Les règles de rétractation des offres de contrats

Publié le 04/03/2020 Vu 10 231 fois 1
Légavox

9 rue Léopold Sédar Senghor

14460 Colombelles

02.61.53.08.01

Accepter une offre est la façon la plus courante d’entrer en relation contractuelle. Une fois le contrat conclu, celui-ci devient irrévocable. Rétracter une offre est donc tentant, pour qui voudrait échapper à ses obligations contractuelles.

Accepter une offre est la façon la plus courante d’entrer en relation contractuelle. Une fois le contrat co

Les règles de rétractation des offres de contrats

 

Les cas possibles de rétractation d’une offre de contracter

Notre droit des contrats nous enseigne que pour qu’un contrat soit valablement formé, il est nécessaire de constater une rencontre de volontés de la part des contractants qui s’engagent. Ainsi, lorsqu’une offre de contracter est émise, seule une acceptation formulée dans les mêmes termes que l’offre permettra de sceller le contrat.

La jurisprudence Cruz, issue d’un arrêt de la Cour de cassation en date du 15 décembre 1993[1], a posé un cadre légal clair afin de régir les hypothèses de rétractations d’offres. Selon cet arrêt, un promettant peut retirer son offre dès lors que le bénéficiaire de l’option n’a pas encore levé celle-ci. En effet, en pareille circonstance, la rétractation exclut « toute rencontre de volontés réciproques de vendre et d’acquérir ». Ainsi, en l’espèce, la rétractation ne pouvait qu’entraîner l’octroi de dommages et intérêts pour le préjudice qu’elle avait pu engendrer, mais en aucun cas, l’exécution forcée du contrat était envisageable.

Cette solution apparaissait particulièrement critiquable, dès lors qu’en l’espèce, la promesse de vente était consentie jusqu’au 1er septembre 1987, avant d’être rétractée le 26 mai 1987, alors que l’option était finalement levée le 10 juin 1987, donc dans les délais conventionnels.

Autrement dit, la solution retenue vidait de sa substance l’obligation volontairement souscrite par le promettant, qui consistait à maintenir son offre jusqu’au 1er septembre 1987.

L’ordonnance du 10 février 2016[2], qui réforme le droit des contrats, est venue réformer la solution retenue, en intégrant au Code civil un nouvel article qui renverse entièrement la jurisprudence Cruz.

 

La sanction de la rétractation abusive de l’offre de contracter

Désormais, depuis la réforme du droit des contrats du 10 février 2016, un article 1124 alinéa 2 du Code civil dispose que « la révocation de la promesse pendant le temps laissé au bénéficiaire pour opter n’empêche pas la formation du contrat promis ». Autrement dit, dans des circonstances identiques à celles de l’espèce examinée par la Cour de cassation en 1993, la sanction encourue est désormais l’exécution forcée du contrat, et non pas le simple octroi de dommages et intérêts.

Ainsi, deux cas sont à distinguer. Lorsqu’une offre de contracter est émise sans délai, elle apparaît librement révocable en toute circonstance, dès lors qu’aucune acceptation n’est survenue. Dès lors, en effet, qu’une acceptation s’est manifestée dans les mêmes termes que l’offre, la rencontre des volontés scelle définitivement le sort des contractants, qui se trouvent irrémédiablement engagés dans la voie contractuelle.

A contrario, lorsque l’offre de contracter est stipulée avec délai, le promettant se trouve contraint de maintenir son offre jusqu’au terme du délai stipulé. Sa rétractation est donc privée d’effet avant la date butoir, si bien que toute acceptation de la part du bénéficiaire de l’option, formulée dans les délais conventionnels, entraînera rencontre des volontés.

Cette solution apparaît davantage conforme à la volonté contractuelle et a le mérite de responsabiliser les promettants, qui y réfléchiront à deux fois avant de s’engager unilatéralement dans une voie qu’ils ne souhaitent finalement pas poursuivre. Elle repose toutefois sur une fiction juridique consistant à voir une rencontre de volontés là où en réalité, l’un des cocontractants a clairement manifesté son intention de ne plus rentrer en relation contractuelle.

 

 

Karim Jakouloff
Docteur en droit

 

 



Sources :

[1] Civ. 3e, 15 décembre 1993, n° 91-10199, Bull. civ. III, n° 174.

[2] Ordonnance n° 2016-131 du 10 février 2016 portant réforme du droit des contrats et du régime général de la preuve des obligations, JORF 11 février 2016.

 

 

 

Vous avez apprécié cet article et souhaitez en apprendre davantage ? Découvrez-en d'autres :

 

Vous avez une question ?

Posez gratuitement toutes vos questions sur notre forum juridique. Nos bénévoles vous répondent directement en ligne.

1 Publié par marie076
07/08/2021 13:14

Bonjour
La jurisprudence Cruz ne concernait pas une offre au sens juridique du terme, nous étions bel et bien dans un contrat, puisqu'il s'agissait d'une promesse unilatérale de vente. Le bénéficaire de la promesse avait donc accepté cet engagement du promettant . C'est ce qui a suscité une polémique s'agissant de cet arrêt puisque le promettant s'était engagé contractuellement il était en principe lié et l'exécution aurait due être possible. La réforme a mis un terme à cette solution, désormais dans une promesse unilatérale la rétractation du promettant n'empêchera plus la formation du contrat. En revanche s'agissant de l'offre proprement dite, les solutions anciennes sont entérinées par la réforme à savoir que l'offre peut être librement rétractée tant qu'elle n'est pas parvenue à son destinataire (art 1115) et qu'elle ne peut être rétractée avant l'expiration d'un délai raisonnable (art 1116)
La différence entre l'offre et la PUV c'est que la sanction du retrait abusif d'une offre ne peut conduire qu'à des dommages et intérêts et non à la formation du contrat puisque nous sommes sommes dans une responsabilité extracontractuelle au contraire de la promesse unilatérale (art 1116)

Publier un commentaire
Votre commentaire :
Inscription express :

Le présent formulaire d’inscription vous permet de vous inscrire sur le site. La base légale de ce traitement est l’exécution d’une relation contractuelle (article 6.1.b du RGPD). Les destinataires des données sont le responsable de traitement, le service client et le service technique en charge de l’administration du service, le sous-traitant Scalingo gérant le serveur web, ainsi que toute personne légalement autorisée. Le formulaire d’inscription est hébergé sur un serveur hébergé par Scalingo, basé en France et offrant des clauses de protection conformes au RGPD. Les données collectées sont conservées jusqu’à ce que l’Internaute en sollicite la suppression, étant entendu que vous pouvez demander la suppression de vos données et retirer votre consentement à tout moment. Vous disposez également d’un droit d’accès, de rectification ou de limitation du traitement relatif à vos données à caractère personnel, ainsi que d’un droit à la portabilité de vos données. Vous pouvez exercer ces droits auprès du délégué à la protection des données de LÉGAVOX qui exerce au siège social de LÉGAVOX et est joignable à l’adresse mail suivante : donneespersonnelles@legavox.fr. Le responsable de traitement est la société LÉGAVOX, sis 9 rue Léopold Sédar Senghor, joignable à l’adresse mail : responsabledetraitement@legavox.fr. Vous avez également le droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle.