journée de solidarité?comment sa marche?

Publié le 08/11/2010 Vu 3774 fois 1 Par
logo Legavox
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

08/11/2010 15:41

Bonjour,
mon entreprise demande a tous ses salariés de faire la journée de solidarité le jour de repos de la semaine, pour mon cas cela tombe un vendredi ce qui signifie que je devrais travailler du lundi au samedi, j'aurais alors que le dimanche de repos.De plus cette journée de solidarité est censé être pour les personnes âgées et les handicapés ce que je suis,travailleur handicapé ou je ne suis pas reconnu dans l'entreprise ce que je trouve pas normal d'ailleurs.C'est pour cela que je suis un peu en désaccord avec cette journée de travail gratuit.Est ce légal, car si il m'arrive un accident au travail ce jour la, sur mon contrat ce jour est un jour de repos, comment sa se passe pour que je puisse justifier ceci?L'entreprise a t-elle le droit de donner qu'un jour de repos par semaine?Et puis-je leur indiquer que je vois pas pourquoi je ferais cette journée alors qu'il ne m'ont pas engager en tant que travailleur handicapé alors qu'ils le savaient très bien?Est ce de la solidarité ça?

Merci de m'éclairer sur ce sujet.

08/11/2010 18:04

Bonjour,
Il faudrait que vous consultiez la convention collective applicable car le repos hebdomadaire n'est légalement fixé qu'à 24 heures auquel s'ajoute les 11 heures de repos quotidien...
Mais normalement, il n'est pas prévu, à ma connaissance, que la journée de solidarité puisse avoir lieu un jour de repos hebdomadaire...
Je vous propose ce dossier
__________________________
Cordialement.
P.M.

Infos en Droit du Travail du privé : tedforum.com

Répondre
Image Banderole Conseil-juridique.net

Consultez un avocat

www.conseil-juridique.net
Me. Peschaud

Droit du travail

101 avis

Me. KADDOUR

Droit du travail

1 avis

Image Banderole Devenez bénévole sur Légavox

Devenez bénévole

Légavox

Participez à la communauté Légavox en devenant bénévole et en aidant les internautes dans leurs problématiques juridiques du quotidien.