Erreur sur le TEG : les banques à nouveau sanctionnées

Publié le Modifié le 04/10/2019 Par Légavox Vu 833 fois 2

La Banque Populaire et ses contrats de prêt sont décidément dans le viseur des Cours d’appel. Plusieurs décisions récentes viennent sanctionner ses pratiques.

Erreur sur le TEG : les banques à nouveau sanctionnées

Pour rappel, le taux effectif global (ou TEG) doit refléter le coût réel du crédit. Il s’agit du taux qui est réellement pratiqué pour une opération de crédit déterminée et que tout consommateur – ou professionnel – va scruter en premier lieu avant de conclure le contrat de prêt avec l’organisme bancaire.

Ce TEG doit comprendre évidemment les intérêts conventionnels mais également, selon l'article L. 314-1 du code de la consommation, « les frais, les taxes, les commissions ou rémunérations de toute nature, directs ou indirects, supportés par l'emprunteur et connus du prêteur à la date d'émission de l'offre de crédit ou de l'avenant au contrat de crédit, ou dont le montant peut être déterminé à ces mêmes dates, et qui constituent une condition pour obtenir le crédit ou pour l'obtenir aux conditions annoncées ».

Ce taux doit en conséquence être le plus exact possible, afin d’éviter au cocontractant une mauvaise surprise lorsqu’il s’aperçoit après la conclusion du contrat qu’il a été trompé sur ce taux et qu’il aurait sans doute mieux fait de contracter avec un organisme concurrent proposant un crédit comportant un TEG plus élevé mais exact, lui.

Pourtant, les banques et notamment la Banque Populaire puisque c’est la seule visée par deux récentes décisions de la Cour d’appel de METZ (1ière Chambre civile, 16.05.2019, RG 17/02929 et 1ière Chambre civile, 25.06.2019, RG 17/02741), continuent de multiplier les erreurs dans la détermination de ce taux.

La Cour d’appel de Metz rappelle ainsi que le TEG doit nécessairement inclure le coût de l’adhésion à une assurance décès et perte totale et irréversible d’autonomie qui conditionne de manière automatique l’octroi d’un prêt.

Aucun organisme bancaire ne contracte de prêt sans veiller à ce que celui-ci soit garanti par une assurance en bonne et due forme souscrite par son cocontractant puisqu’à défaut, en cas d’accident de la vie, le prêteur de deniers pourrait perdre l’intégralité de ses fonds.

Or, ces assurances constituent un important coût – de l’ordre de 0,20 à 0,50 % du capital emprunté -, coût qui est délibérément caché par la banque dans son offre de crédit présentant un TEG soi-disant avantageux.

Le TEG qu’elle propose à son client doit nécessairement inclure le coût de l’assurance – qui peut être présentée comme facultative mais qui en réalité ne l’est jamais – ce d’autant que celui-ci est non seulement déterminable mais en outre déterminé avant la conclusion du contrat de prêt.

La sanction est lourde pour la banque puisqu’elle a induit, dans chacune des décisions citées, la substitution du taux légal au taux conventionnel stipulé.

Quand on sait que le taux légal en 2014 était de 0,04 %, et inférieur à 0,90 % (entre banque et particuliers), la porte d’un important contentieux est laissée grande ouverte….

 

 

Mathieu WEYGAND,
Avocat

 

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

Publié par Arnaud swez
23/08/19 09:57

Une question, que je me pose et qui est rarement indiquée dans les articles traitant de ce sujet, quel est la période de recours auprès des tribunaux pour dénoncer cette faute des banques.
Merci,
Arnaud.

Publié par Me WEYGAND
29/08/19 17:28

Cher Monsieur


En général, le délai est de 5 années à compter de la signature du contrat. Mais ce point de départ peut être discuté. Il peut ainsi être considéré que le point de départ est la découverte de l'erreur par le consommateur, par exemple après avoir confié son dossier à un expert financier,

Je reste à disposition au besoin,

Bien cordialement

Mathieu WEYGAND
Avocat
m.weygand@sp-avocats.fr
www.schreckenberg-parniere.fr
SCHRECKENBERG PARNIÈRE & ASSOCIÉS
Avocats du barreau de Strasbourg
25, boulevard du Président Wilson - 67000 STRASBOURG
Tél : +33 (0)3.88.14.36.60 | Fax : +33 (0)3.88.14.36.65


DONNEES PERSONNELLES: Les données personnelles vous concernant peuvent faire l’objet d’un traitement dans le cadre de l’exécution du mandat confié à la SELARL SCHRECKENBERG PARNIERE & ASSOCIES, 25 boulevard du Président Wilson, 67000 STRASBOURG, responsable du traitement. Conformément aux dispositions de la loi Informatique et Libertés et du Règlement (UE) 2016/679 du Parlement européen et du Conseil du 27 avril 2016 relatif à la protection des données, vous bénéficiez d’un droit d’information, d’accès, de rectification et d’effacement de vos données personnelles. Vous pouvez également, sous certaines conditions, vous opposer au traitement de vos données, demander la limitation du traitement ou la portabilité de vos données. Pour toute information complémentaire, vous pouvez nous demander la notice d’information complète par simple mail à l’adresse suivante : a.lemee@sp-avocats.fr.

CONFIDENTIALITE: Ce message et les éventuelles pièces attachées sont confidentiels et établis à l’attention exclusive de leurs destinataires. S’ils sont reçus par erreur, veuillez en informer immédiatement l'expéditeur et ne pas divulguer le contenu à une tierce personne, ni l'utiliser pour quelque raison que ce soit, ni le stocker ou copier l'information qu'il contient sur un quelconque support. Tout message électronique est susceptible d’altération. L’expéditeur décline toute responsabilité au titre de ce message s’il a été altéré, déformé ou falsifié. VERTRAULICHKEIT: Diese Nachricht sowie die eventuell beigefügten Unterlagen sind vertraulich und sind ausschließlich für den/die Empfänger bestimmt. Sollten Sie diese Nachricht aufgrund einer fehlerhaften Zusendung erhalten haben, werden Sie angehalten, sie nicht einer Drittperson weiterzusenden, und sie nicht für einen anderen Zweck zu verwenden oder zu speichern. Jede elektronische Übermittlung kann beeinträchtigt werden. Der Absender haftet nicht für diese Übermittlung, sofern sie beeinträchtigt, verändert oder gefälscht worden ist. CONFIDENTIALITY: This E-mail and any attachments are confidential and intended solely for the addressees. If you are not a named recipient, please notify the sender immediately and do not disclose the contents to another person, use it for any purpose or store or copy the information in any medium. E-mails are susceptible to alteration. Neither the sender shall be liable for the message if altered, changed or falsified.

Publier un commentaire
Votre commentaire :