RUPTURE ANTICIPEE D UN CDI EN PERIODE D ESSAI

Publié le 21/07/2017 Vu 776 fois 1 Par
logo Legavox
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

21/07/2017 11:15

Bonjour,
Je vais essayer de synthétiser mon problème. J'ai signé un cdi de 24h/semaine, le 11 avril 2017 avec une période d'essai de 2 mois renouvelable 1 fois (fin de la période d'essai 11 août), dans une petite Entreprise de 3 salariés, pour un poste d'assistante de vie, à 30km de mon domicile.
Je précise que je suis inscrite à Pôle Emploi, depuis Janvier 2015 et je suis indemnisée en recharge de droit.
Rapidement, je me suis aperçue, que je ne pouvais pas rester dans l'entreprise, car les relations avec les patrons (couple) sont très tendues. Il me parle très très mal.... De plus, le salaire ne me permet pas de vivre correctement.
Le 28 juin 2017, j'ai demandé par téléphone à la responsable, un rendez-vous avec le directeur pour un arrangement de départ.
Le soir même, par sms, elle m'a informé de faire à la direction, une demande écrite motivée expliquant mon choix. J'ai donc stoppé court à ma demande, ne voulant pas faire d'écrit qui pourrait me nuire en cas de litige car je perdrais mes droits chômage, ça serait
un départ volontaire. Je pense qu'elle m'a demandé ni plus ni moins la lettre de rupture anticipée en période d'essai à l'initiative du salarié. .... J'ai donc continué mes prestations.
Mon médecin traitant m'a mis en arrêt de travail pour maladie, du 18 au 21 juillet 2017. Cette nouvelle a été mal prise par ma direction qui m'a dit au téléphone que j'avais fait exprès de la mettre dans la "..." et que de tout de manière je ne serais plus dans l'entreprise la semaine prochaine, puisque je l'avais demandé.Le lendemain elle m'envoie un sms, pour me demander de venir signer les documents et de lui apporter la clef d'une bénéficiaire. Je lui ai répondu de me fixer un rendez-vous, pendant mes heures de sortie pour la clef mais que je ne signerais rien pendant mon arrêt pour maladie. Depuis, je n'ai plus de nouvelle. Je tiens à préciser que je ne peux pas rentrer dans le bureau de l 'ets car c'est une adresse pour raison sociale, un local loué sans activité et dont la boite aux lettres n'est pas accessible, sinon j'aurais déposé la clef pendant mes heures de sortie.
Mes questions sont les suivantes :
1) Est-ce que mon employeur à le droit de m'obliger à signer un courrier de rupture anticipée en période d'essai suite à ma demande, donc à l'initiative du salarié, sachant qu'elle n'a aucune preuve écrit et aucun dire de prévenance de départ de ma part?
2) Pour me protéger,je compte lui envoyer un mail pour l'informer que je ne suis pas prolongée et qu'elle peut me faire parvenir mon planning. Si elle me répond qu'elle ne m'a pas prévu pour travailler, que dois-je faire? (J'ai plusieurs bénéficiaires, mes jours et mes heures de travail sont toujours différents, je ne peux donc pas me rendre sur mes lieux de travail).
Je ne signerai rien qui pourrait me nuire, mais les lois disent peut-être autrement si un oral vaut un écrit, par exemple.
Je vous remercie d'avance pour votre réponse et du temps que vous y avez consacré.
CDLT Dernière modification : 21/07/2017

21/07/2017 11:35

Bonjour,
Je ne sais pas quel arrangement de départ vous espériez pendant la période d'essai...
Si vous êtes ou étiez indemnisée par Pôle, a priori, une rupture de la période d'essai même à votre initiative dans les 91 jours vous faisait retrouver les droits restants...
__________________________
Cordialement.
P.M.

Infos en Droit du Travail du privé : tedforum.com

Répondre

Avez-vous déjà un compte sur le site ?

Si oui, veuillez compléter les champs email et mot de passe sur le formulaire en haut de page pour vous connecter.

Sinon, complétez le formulaire d'inscription express ci-dessous pour créer votre compte.

Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


Image Banderole Conseil-juridique.net

Consultez un avocat

www.conseil-juridique.net
Me. Peschaud

Droit du travail

101 avis

Me. KADDOUR

Droit du travail

1 avis