EN PERSPECTIVE POUR LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR AU CAMEROUN

Billet du blog publié le 06/09/2016 à 09:04, vu 760 fois, 6 commentaire(s), Auteur : Dr KAMWE MOUAFFO
Après les différentes revues de presse télévisées de ce matin, 5 septembre 2016, je me réjouis que plusieurs informations concernent le consommateur au Cameroun, de près ou de loin.

- Le Premier Ministre est en voie de demander un audit du réseau téléphonique au Cameroun ! Vivement cet audit ! sans risque de me tromper, chacun de nous est une victime de ce réseau, qui ne rate jamais de débiter notre crédit de communication, même sans communication ! Qui de vous n’a jamais envoyé ce fameux sms qui n’est jamais arrivé à son destinataire? Comme vous le savez, derrière le réseau téléphonique, se trouve le réseau internet ! Qui n’a jamais fait face à cette icône du monde qui tourne, tourne, sans s‘arrêter, alors que vous essayez de vous connecter, après avoir bien entendu déjà payé le ticket du cyberman ou renouvelé votre abonnement mensuel ou autre? Qui de vous a déjà été remboursé ? Existe-t-il autre produit ou service où on a vraiment le sentiment d’avoir payé pour rien ? Moi, en tout cas, je suivrai de près cet audit…

- De son côté, l’ANOR a officiellement lancé le  Programme d’Evaluation de la Conformité avant Embarquement des Marchandises Importées en République du Cameroun, le PECAE. Ce programme et opérationnelle depuis le 31 août 2016. Si j’ai bien tout compris, grâce à ce programme, nous ne devrions plus avoir de produits de contrefaçon dans nos marchés : plus de faux cure-dents, plus de faux vernis à ongles, plus de fausses lunettes de soleil et même fausses mèches de réchaud à pétrole ! Un Cameroun de rêve !

- Pour accompagner tout ceci, on annonce un Décret portant création d’un mécanisme de lutte contre la contrefaçon. Qui dit mieux ?

- A côte de ces initiatives gouvernementales, que nous apprécions tout à fait, n’oubliez jamais que le véritable programme anti contrefaçon, c’est le vôtre ! Votre vigilance ! Premier indice très sûr de la contrefaçon : le moins cher.

En tout cas, je dois vous dire que j’ai terminé la rédaction de cette note hier à 13h30. Sur le point de la publier… Paf ! Coupure d’électricité à Ngaoundéré… Alors, selon vous, pour l’électricité, un Audit ou un Programme ou un autre Décret?


Commentaire(s) de l'article

Posez votre question sur le forum
Posez gratuitement vos questions sur le forum juridique Légavox
sophie [Visiteur], le 11/11/2016 à 16:45
bonjour dr oui une révolution le pecae pour les produits importés.mais pour les produits fabriqués localement que faire ? ne pensez vous pas que les facteurs comme la corruption la porosité des frontieres et la difficile maîtrise du secteur informel compromettent les efforts fournis pour protéger le consommateur contre les risques liés à la contrefaçon?
Dr KAMWE [Membre], le 12/11/2016 à 11:34
Bonjour Madame

Merci pour votre réaction.
Tous les que vous évoquez sont effectivement compromettants. comme les produits locaux, il y a une brigade de contrôle et de la répression des fraudes qui a d'ailleurs beaucoup agi ces derniers temps avec des saisies et destructions spectaculaires, notamment le 25 mai dernier. Mais je pense qu'en matière de consommation, le consommateur doit être un consom'acteur, et être lui même déterminé à rejeter les produits contrefaits.
sophie [Visiteur], le 14/11/2016 à 16:15
bonjour dr tout a fait d'accord avec vous le consommateur doit être fortement impliqué dans sa protection. certainement en s'informant et en dénoncant auprès des institutions agrées.toutefois, au regard des nouvelles stratégies des contrefacteurs qui challengent de plus en plus les produits originaux il devient de plus en plus difficile de reconnaitre ces produits. que font les associations, les titulaires de droit, l'Etat pour remedier à cette situation? merci
sophie [Visiteur], le 14/11/2016 à 16:19
ya t'il un mécanisme interne pour contrôler les produits locaux depuis la fabrication afin d'encourager une protection préventive?pour minimiser les risques.
Dr KAMWE [Membre], le 14/11/2016 à 20:26
Bonjour et merci pour vos contributions

Le travail effectué par la brigade des fraudes vise également ce but. La prévention semble arrimée sur ce brigade, mais la politique nationale est particulièrement répressive.
sophie [Visiteur], le 17/11/2016 à 15:33
bonjour dr et merci pour votre promptitude et vos contributions.en dehors de l'implication du consommateur, que peut faire l'Etat de maniere concrète pour canaliser un secteur informel encore propice à l'exposition des risques pour le consommateur? la liberté d'entreprise et d'industrie promue pour encourager l'auto emploi n'est pas un prétexte aujourd'hui pour ces contrefacteurs? la contribution des titulaires de droit n'est elle pas importante dans la protection des consommateurs? merci
Ajouter un commentaire