Situation dans l'impasse

Publié le 02/02/2020 Vu 889 fois 3 Par
logo Legavox
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

01/02/2020 07:32

Bonjour,

Femme de chambre en CDI depuis 2016 chez un hôtelier/propriétaire (SARL). Ce dernier met en location-gérance son Hôtel à une SAS. Mon contrat de travail suit (simple avenant)

.La SAS dépose de bilan en Octobre 2019.Liquidation judiciaire / mandataire.liquidateur.

Mes Salaires octobre/novembre réglés par l'AGS.

Mon contrat CDI reviendrait au bailleur mais aucunes nouvelles. A ce jour, toujours considérée comme salariée, je ne suis plus rémunérée et n'ai plus de couverture sociale.

Je suis dans une impasse,comment dois-je opérer, avec qui et devant qui ?

Merci et bien respectueusement. Dernière modification : 01/02/2020 - par Tisuisse Superviseur

01/02/2020 13:31

Bonjour,

Effectivement, il est étonnant que le liquidateur judiciaire n'ait pas procédé au licenciement à moins que l'activité de l'hôtel continue...

Il faudrait déjà vous en rapprocher...
__________________________
Cordialement.
P.M.

02/02/2020 06:59

Merci, je crois que le liquidateur pouvait demander à ce que je sois licencier mais tel n'a pas été le cas.

Ce dernier m'a simplement laissé entendre que le bailleur (proriétaire / hôtelier) des murs avait l'intention de reprendre l'activité de son établissement. Tout en m'indiquant en même temps que je devais être patiente.

J'admets qu'il faille un peu de temps mais la situation actuelle fait que depuis le 1er Décembre 2019 je n'ai plus de revenus et donc de couverture sociale.

Sans être licenciée,je ne peux pas m'inscrire chez Pôle Emploi et retrouver du travail.

J'avais ouvert un dossier au conseil de Prud'homme,je me suis présentée 2 fois devant Lui ,sans avancée supplémentaire.

Au 3ème passage, il y a 1 semaine, le conseil s'est dit incompétant à poursuivre et m'a dit de prendre un avocat.

Je ne m'étonne pas aujourd'hui du nombre de personne baissant les bras devant leur affaire en ne pouvant subvenir au frais .

Je gagnais le smic et aujourd'hui c'est à moi de réclamer et de faire les frais de ce qu'un patron me doit .

Il y a de quoi se révolter face à une "justice" qui n'en est vraiment plus une.

02/02/2020 08:51

Bonjour,

Le liquidateur judiciaire n'a aà demander à personne, c'est lui qui procède au licenciement économique s'il n' y a pas de repreneur immédiat ou alors il faut qu'il paie les salaires éventuellement par l'intermédiaire de l'AGS...

S'il ne respecte pas la règle, il engage sa responsabilité peronnelle...

J'ignore quelle procédure vous avez engagé devant le Conseil de Prud'Hommes, si c'était en référé et s'il y a eu audience, si vous aviez assigné aussi le liquidateur judiciaire et l'AGS mais il ne décide pas être incompétent comme ça sans le motiver...

Si vous n'avez pas de revenus ou en dessous des plafonds, vous avez droit à l'Aide Jurisdictionnelle...

C'est évident que quand on réclame quelque chose en justice, il faut engager une procédure adéquate pour que justement Justice soit rendue, ce qui est criticable, c'est que vous soyez insuffisamment informée...

Mais vous pourriez aussi vous rapprocher d'un défenseur syndical (liste disponible normalement sur le site de la DIRECCTE de la Région) défenseur syndical (liste disponible normalement sur le site de la DIRECCTE de la Région)...
__________________________
Cordialement.
P.M.

Répondre

Avez-vous déjà un compte sur le site ?

Si oui, veuillez compléter les champs email et mot de passe sur le formulaire en haut de page pour vous connecter.

Sinon, complétez le formulaire d'inscription express ci-dessous pour créer votre compte.

Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

Image Banderole Conseil-juridique.net

Consultez un avocat

www.conseil-juridique.net
Me. KADDOUR

Droit du travail

1 avis

Me. BERNON

Droit du travail

91 avis