Contrôle des pauses abusif et biaisé ?

Publié le 27/08/2017 Vu 1360 fois 1 Par
logo Legavox
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

robot représentant Juribot

Une question juridique ?

Posez votre question juridique gratuitement à notre chatbot juridique sur Juribot.fr

27/08/2017 10:20

Bonjour,

Je travaille actuellement dans un laboratoire de chimie où le travail consiste, grosso modo, à préparer et à analyser des échantillons via un logiciel nous servant de base de travail.

Avant chaque préparation, on bipe le code-barre de l'échantillon pour avoir toutes les informations permettant de travailler dessus, cela permet également d'avoir une traçabilité informatique de la position de l'échantillon dans le laboratoire.

Au niveau des temps de pauses, on a le droit à 45 min de coupure pour la pauses repas et l'entreprise nous laisse une tolérance de 20 minutes en plus, à prendre quand et comme bon nous semble, pour nous permettre de prendre un café, fumer une cigarette, aller aux toilettes, etc.

Or, le problème actuel est que notre responsable utilise notre logiciel de travail pour "deviner" le temps de pause de chacun, en regardant le temps entre deux bips sur le logiciel et en considérant que dès que ce laps de temps dépasse 5 minutes, c'est que l'employé est en pause...

Même si l'essentiel de notre boulot se passe devant notre plan de travail, la nature elle-même du travail fait que nous devons parfois nous absenter brièvement pour aller chercher des échantillons, recharger nos flacons de réactifs, réapprovisionner notre poste en consommable, etc. Ces durées constituent donc des "absences" sur le poste de travail, et donc sur le logiciel, sans que pour autant l'employé soit en pause.

Plusieurs collègues, dont moi-même, ont reçu des avertissements à ce sujet, d'où mes questions :

- sachant qu'une partie (minime certes, mais non négligeable) de notre travail ne se passe pas sur notre logiciel de travail, est-ce que notre responsable peut se servir de ces temps d'absence sur le logiciel pour nous sanctionner en invoquant des pauses trop longues ?
Pour moi, tout ce que prouve ces absences sur le logiciel, c'est qu'on est occupé ailleurs que sur notre poste de travail et que l'on effectue un travail non-informatique, mais pas nécessairement que l'employé est en pause.

- Sachant que ce logiciel est notre outil de travail, l'employeur a-t-il le droit le détourner en moyen de contrôle du temps de "pause" de ces employés et de s'en servir de preuve pour les sanctionner ?
Il y a pas une déclaration à la CNIL ou autre à faire quand on détourne un outil informatique en moyen de contrôle/répression ? De plus, à l'Embauche, on ne nous a jamais informé que ce logiciel était là pour contrôler notre temps de "travail effectif".

- Certaines personnes abusent de ces pauses, transformant les 20 minutes en 40 voire parfois 1 heure, mais ces personnes ne sont pas inquiéter par une quelconque sanction. Sans tirer de conclusion hâtive, et sans vouloir être médisante... ces "intouchables" sont des employés connaissant la responsable depuis plusieurs années et ayant développé avec elle une affinité affichée sans complexe dans le laboratoire (un de ces intouchables est même le beau-frère de la responsable en question...)
Du coup, le fait qu'il y ait sanction pour certains et rien pour d'autres, pour une même "faute", ne constitue t-il pas une mesure discriminatoire ?

Je vous remercie d'avance pour vos réponses (si vous aviez des articles de loi que je pourrais citer pour me défendre, je suis preneuse)

Bon dimanche à tous !

27/08/2017 12:53

Bonjour,
Je vous conseillerais de vous rapprocher des Représentants du Personnel pour savoir s'ils ont été consultés avant la mise en place d'un tel moyen de surveillance et il faudrait savoir si vous en avez été informé...
A priori, il aurait du faire l'objet d'une déclaration à la CNIL...
Si ce sont des avertissements écrits, ils peuvent être contestés par lettre recommandée avec AR puisqu'il semble que vous en ayez matière m^me si le pouvoir disciplinaire de l'employeur peut être individualisé...
__________________________
Cordialement.

Je vous conseillerais de vous méfier de réponses d'usurpateurs qui n'ont qu'une compétence limitée pour répondre et parfois les inventent sans référence juridique et/ou veulent se substituer au Juge en interprétant la Jurisprudence avec mauvaise foi.

Répondre

Avez-vous déjà un compte sur le site ?

Si oui, veuillez compléter les champs email et mot de passe sur le formulaire en haut de page pour vous connecter.

Sinon, complétez le formulaire d'inscription express ci-dessous pour créer votre compte.

Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.

Image Banderole Conseil-juridique.net

Consultez un avocat

www.conseil-juridique.net
Me. HADDAD

Droit du travail

2666 avis

209 € Consulter
Me. BEM

Droit du travail

1434 avis

249 € Consulter