tout contact avec nous. Cela fait 3.5 mois qu'on n'a pas vu les enfants. Il y a 2.5 mois, ma mère avait essayé de joindre mon frère par téléphone. Elle s'était fait engeuler vertement.

Je sais qu'il y a un dossier en instruction mais je ne connais pas les aboutissements. Voici ce qui m'inquiète :

1. Il semblerait que ma belle soeur change de méthode de maltraitance. Avant il y avait des marques (fracture, bleus) et nous posions des questions et ça l'embêtait. Puis c'est devenu les griffures, le grippage de cheveux et nous nous doutions de rien.

1a. Une série de tests a été pratiquée sur E durant son séjour à l'hôpital. RIEN, AUCUNE maladie détectée. Entre les deux séjours à l'hôpital, E avait encore perdu du poids. On se demande si BS n'a pas pensé à commettre le crime parfait. Plus le temps passe plus on se pose de plus en plus cette question. Après tout, E n'a aucune maladie et pourtant elle perdait du poids donc BS aurait pu se sentir en sécurité en se disant que ce n'est pas sa faute si jamais E mourait car les médecins ne trouvaient rien et pourtant E avait un mal mystérieux puisqu'elle perdait du poids...heureusement, le signalement arrivait à temps. Et à l'hôpital E grossit... Qu'en pensez-vous? Est-on devenu parano? C'est un sentiment partagé par d'autres membres de la famille.

2. Durant la GAV des parents, les enfants ont été confiés à ma soeur. J'ai constaté que la soeur jumelle "J" de E a changé. Elle était l'enfant aimé de sa mère. Avant elle se parlait à elle-même, souriait mais quelque chose a changé. Elle est devenue craintive, timide, ne se parle plus. Après la GAV ses parents venaient la chercher ; elle jouait dans une pièce, lorsqu'elle entendait le mot "maman", ma mère et ma soeur avaient vu qu'elle s'affolait, un regard peureux et surtout elle ne voulait pas y aller ; il avait fallu la rassurait. J'ignore ce que sa mère lui a pu faire durant le séjour de E à l'hôpital.
Je m'explique, notre famille trouve que BS est une paresseuse. D'ailleurs, lors de l'ouverture des yeux, mon frère me racontait que sa femme lui disait tous les jours qu'elle avait un gastro tandis que devant moi, lorsqu'elle prétendait que E fait des selles plusieurs fois par jour, je lui répondais que la maigreur de E s'expliquait par ça et là, je lui demandais "tu n'as jamais eu de gastro de ta vie ?". Réponse : "Non". Je me demande ce que BS a bien pu inventer/faire pour masquer sa paresse, son irresponsabilité, son incapacité à s'occuper des enfants. Avant elle disait que c'est la faute de E qu'elle est trop fatiguée pour effectuer X tache. Quelque chose était certainement arriver à J pour qu'elle ait peur ainsi. Mais quoi? Pour BS, seul son confort et sa tranquillité comptent.

3. BS a encore lavé la cervelle de mon frère. Oui, je n'ai pas peur de dire que c'est une manipulatrice. L'aveuglement de mon frère m'inquiète beaucoup pour le bien-être des enfants.

Maintenant, que faire de mes inquiétudes sur la "nouvelle" mode de maltraitance et le cas de J? Je n'ai aucune preuve mais seulement de suspicions. Puis-je porter plainte contre ma BS seule et sur quelle base? Si plainte il y a, quelles seront les conséquences pour les enfants, moi et le couple?

Actuellement, E et J sont scolarisées. Savez-vous si la justice signale la maltraitance à l'école? Personnellement, je le souhaite pour la protection des enfants. Plus il y a des gens au courant, plus il y a de barrières contre d'éventuelle maltraitance.

Mille mercis de vos conseils. Dernière modification : 29/10/2013

Répondre

Avez-vous déjà un compte sur le site ?

Si oui, veuillez compléter les champs email et mot de passe sur le formulaire en haut de page pour vous connecter.

Sinon, complétez le formulaire d'inscription express ci-dessous pour créer votre compte.

Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


Image Banderole Conseil-juridique.net

Consultez un avocat

www.conseil-juridique.net
Me. ayache

Droit pénal

3 avis

Me. Fregosi

Droit pénal

4 avis