Mise à pied conservatoire / Liquidation de la socitété

Publié le 21/11/2015 Vu 671 fois 1 Par
logo Legavox
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

21/11/2015 12:23

Bonjour,

J'ai reçu une LAAR notifiant de ma mise à pied à titre conservatoire le 07/11 avec une convocation le 16/11 à laquelle je me suis rendu.
Le motif a été inventé de toutes pièces et ma patronne n'a pas pu le justifier quand je lui ai demandé.
A ce jour je n'ai plus de nouvelle.

On m'a informé qu'elle souhaite déposé le bilan. Je pense donc qu'elle souhaite payer le moins d'indemnité possible avant la liquidation de sa société. Apparemment 4 autres salariés sont dans le même cas que moi.
Est-ce vraiment légal de licencier des salariés de cette manière ?

Est-ce qu'on a encore un recourt quand la société est en liquidation ?
Car si j'ai bien compris on est pas payé durant la mise à pied. Et je n'imagine pas ne rien recevoir le mois prochain vu que je ne peux pas toucher non-plus le chômage ni même retravailler tant que je n'ai pas reçu de lettre. Surtout que je n'ai pas commis de faute.

Merci d'avance de vos conseils.

21/11/2015 14:09

Bonjour,
Si vous n'avez pas de nouvelles c'est que vous n'êtes pas licenciée et l'employeur ne peut le faire que dans le mois qui suit l'entretien préalable...
Si l'entreprise est mise en liquidation judiciaire, ce n'est plus l'employeur qui pourrait y procéder mais le liquidateur judiciaire...
Une contestation du licenciement disciplinaire resterait possible et s'il n'était pas prononcé pour faute grave, la période de mise à pied conservatoire devrait vous être payée...
__________________________
Cordialement.
P.M.

Infos en Droit du Travail du privé : tedforum.com

Répondre
Image Banderole Conseil-juridique.net

Consultez un avocat

www.conseil-juridique.net
Me. Peschaud

Droit du travail

101 avis

Me. KADDOUR

Droit du travail

1 avis

Image Banderole Devenez bénévole sur Légavox

Devenez bénévole

Légavox

Participez à la communauté Légavox en devenant bénévole et en aidant les internautes dans leurs problématiques juridiques du quotidien.