Attention aux offres de référencement en ligne !

Publié le 01/06/2021 Vu 1 475 fois 0
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

La pratique tend à se populariser : des entreprises se font démarcher pour du référencement en ligne et se retrouvent à devoir payer des dizaines de milliers d’euros pour des contrats factices.

La pratique tend à se populariser : des entreprises se font démarcher pour du référencement en ligne et se

Attention aux offres de référencement en ligne !

Entre deux coups de fils de clients, certaines entreprises, en particulier celles nouvellement inscrites au Registre du commerce et des sociétés, reçoivent des appels de prétendues sociétés de référencement en ligne.

Le mode opératoire est souvent bien le même et tend à se répéter une fois l’entreprise « ferrée » : le référenceur réclame une somme pour accroître la notoriété de l’entreprise, via un annuaire de professionnels en ligne, ou dans certains cas prétexte un soi-disant contrat, préalablement établis, que l’entreprise peut rompre. En cas de refus, ces professionnels menacent généralement de poursuites judiciaires.

Le référenceur adresse un « bon de clôture » qui s’avère être en réalité un contrat portant sur une campagne de référencement. Pour berner leur victime, ils ajoutent dans les observations du contrat des mentions tels que « bon de clôture », « non-renouvelable » ou « non-reconductible ».

Une fois ce bon de commande signé les problèmes commencent pour l’entreprise victime. La plupart du temps, elle est recontactée pour payer une nouvelle fois la « clôture », moyennant des coûts exorbitant.

A cela s’ajoutent les appels malveillants, les menaces et le démarchage par d’autres prétendues sociétés de référencement. Il est courant que ces sociétés constituent un véritable réseau d’escrocs, plusieurs d’entre-elles pouvant être détenues par la même personne.

Il s’agit d’une « arnaque à l’annuaire » classique.

Dès lors, que faire une fois pris au piège ?

La parade provient de l’article L221-3 du Code de la consommation qui prévoit que :

« Les dispositions des sections 2, 3, 6 du présent chapitre applicables aux relations entre consommateurs et professionnels, sont étendues aux contrats conclus hors établissement entre deux professionnels dès lors que l'objet de ces contrats n'entre pas dans le champ de l'activité principale du professionnel sollicité et que le nombre de salariés employés par celui-ci est inférieur ou égal à cinq. »     

Les « petits professionnels » peuvent être considérés comme des consommateurs et bénéficier à ce titre de tous les avantages liés à ce statut.

L’entreprise doit remplir les trois critères suivants :

  • Compter moins de 5 salariés ;
  • Le contrat doit avoir été conclu hors du champ de son activité principale ;
  • Le contrat doit avoir été conclu hors établissement.

Cette dernière condition subtile est encadrée par l’article L221-1 alinéa 2 du Code de la consommation.

Un contrat conclu hors établissement peut donc être un contrat signé :

  • dans un lieu où le professionnel n’exerce pas son activité de manière permanente ;
  • lors d’une excursion organisée par le professionnel ;
  • au moyen d’une communication à distance après que le consommateur ait été sollicité par le professionnel dans un lieu où le professionnel n’exerce pas son activité.

En résumé, une entreprise peut être considérée comme un consommateur et bénéficier de l’ensemble des avantages de son statut prévu par le Code de la consommation. L’entreprise possède une extension de 14 jours de son droit de rétractation, permettant de revenir sur le consentement et de se désengager du contrat.

Dans le cas du référencement, ce droit de rétractation court à partir de la conclusion du contrat.

Bien mieux, et comme l’a jugé la Cour de Cassation dans un arrêt du 18 septembre 2018, ce délai est augmenté à 12 mois si le professionnel ne communique pas les informations concernant le droit de rétractation (cf. Cass. 1ère Civ., 12 septembre 2018, n°17-17.319).

Cet arrêt permet donc aux « petits professionnels » de se défaire de ces contrats conclus par inadvertance ou suite à une lecture inexacte.

Un courrier de mise en demeure permettra probablement d’arrêter les menaces et le harcèlement, mais la récupération des montants payés par la voie judiciaire peut s’avérer longue et hasardeuse, outre le fait qu’elle est conditionnée à l’absence de faillite du référenceur.

Prudence donc sur ces offres de référencement alléchantes au premier abord et qui peuvent se révéler être de véritables sables mouvants.

Mathieu WEYGAND,
Avocat

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.


A propos de l'auteur
Blog de Légavox

Bienvenue sur le blog de Légavox, société éditrice de legavox.fr et de nombreux sites et services dans le domaine juridique.

Rechercher
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et sur nos applications mobiles