Promesse de contrat de travail non tenu, employeur embauche qq'un d'autre

Publié le 03/04/2021 Vu 237 fois 6 Par
logo Legavox
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

02/04/2021 16:59

Bonjour,

Je suis sans emploi depuis plusieurs mois à cause de la Covid.

Un employeur (PME) m'envoie début janvier une promesse de contrat de travail. Il contenait les informations suivante (date de début, lieu de travail, titre du poste, rémunération, convention collective). Le document à été mutuellement signé.

Je reçois un peu plus tard un contrat de travail en bonne et du forme. L'employeur ne signe pas le contrat de travail et m'indique qu'il le signera en ma présence le premier jour de travail dans l'entreprise (convenu pour le 1er Février).

Quelques jours avant de commencer le travail, l'employeur m'informe qu'il craint un 3ième reconfinement et m'annonce verbalement qu'il souhaite repousser la date d'entrée en poste d'un mois et demi (aucun n'écris de sa part). Le mois et demi s'écoule, l'employeur ne se manifeste pas et je découvre que le poste qui m'était destiné dans l'entreprise a été pourvu. A ce jour, l'employeur ne s'est pas manifesté pour m'informer de ce revirement !.

J'ai été trompé et j'ai subi un préjudice car j'ai arrêté mes recherches d'emploi après la signature de la promesse d'embauche. Puis-je prétendre à une réparation financière pour "licenciement sans cause réel et sérieuse", et si oui à quoi puis je prétendre et comment procéder ?.

PS: salaire 75k€, véhicule de fonction.

D'avance merci. Dernière modification : 02/04/2021 - par Roxy17

02/04/2021 17:04

Bonjour,

Vous ne pouvez a priori pas prétendre à l'indemnité de licenciement sans cause réelle et sériuse puisque le contrat de travail n'a pas pris effet mais éventuellement à la réparation du préjudice subi pour la promesse non respectée sachant qu'il vous sera difficile de prouver ce que l'employeur vous a dit verbalement...
__________________________
Cordialement.
P.M.

Infos en Droit du Travail du privé : tedforum.com

02/04/2021 17:59

Bonjour,

dans les faits vérifiales; vous avez reçu un contrat de travail à signer en présentiel et... l'employeur ne vous a jamais vu !? Il a pris quelqu'un d'autre.

02/04/2021 18:17

Bonjour, merci.

A quoi sert une promesse de contrat de travail dans ce cas ?

Dans les fait vérifiables :

1) avant l'appel de fin Janvier, l'employeur, m'a écris de ne pas prendre les tickets de train pour le 1er jour car l'entreprise le ferait pour moi. Il était convenu par écris que l'employeur devait prendre à sa charge tout les frais de déplacements. Je n'ai bien sûr jamais reçu le ticket de train pour le 1er jour.

2) La nomination de l'autre personne à été annoncé par Linkedin. Visible de tous.


L'employeur qui s'est engagé dans un contrat ne doit il pas m'informer de son changement d'avis par écris ?. Je n'ai pas rompu l'engagement de mon côté et suis toujours au chômage.


Cordialement

02/04/2021 19:18

La promesse de contrat de travail sert à être indemnisé du préjudice subi comme déjà indiqué en cas d'engagement non respecté...

Il aurait dû vous informer par écrit mais il ne l'a pas fait et j'ignore quel serait sa défense devant la Conseil de Prud'Hommes si vous l'en saisissiez et s'il prétendrait que c'est vous qui avez renoncé à l'embauche...
__________________________
Cordialement.
P.M.

Infos en Droit du Travail du privé : tedforum.com

03/04/2021 15:38

Bonjour,

Merci pour vos réponses.

Le premier entretien et les tests avec l'entreprise remontent à Aout-Septembre 2020. On m'annonce verbalement que je suis retenu début Décembre. Une promesse de contrat de travail m'est envoyée début Janvier. L'entreprise à donc pris 5 mois entre le 1er entretien et la promesse d'embauche !.

C'est un professionnel de l'entreprise qui rédige, émet le contrat de travail, et effectue toutes les démarches administratives (type déclaration URSSAF ect..), pas l'employé. Si j'avais renoncé à l'embauche, l'employeur aurait du en prendre acte par écris, pour se protéger de ce genre de situation. Hors il n'en est rien.

L'absence d'écrits après la demande de différer la date d'entrée en poste, à bénéficié à l'employeur qui s'est ainsi acheté du temps supplémentaire pour trouver quelqu'un de plus expérimenté, qui habite moins loin que moi (moins demandant ?). A mon avis, on m'a gardé au chaud depuis Décembre juste au cas ou. Dans les faits vérifiables, je peux prouver que mon enfant était fin Janvier inscrit à l'école à destination pour la prochaine rentrée et que j'étais en recherche active de logement sur place avant fin Janvier.

03/04/2021 18:15

Bonjour,

On pourrait vous rétorquer que de votre côté vous auriez dû en prendre acte par écrit, pour vous protéger de ce genre de situation. Or il n'en est rien...

Comme vous dîtes l'absence d'écrit a profité à l'employeur et peut encore lui profiter...

C'est tout simplement pour vous dire qu'un procès n'est jamais gagné d'avance et qu'il ne faut pas se tromper dans les demandes...
__________________________
Cordialement.
P.M.

Infos en Droit du Travail du privé : tedforum.com

Répondre
Image Banderole Conseil-juridique.net

Consultez un avocat

www.conseil-juridique.net
Me. Peschaud

Droit du travail

101 avis

Me. KADDOUR

Droit du travail

1 avis

Image Banderole Devenez bénévole sur Légavox

Devenez bénévole

Légavox

Participez à la communauté Légavox en devenant bénévole et en aidant les internautes dans leurs problématiques juridiques du quotidien.